/weekend
Navigation
Planète web

Dis-moi ton Klout, je te dirai qui tu es

Coup d'oeil sur cet article

Photo
Compilation humoristique de 21 images pour se moquer des gens qui prennent des photos avec des iPad.  bit.ly/ipadhumour

Vidéo
Le 29 novembre, Beyonce lance son double-DVD Live at The Roseland. Plusieurs extraits des coulisses et du spectacle sont disponibles sur le Net. De l’émotion, du talent et du divertissement à son meilleur.

Vu sur le web
RÉSEAUX SOCIAUX « Êtes-vous VIP ? Regardez votre score sur Klout. » Voici l’article du New York Times à propos de Klout.
MÉDIAS Fascinant portrait d’Arianna Huffington dans le NY Mag.
MUSIQUE NME a diffusé deux démos iné­dites du groupe Radiohead enre­gistrées en 1986. Vous pouvez les écouter ici :
LECTURE La semaine dernière à Tout le monde en parle, l’écrivain Dany Lafferière a suggéré aux Québécois une panoplie de bouquins à lire. En voici la liste :

Il y a un an et demi, je recevais un courriel de Virgin Airlines m’offrant un billet d’avion pour essayer leur nouveau service de Toronto à la Californie. Vous avez été sélectionnée à cause de votre « Klout », m’avait-on dit. Mon quoi ?

Klout.com est un outil qui mesure votre influence sur les réseaux sociaux. À l’aide de différentes variantes, telle que votre capacité à susciter des actions auprès de vos amis/ abonnés (retweets, commentaires, like, liens partagés), on vous donne un score sur 100. Plus le chiffre est élevé, plus vous êtes jugé influent.

La semaine dernière, le New York Times publiait un article affirmant que ce service avait créé un nouveau type de VIP aux États-Unis. De plus en plus, lors de soirées mondaines, les organisateurs utilisent Klout pour sélectionner leurs invités. Comme cette styliste, Lauren Rae Levy, qui demandait aux blogueurs un score de plus de 50 points afin d’accéder à son événement au Lincoln Center. « Le statut a longtemps été basé sur l’apparence, l’argent et la notoriété, mais les médias sociaux sont un nouveau critère, et Klout essaie de mesurer cette nouvelle forme d’influence de façon claire et quantifiable », écrit la journaliste Beth Landman.

Au Québec, toutefois, il semble que nous quantifions encore le succès d’un utilisateur selon son nombre d’abonnés. Une mesure qui, souvent, ne veut rien dire. Je m’explique. En octobre dernier, Le Devoir publiait un article énumérant le nombre d’abonnés de plusieurs journalistes, un exercice aussi pénible à lire que d’écouter une bande de mecs se raconter le nombre de filles avec qui ils ont couché. On s’en fout. Ce n’est pas la quantité qui fait qu’on soit bon au lit – ou sur Twitter.

Le Devoir souligne évidemment le compte de Dominic Arpin, premier journaliste québécois à franchir le cap des 100 000 abonnés. Selon une des mesures de Klout, le « true reach », c’est-à-dire la véritable portée du même compte, serait de 5 700 personnes, pour un score de 58. En guise de comparaison, Guy A Lepage, avec ses 77 000 abonnés, influencerait 18 000 personnes pour un score de 66. Et Marie-Anik Boisvert, une pro du réseautage qui voit son contenu republié bien au-delà de son propre cercle, rejoint 13 000 personnes alors qu’elle ne possède pourtant que 6 000 abonnés. Son score est de 69. Le nombre d’abonnés, preuve d’influence ? Absolument pas.

Depuis quelques mois, Klout travaille fort à améliorer son algorithme pour offrir des résultats de plus en plus précis. Mesurer l’influence (et entretenir l’ego des internautes), ça paie !

À suivre sur twitter

@_LouisTs



« Humoriste. Lis le journal chaque jour, sais pas si ça fait de moi quelqu'un d'engagé ou d’enragé. »
Commentaires