/opinion
Navigation
Le policier du journal

Ça bouge !

Coup d'oeil sur cet article

L’enquête policière, dans le dossier de la disparition de Diane Grégoire, a pris un nouvel élan hier.

Les policiers ont toujours la lourde tâche de prouver hors de tout doute.

Pour ce faire, ils ne peuvent se contenter d’hypothèses, de « peut-être » ou de convictions intenses.

Hier, les policiers de Longueuil ont annoncé publiquement la reprise active de cette enquête dans un lieu bien précis.

On parle maintenant d’un homicide et non d’une disparition. Il faut donc en déduire qu’ils détiennent une preuve, un témoignage ou un indice qui confirme le décès de Mme Grégoire.

Il reste du chemin à faire pour asseoir sur le banc des accusés un suspect ou les personnes qui sont liées à ce meurtre crapuleux, me direz-vous.

Vous avez raison, mais du même souffle, je vous dirai qu’avant-hier on ne cherchait pas à un endroit précis.

Qu’avant-hier, on espérait cette information qui a guidé les policiers dans ce champ de cette ferme porcine.

Le crime parfait n’existe pas et le temps pour résoudre l’enquête, en s’approchant du but visé, ne compte plus.

 

Commentaires