/homepage
Navigation
Santé

Sauvée par une inconnue

Sabrina Leblond-Murphy (à droite) et Marjorie Troia sont maintenant amies.
© Photo courtoisie William Brock Sabrina Leblond-Murphy (à droite) et Marjorie Troia sont maintenant amies.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a deux ans, Sabrina Leblond-Murphy a reçu un diagnostic de cancer. Si elle est aujourd'hui en pleine santé, c'est grâce au don de moelle osseuse d'une pure inconnue provenant du Vermont.

«J'ai eu la plus grande chance du monde qu'elle accepte de faire ce sacrifice pour moi», lance la jeune femme en entrevue au Journal.

Un an après la greffe subie en février 2009, elle a écrit une lettre à celle qui lui a fait un don anonymement. C'est Héma-Québec qui a transféré le courrier à Marjorie Troia, une femme de 43 ans du Vermont.

Quelques jours plus tard, elle a commencé à communiquer par courriel avec celle qui lui a sauvé la vie. Depuis, elles sont devenues de grandes amies et elles se voient régulièrement.

Sabrina raconte que sa nouvelle amie avait décidé de s'inscrire sur la liste internationale des donneurs il y a une dizaine d'années. «Elle travaillait dans un hôpital et elle a été sensibilisée. C'est une façon facile d'aider. »

Une épreuve

Il faut dire que la jeune femme revient de loin. Le 8 juillet 2008, alors qu'elle n'avait que 26 ans, on lui a diagnostiqué une leucémie myéloïde après un examen pour des douleurs au dos.

«C'était la dernière chose à laquelle je m'attendais. Il n'y avait aucun historique de cancer dans ma famille. J'étais en parfaite santé. C'était le choc, c'était très inattendu», raconte-t-elle. Dès le lendemain, elle a entrepris ses traitements de chimiothérapie à l'Hôpital Général Juif.

Après quelques semaines de chimiothérapie, on lui a dit qu'elle était en rémission, mais que les risques de récidive étaient très élevés.

Sa seule porte de sortie était une greffe de moelle osseuse. Les membres de sa famille se sont soumis à des tests pour donneur des cellules souches, mais en vain.

On s'est alors tourné vers la banque des donneurs internationaux où on a découvert un match parfait.

Elle veut devenir médecin

Sabrina Leblond-Murphy a ainsi été admise à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont où on se spécialise dans la greffe de moelle osseuse.

Elle a été mise dans une chambre stérile où on a bombardé son système immunitaire pour le réduire à néant. «C'était une expérience assez particulière. Les gens pouvaient me visiter un seul à la fois en mettant une jaquette et un masque». À la fin du mois, elle a reçu la greffe.

Deux mois plus tard, elle a finalement obtenu son congé de l'hôpital.

Cette épreuve a renforcé sa décision de se tourner vers les études en médecine. Alors qu'elle pensait devenir médecin généraliste, elle pense maintenant se spécialiser dans la greffe de moelle osseuse. «Je pourrais aider les gens à passer au travers grâce à ce que j'ai vécu, à ce que j'ai appris.»

Commentaires