/homepage
Navigation
National

Le Carnaval et Maclean's enterrent la hache de guerre

Le Carnaval et Maclean's enterrent la hache de guerre
©Agence QMI / Archives

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir bafoué l'image du Carnaval de Québec à la une de sa controversée édition sur la corruption politique dans la Belle Province, le magazine Maclean's a discrètement conclu une entente avec la direction du festival afin d'éviter une poursuite judiciaire.

Le Journal de Québec a appris que le magazine a choisi de s'amender et de dédommager le Carnaval de Québec pour avoir associé l'image de Bonhomme à une présumée corruption systémique au Québec, dans son édition du 24 septembre dernier.

Une entente confidentielle est intervenue cette semaine, au terme de longues négociations entre les avocats des deux parties.

Ainsi, la direction de Maclean's publiera des excuses bien senties dans sa prochaine édition, dans laquelle elle reconnaîtra pour la première fois qu'elle a utilisé à mauvais escient les droits de propriété intellectuelle du Carnaval.

«Notre utilisation de Bonhomme sur la page couverture a pu donner l'impression que le Carnaval était lié aux allégations de corruption politique au Québec. Nous voulons donc préciser que le Carnaval n'est en rien relié au contenu de l'article. Nous regrettons sincèrement que nos lecteurs aient pu être induits en erreur par notre façon d'utiliser l'image de Bonhomme», pourra-t-on lire, selon ce que Le Journal de Québec a pu apprendre.

Il s'agit d'un important revirement, puisqu'après avoir reçu une mise en demeure du Carnaval, les procureurs de l'éditeur avaient d'abord affirmé que l'utilisation de l'image de Bonhomme à la une n'enfreignait «aucune marque de commerce» et ne portait «pas atteinte à l'image du Carnaval».

Insatisfaite de cette réponse, la direction du Carnaval avait annoncé son intention de poursuivre le magazine. En plus des excuses qui seront publiées, les Éditions Rogers ont aussi convenu d'une compensation qui demeure confidentielle.

Le Carnaval satisfait

Questionnée par Le Journal de Québec, la direction du Carnaval a exprimé sa satisfaction devant la tournure des événements.

«Nous, notre but premier était de protéger notre image, et nous sommes satisfaits de l'issue de cet épisode», s'est contenté de dire le responsable des relations de presse, Patrick Lemaire.

Il a refusé de dévoiler la nature de la compensation consentie au Carnaval, possiblement sous forme de publicité.

Pour sa part, le directeur général du Carnaval, Jean Pelletier, a choisi de ne pas accorder d'entrevue à ce sujet.

Lorsque l'édition de Maclean's qui affichait l'image de Bonhomme déambulant avec une valise pleine d'argent s'est retrouvée dans les kiosques, M. Pelletier avait alors affirmé que les pertes liées à ce poids médiatique négatif s'élevaient à 230 000 $.

La parution du magazine avait soulevé une tempête politique, le premier ministre du Québec, Jean Charest, ayant même expédié une lettre aux Éditions Rogers pour réclamer des excuses.

Commentaires