/entertainment/music
Navigation
Claude Vallières

Rendez-vous avec lui-même

Rendez-vous avec lui-même
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Qu’ont en commun Chloé Sainte-Marie, Michel Rivard, Daniel Lavoie, Claire Pelletier, La bande magnétik, le Cirque du Soleil et l’Orchestre symphonique de Québec (OSQ) ? Eux et bien d’autres ont profité des services du chanteur Claude Vallières, qui avec tout son bagage en mains, propose sur le tard son premier album solo.

Jusqu’à l’an dernier, le nom de Claude Vallières était surtout associé à la formation a capella La bande magnétik. Parallèlement, notre travailleur autonome a collaboré avec un grand nombre d’artistes québécois, sur scène comme sur disque. Il a même prêté sa voix sur le prochain album de Noël de Chloé Sainte-Marie.

Il est aussi une des voix de l’album Corteo du Cirque du Soleil. « La somme de toutes mes expériences m’a certainement beaucoup enrichi sur le plan artistique. »

« À chanter avec Claire Pelletier ou La bande magnétik, on devient meilleur chanteur, à travailler avec Judi Richards, on devient meilleur humain et à côtoyer Michel Cusson (la trame sonore du film Rescue), ça ouvre les oreilles », explique celui qui est aussi chargé de cours en chant à l’Université Laval et à l’École nationale de la chanson depuis dix ans.

Claude Vallières est également un des coachs vocaux les plus demandés au Québec. À ce titre, il a œuvré dans la plupart des festivals de chanson, dont ceux de Granby et de Petite-Vallée, formant des artistes tels que Marie-Denise Pelletier, Jean Leloup et Dumas.

Onze chansons originales

Après s’être ainsi « éparpillé avec bonheur » un peu partout durant toutes ces années, Claude Vallières a décidé de sortir de sa « zone de confort » pour produire son premier album, jugeant la nécessité de « (se) donner rendez-vous avec (lui)-même ».

L’auteur-compositeur-interprète a donc réuni 11 de ses compositions - textes et musiques - sur l’album Souffles lancé la semaine dernière. L’originalité du produit tient à la façon de l’artiste de proposer des chansons pop dans un univers très particulier s’inspirant de ses passions pour le folk et les musiques du monde.

On reconnaît l’essence de son expérience a capella à travers des « percussions vocales », qui s’ajoutent au caractère distinctif. Sa façon d’utiliser la voix comme un instrument pour créer des ambiances sonores donne à cet album une couleur unique.

Lorsqu’on fait remarquer à l’artiste la grande qualité technique de l’album produit à Québec, il répond à la fois avec fierté et humilité : « ...j’ai passé ma vie dans des studios d’enregistrement. J’ai beaucoup appris... »

Il faut dire qu’il a aussi eu la main heureuse en profitant de la complicité d’un maître en « mastering » (matriçage) en la personne de l’Américain Scott Hull, reconnu pour sa collaboration auprès de Leonard Cohen ou de Bob Dylan.

Commentaires