/news
Navigation
Terrasses

Enfin accessibles

Linda Gauthier se bat depuis une dizaine d'années pour que les personnes à mobilité réduite puissent, elles aussi, se rafraîchir en dégustant une bonne bière, sur les terrasses du Plateau Mont-Royal.
© Jocelyn Malette/Agence QMI Linda Gauthier se bat depuis une dizaine d'années pour que les personnes à mobilité réduite puissent, elles aussi, se rafraîchir en dégustant une bonne bière, sur les terrasses du Plateau Mont-Royal.

Coup d'oeil sur cet article

Après plusieurs années de revendications, les personnes à mobilité réduite auront enfin accès aux terrasses des cafés et des bars du Plateau Mont-Royal, dès l'été 2012, a appris le Journal.

Une entente en ce sens a été conclue entre l'arrondissement du Plateau et le Regroupement activistes pour l'inclusion Québec (RAPLIQ), le 20 juillet dernier.

«Nous visons maintenant les autres arrondissements. Nous voulons que toutes les terrasses du Québec soient accessibles aux personnes avec un handicap», a exprimé la présidente du RAPLIQ, Linda Gauthier.

Les arrondissements Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et Rosemont-La- Petite-Patrie, dans l'est de Montréal, sont aussi dans le collimateur de l'organisme.

Entente confirmée

Jointe par le Journal, l'administration du maire Ferrandez a confirmé la signature de cette entente, mais a refusé de la commenter, puisque ses termes sont confidentiels.

«Ce que je peux vous dire, c'est qu'il serait surprenant qu'il n'y ait pas de terrasses accessibles sur le Plateau, l'an prochain», a dit M. Norris.

La Société de développement de l'avenue du Mont-Royal, qui représente des restaurateurs, a aussi signé l'accord.

Plusieurs des 90 terrasses du Plateau sont difficiles d'accès pour les personnes à mobilité réduite parce qu'elles sont surélevées par rapport aux trottoirs.

Une grande victoire

«C'est une grande victoire pour nous. Ça fait longtemps qu'on demande l'accessibilité universelle», s'est réjouie Linda Gauthier, du RAPLIQ, qui l'exigeait, au Plateau, depuis 2001.

«Notre argent est aussi bon que l'argent des personnes qui peuvent marcher», a ajouté Mme Gauthier, qui se déplace en fauteuil roulant.

Le RAPLIQ aurait incité l'administration Ferrandez à négocier cette entente, après avoir porté plainte contre plusieurs restaurateurs du Plateau Mont- Royal, devant la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), le printemps dernier.

«Selon nous, l'inaccessibilité des terrasses est une forme de discrimation fondée sur le handicap», a fait valoir Mme Gauthier.

Plaintes à la Commission

L'arrondissement et la Société de développement ont alors participé, avec le RAPLIQ, à une médiation menée par la Commission. C'est d'ailleurs sous les auspices de celle-ci que l'entente a été paraphée.

«C'était dans nos plans de rendre les terrasses accessibles. Nous sommes confrontés à des difficultés techniques, mais nous allons travailler pour les régler», a assuré, de son côté, Alex Norris.

Sur le même sujet
Commentaires