/weekend
Navigation
Planète web

MonNom.com

Coup d'oeil sur cet article

Photo
Barack Obama qui « frenche » Hugo Chavez, le Pape qui embrasse langoureusement un imam sunnite... Si vous l’avez manqué cette semaine, voici la nouvelle et provocante campagne publicitaire de Benetton !  bit.ly/vptDAT

Vidéo
Ce n’était qu’une question de temps avant que je ne mette une vidéo de bébé dans cette chronique. Voyez cette adorable petite fille pleurer, puis se calmer à chaque fois qu’elle entend la chanson Hypnotize de Notorious B.I.G.

Vu sur le web
Touchante et importante vidéo à partager sur vos réseaux sociaux pour combattre l’intimidation.
Excellente entrevue de Jay-Z réalisée par le magazine GQ, où le rappeur parle pour une rare fois de sa relation avec son père.
Voyez ces politiciens libanais se battre en direct à la télévision. De la grande classe.
Pourquoi autant de personnalités québécoises ne prennent pas le soin d’acheter leur nom de domaine, ne serait-ce que par mesure de sécurité, pour empêcher quelqu’un d’utiliser leur nom en ligne ?

 

C’est la question que je me suis posée après que l’adresse LineBeauchamp.com ait été « prise en otage » par un étudiant la semaine dernière. La page Web a été créée en réponse à l’initiative du gouvernement du Québec qui, dans le dossier de la hausse des frais de scolarité, a acheté de la publicité ciblée sur Google, fâchant bon nombre d’internautes. Pour ravoir LineBeauchamp.com, l’étudiant demande au ministère de l’Éducation (par l’entremise d’un billet sur le site) de libérer « les informations partielles et biaisées contenues sur Droitdescolarité.com ». Audacieux chantage.

Mais qu’en est-il des autres personnalités québécoises, du milieu politique, culturel et journalistique : ont-ils pensé à protéger leur marque personnelle en ligne ? Il semblerait que non.

Faites le test avec lenomdevotrechefdantennepréféré.com ou lenomdunchroniqueurquivous
énarve.com
. Vous allez voir que les adresses sont, pour la plupart, laissées pour compte, prêtes à être achetées par le premier venu qui pourra, à sa guise, revendre le nom de domaine, ou, y héberger du contenu qui pourrait fortement déplaire au principal intéressé. Au Québec, le journaliste et animateur de la Course Évasion autour du Monde, François Bugingo, se prépare à lancer son site. « Je crois que ça va donner le ton. Le problème au Québec, c’est la perception. Les journalistes ne pensent pas qu’ils sont des produits, alors qu’ils le sont. Ils ont une valeur marchande. Ils doivent investir dans leur marque personnelle. Nous avons racheté bugingo.com qui était déjà pris, et avons aussi acheté francoisbugingo.com pour éviter qu’on l’utilise », affirme Martine St-Victor, agente et stratège de communications et branding du journaliste.

Au pif, j’ai effectué des recherches pour BernardLandry.com et PatrickHuard.com. Dans les deux cas, les sites ont été achetés par des internautes. Si Monsieur Landry reveut son nom de domaine, il devra débourser $849. Chez les comédiens et personnalités de télévision, même constat. Peu d’entre eux achètent leur adresse. Des exceptions à souligner : Véronique Cloutier, Mitsou et Éric Salvail qui ont tous les trois créé de véritables portfolios en ligne. Et vous, avez-vous acheté votre nom de domaine ? Vous pouvez le faire pour quelques dizaines de dollars sur godaddy.com.

 
À suivre sur twitter

@CAQLEGAULT



Un Twitter humoristique fondé en même temps que le parti de Legault. Dans la description du compte, on peut lire :

« Twitter parodique presque aussi drôle que l'original... »
 
Commentaires