/homepage
Navigation

Portrait du World Trade Center Man

Portrait du World Trade Center Man

Coup d'oeil sur cet article

On le surnomme le « World Trade Center Man » ou « Harry History ». Depuis 9 ans et demi, Harry John Roland se rend chaque jour à Ground Zero. Qu'il pleuve ou qu’il neige, il est là, planté à l'angle de Liberty et Greenwich Street, avec une seule mission : qu'on n'oublie pas.

L'homme de 57 ans est un passionné d'histoire, mais surtout une encyclopédie ambulante des tours jumelles. Il hurle aux touristes les mêmes phrases sans arrêt : « Ne laissez pas l'histoire devenir un mystère. Connaissez les faits. Combien d'immeubles se sont écrasés ? » La plupart n'en ont aucune idée. « 11 » réplique Roland, originaire d'Harlem. Il vit aujourd'hui au New Jersey.

Il raconte à qui veut bien l'entendre l'histoire des attentats du 11 septembre 2001 avec minutie. « Je veux que les gens connaissent la vérité. Vous seriez étonnée de voir à quel point les gens ignorent d'importants détails des événements ».

Il m'interrompt pour féliciter une touriste qu'il voit compter le nombre de pompiers sur une affiche. « Combien sont morts ce jour-là madame ? »

« 343 » dit-elle. « That's right », répond Roland, qui vit des pourboires que lui laisse le public. Un Canadien lui a déjà laissé 100 $. Le reste du temps, on peut le voir frotter le mur de bronze en l'honneur des pompiers disparus sur Greenwich Street à côté de la fameuse Caserne de Ground Zero.

Les travailleurs de Ground Zero l'ont adopté. « Ils m'ont fait visiter le chantier quelques fois. Ils m'informent des derniers détails » dit-il.

Commentaires