/homepage
Navigation
Montréal

Deux fois plus d'appels d'urgence

Coup d'oeil sur cet article

Même si le nombre d'incendies est demeuré stable, les pompiers de Montréal ont répondu à deux fois plus d'appels d'urgence entre 2008 et 2010, signe qu'ils sont de plus en plus sollicités comme premiers répondants.

Durant cette période, le nombre d'appels de citoyens en détresse est passé de 34 380 à 71 862, révèle un récent rapport d'activités du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM).

Pendant ce temps, le nombre d'incendies est resté stable sur le territoire montréalais, oscillant aux alentours de 1 500 interventions par année.

Les pompiers premiers répondants interviennent en cas d'urgence médicale qui exige qu'ils se rendent immédiatement auprès d'une personne en détresse.

«Nous ne faisons plus qu'éteindre des feux, nous portons aussi les premiers soins en attendant l'arrivée des ambulanciers. Cela est en ligne avec notre mission qui est de sauver des vies», explique M. Liebmann.

La popularité des pompiers premiers répondants a bondi depuis que l'ensemble des 65 casernes de l'île de Montréal a adhéré à ce programme, en 2009.

«Avant cette date, seulement huit casernes comptaient ce type de pompiers dans leurs rangs. C'est donc normal que nous soyons plus sollicités», explique Richard Liebmann, chef de division et responsable des pompiers premiers répondants au SIM.

Motifs des appels

Des 71 862 appels logés en 2010, 22,5 % d'entre eux ont été faits par des citoyens souffrant de douleurs thoraciques ; 15,9 % l'ont été pour des problèmes respiratoires et 12,3% pour des accidents de la route.

Les accouchements survenus dans des endroits improbables -comme dans un taxi -n'ont constitué que 1 % de tous les appels reçus par le 9-1-1, en 2010.

Pas d'unanimité

La popularité croissante de ces sapeurs- guérisseurs fait toutefois sourciller certains.

«Nous nous questionnons quant à la pertinence de sortir les gros camions des casernes pour répondre aux appels de premiers répondants», affirme Perry Bisson, président de l'Association des pompiers de Montréal.

L'usure prématurée des véhicules de pompiers inquiète ce représentant syndical. «Ces camions sont faits pour combattre le feu. Une réflexion devra être faite au sein du service, à savoir si des véhicules plus légers devraient être utilisés pour soigner les gens», a conclu M. Bisson.


Qui sont-ils ?

Près de 80 % des 2 300 pompiers de Montréal sont des premiers répondants.

Les pompiers premiers répondants ont suivi une formation de 62 heures pour prodiguer les premiers soins.

La réanimation cardiorespiratoire est l'un des soins qu'ils prodiguent.

Les pompiers se déplacent dans leurs camions d'incendies pour porter les premiers soins.

Commentaires