/homepage
Navigation
Opinion

Le Bloc, et rien d'autre !

Coup d'oeil sur cet article

Une fois que l'on a relevé l'impertinence de cette élection, il faut tout de même se rendre à l'évidence et se convaincre d'aller voter le 2 mai prochain. Un devoir d'État de 15 minutes, rien de plus. Voilà l'essence de la démocratie. Parce qu'au-delà du 2 mai prochain, le citoyen n'aura plus de voix au chapitre. Les gérants d'estrade que nous sommes devront se taire et laisser nos élus gouverner. Car entre deux élections, la démocratie n'existe plus. Elle cède le pas à la gouvernance

Pour ce scrutin, il n'y a qu'une seule question à régler : l'obtention d'une majorité -ou non -pour les Conservateurs. Rien d'autre que cette réponse pour le moment inconnue et qui dépendra largement d'une seule province : l'Ontario. La disparition des Conservateurs dans la région de Québec semble déjà acquise à moins que les excès mégalomanes du Maire Labeaume se poursuivent durant la campagne, ce qui pourrait venir aider les troupes de Harper. Car les gens de Québec ne sont pas fous à temps plein. Ils constatent de plus en plus à quel point leur Maire souffre de la maladie du rêve éternel, et que cette maladie commence à entacher sérieusement la crédibilité de la Vieille Capitale.

Mais prenons pour acquis que Harper puisse se dégager une majorité quelconque à la Chambre des Communes. C'est précisément à ce moment que nous assisterons à une transfiguration sur la Colline Parlementaire. Un peu à l'image de la parabole de Jésus sur le Mont Tabor -qui soudainement découvrait sa mission messianique. Nous aurons alors devant nous un Stephen Harper complètement libre de mettre de l'avant son agenda politique.

Quel est cet agenda ? Impossible à détecter durant cette campagne. Harper est un intellectuel insipide et gris qui a su très bien cacher son jeu. Une fois élu avec une majorité, il saura imposer le ton à une politique internationale sioniste, devenant ouvertement le caniche rose d'Israël. Il mettra de l'avant ses sombres préceptes religieux en matière de politique nationale et prêchera pour les restrictions en matière d'avortement pour les femmes. On reviendra à la charge avec ce stupide projet de loi qui vise à emprisonner des enfants dans le but de maintenir la loi et l'ordre. Nous poursuivrons aussi notre mission en Afghanistan -au détriment de nos soldats qui continueront à se faire tuer pour maintenir un régime politique corrompu. Sans oublier le refus d'investir dans une politique environnementale, faisant du Canada un pays à la solde des pétrolières.

Ne soyons pas dupes. Un gouvernement Harper n'a jamais promis de réduire la taille du gouvernement fédéral. Il ne s'agit pas de prêcher pour la droite économique, comme on semble nous le faire croire de-puis des années. La taille de l'appareil fédéral n'a pas diminué durant la gouvernance de Harper. Le nombre de fonctionnaires fédéraux n'a cessé d'augmenter pour se situer en 2010 à près de 300 000 ! Une chose est certaine, le discours de la droite économique n'est qu'un leurre pour plaire à la droite religieuse et obscure qui tire les ficelles dans le dos de Stephen Harper.

Il n'y a pas si longtemps, on se plaisait à rire de Bush et Cheney aux États-Unis. Voilà le triste scénario qui nous attend avec le parti Conservateur majoritaire. Seul le Bloc Québécois peut représenter l'idéal québécois à la Chambre des Communes et faire évoluer le Canada sur le plan social. Rien d'autre pour le moment.

Commentaires