/entertainment
Navigation
GAFFES | ITALIE

Berlusconi, le cavalier bouffon

Berlusconi, le cavalier bouffon
photo Courtoisie Berlusconi, Sarkozy, Obama et Harper lors du sommet du G20 à Toronto, en 2010.

Coup d'oeil sur cet article

En italien, « buffone » signifie clown. Mais ce pourrait très bien être le deuxième surnom de Silvio Berlusconi, alias Il Cavaliere. Mardi, après avoir démenti la veille les rumeurs de sa démission sur Facebook, Silvio Berlusconi a annoncé qu’il quitterait son poste dès l’adoption des mesures budgétaires promises à l’Union européenne, soit autour du 12 ou 13 novembre. Retour sur les frasques du président du Conseil italien.

C’est en 1994 que Berlusconi est arrivé à la tête du gouvernement italien, en tant que fondateur du parti de centre droit, Forza Italia (Allez l’Italie). En octobre dernier, le politicien, mieux connu pour ses scandales sexuels que pour ses accomplissements politiques, avait suggéré de renommer le parti Forza Gnocca (gnocca étant un terme d’argot désignant les organes génitaux d’une femme), afin de mousser la popularité du parti. Accusé, à plusieurs reprises, d’entretenir des relations sexuelles avec des prostituées et des mineures, Berlusconi est également célèbre pour ses propos sexistes et ses fêtes « bunga-bunga », des soirées de débauche tenues dans sa résidence gouvernementale. En juillet dernier, il avait fait les manchettes pour avoir qualifié la chancelière allemande, Angela Merkel, de « culona inchiavabile » (gros cul imbaisable).

Clooney commente

Plus récemment, dans une entrevue vidéo accordée au magazine Time et publiée, mercredi, sur YouTube, l’acteur George Clooney explique sa rencontre avec le politicien. « C’était une des soirées les plus surprenantes de ma vie. J’étais allé lui parler du Darfour. J’avais fait tous mes devoirs. Nous avions besoin de trois hélicoptères. Et il m’a amené dans sa chambre à coucher pour me montrer le lit que Vladimir Poutine lui avait donné ». En 2003, Berlusconi s’en était pris à Martin Schulz, un député allemand, qu’il avait comparé à un gardien de camp de concentration. « Il y a un homme en Italie qui réalise un film sur les camps de concentration nazis. Je vous vois bien jouer le rôle de Kapo, vous serez parfait ! », avait-il déclaré.

Des gaffes immortalisées sur le Web

Des centaines de vidéos, photos et palmarès des gaffes de Berlusconi vivent sur Internet. Parmi un des clips les plus visionnés sur YouTube en 2009, on voit, pour une rare fois, la reine d’Angleterre perdre son sang froid, alors que Berlusconi cause du brouhaha dans une session photo avec les membres du G20. « Qu’est-ce qu’il y a ? Pourquoi est-ce qu’il doit toujours crier ? », affirme-t-elle d’un ton sec en levant les bras.

La même année, la région d’Abruzzo avait été secouée par un énorme tremblement de terre, laissant plus de 17 000 personnes sans-abri. « Bien sûr, ces tentes sont temporaires, mais ils devraient le voir comme des vacances de camping », avait alors affirmé Berlusconi sur les lieux du séisme.

Berlusconi quittera ses fonctions dès que les réformes économiques seront approuvées par le gouvernement. Jeudi matin, le Cavaliere a apporté son soutien à Mario Monti, un économiste et commissaire européen pour assurer sa succession. La dette de l’Italie est évaluée à plus de 1 900 milliards d’euros, soit cinq fois celle de la Grèce. Il faudra donc encore bien des miracles avant de déboucher le Prosecco.

Commentaires