/homepage
Navigation
Défigurée

Vent de sympathie pour Mme Tokar

Coup d'oeil sur cet article

Défigurée depuis qu'elle a été attaquée par le pitbull de sa voisine en 2008, Marie-Hélène Tokar se dit ébahie par le vent de sympathie qui souffle depuis que son histoire a été étalée sur la place publique.

Le drame vécu par la résidente de Saint- Hippolyte, qui a été rapporté dans l'édition du 1er mai du Journal de Montréal, a incité une multitude de personnes à entrer directement en contact avec elle.

«Ça n'arrête tout simplement pas. La population a trouvé mon numéro de téléphone. Je reçois des appels de partout au Québec et même du Nouveau-Brunswick. Mon compte Facebook déborde de nouveaux amis» relate-t-elle.

«Le Journal, c'est fort», constate Mme Tokar.

Sans surprise, les individus qui entrent en contact avec elle font preuve d'empathie.

«Les gens me disent qu'il est inconcevable de tout perdre parce qu'on se fait mordre par un chien. Ils espèrent que le gouvernement ou un riche mécène viendra à ma rescousse.»

Aide financière

D'autres ont décidé de prendre les choses en mains. «Des gens, qui ne sont pas nécessairement fortunés, m'offrent de l'argent. Je trouve ça incroyable», indique Marie-Hélène Tokar.

«Une dame de Saint-Calixte, qui s'est déjà fait attaquer par son berger allemand, veut même m'aider à faire une levée de fonds pour me soutenir», ajoute celle qui se réjouit de l'appui qu'elle reçoit dans sa communauté.

«Des femmes du village m'ont dit que j'avais bien fait de parler, que les gens allaient arrêter de penser que mon visage est rongé par le sida ou un cancer», relate celle qui est retournée vivre avec son ancien conjoint.

Rappel des faits

Après plusieurs tentatives infructueuses pour se faire reconstruire le nez, Mme Tokar a appris, au début de l'année 2011, qu'elle ne pouvait pas obtenir un nouveau nez en plastique puisque le Régime de l'assurance-maladie du Québec ne défraie les coûts de cette intervention, pourtant couverte lorsque le patient souffre d'un cancer.

Des problèmes financiers et le mal de vivre l'ont alors plongée dans une sévère dépression.

Commentaires