/news
Navigation
Les attentats du 11 septembre 2001

La renaissance d’un quartier

Dix ans après les attentats du 11 septembre, le sud de Manhattan revit

La renaissance d’un quartier
Des touristes observent le site de Ground Zero en feuilletant un album souvenir marquant les dix ans du 11 septembre. photo Reuters

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Les attentats du 11 septembre 2001, la lenteur de la reconstruction de Ground Zero et la crise financière qui a touché Wall Street en 2008 ont fortement secoué le sud de Manhattan. Le secteur vit toutefois une véritable renaissance économique et démographique.

Le premier détail qui frappe en se promenant dans les rues du quartier TriBeCa (acronyme pour Triangle Below Canal Street), c’est le nombre d’enfants. Les trottoirs sont engorgés de poussettes. « Il y a quelque chose dans l’eau de TriBeCa », m’a un jour dit une résidante du quartier. Nous sommes pourtant à quelques jets de pierre de Ground Zero.

La vie reprend son cours

Qui eut cru, au lendemain des attentats, que des familles souhaiteraient s’installer dans cette zone de guerre. Or, la vie a lentement repris son cours et TriBeCa est maintenant un des endroits les plus agréables de la ville. Le festival de films créé par Robert De Niro, un amoureux du quartier, y est sûrement pour quelque chose.

Beaucoup de New-Yorkais ont déménagé dans le secteur par solidarité. C’est le cas de la Québécoise Caroline Dufresne qui travaille à l’Alliance française comme directrice artistique. En février 2002, alors que la poussière des décombres était à peine retombée, son conjoint américain et elle ont acheté un appartement à quelques rues de Ground Zero.

Ils ont décidé d’y élever leur enfant, malgré la peur latente. « Je suis une combattante dans la vie. Il fallait montrer qu’on se tient debout. Ils ont attaqué notre façon de vivre », a confié Caroline, qui a perdu un ami dans l’écrasement des tours.

Boom démographique

En 10 ans, la population a plus que doublé dans cette partie de la ville. Près de 56 000 personnes y habitent et on prévoit une augmentation de 8 % d’ici 2014. Autre signe d’un boom démographique, le prix des loyers a augmenté de 36 % en un an et le nombre de résidences a doublé dans la dernière décennie, selon le New York Times.

La tour dessinée par l’architecte canadien Frank Gehry, située sur la rue Spruce, non loin de l’entrée du pont de Brooklyn, accueille déjà des locataires. Il s’agit de l’immeuble résidentiel le plus haut aux États-Unis, avec 76 étages.

Plusieurs entreprises médiatiques ont décidé de déménager leurs bureaux dans le secteur, comme le Daily News, l’American Public Media et Conde Nast, dont 5 000 employés travailleront dans la Freedom Tower.

Commentaires