/homepage
Navigation
Sondage

Le trois-quart des Québécois veut l'abolition de la burqa

Burqa : couvre tout le corps; le visage est masqué par un trou grillagé.
© AFP Burqa : couvre tout le corps; le visage est masqué par un trou grillagé.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA - Près des trois quarts des Québécois pensent que le gouvernement canadien devrait bannir la burqa des lieux publics, ce qui est le plus haut pourcentage de toutes les provinces révèle un sondage exclusif réalisé par Léger Marketing pour le compte de l'Agence QMI.

Le rejet de la burqa par 73 % des Québécois est beaucoup plus tranché qu'ailleurs au pays, alors que 54 % des citoyens de l'Atlantique et 52 % des Ontariens désirent l'interdiction de ce symbole religieux. C'est en Colombie-Britannique où le pourcentage de citoyens en faveur de l'interdiction est le plus faible, avec 39 %.

Dans l'ensemble du pays, le sondage Léger Marketing en ligne révèle que 54 % des personnes estiment que le gouvernement devrait suivre l'exemple de la France et ne pas permettre aux femmes de porter la burqa pour des raisons de sécurité publique et de transparence.

Seulement 20 % des Canadiens s'opposent à l'interdiction, parce qu'il s'agit selon eux d'une question de liberté de religion et d'expression, alors que 15 % ont déclaré que cela n'avait aucune incidence sur eux, d'une manière ou d'une autre.

Les Canadiens plus âgés étaient plus susceptibles d'être d'accord avec une interdiction, alors que 71 % des personnes âgées de plus 65 ans ont choisi cette option. Seulement 40 % des Canadiens âgés de 18 à 34 ans ont déclaré que la burqa devrait être bannie.

Les sondeurs ne demandaient pas aux répondants d'expliquer les raisons derrière leur réponse.

Le vice-président de Léger Marketing, Dave Scholz, a déclaré les résultats du sondage avaient surpris le personnel. «C'est le Canada. Nous n'interdisons rien», résume-t-il.

«Peu importe ce que les gens veulent faire, nous sommes très tolérants, mais dans ce cas nous observons un nombre important de personnes, dans chaque province au Canada disant que la burqa ne devrait plus être autorisée», analyse M. Scholz.

Commentaires