/opinion/blogs/columnists
Navigation

Une tragédie évitable?

Coup d'oeil sur cet article

Hier, Benoit Aubin se demandait si notre filet social avait trahi les soeurs Shafia.

Moi, je me pose une autre question concernant cette affaire. Une question qui me trotte dans la tête depuis le début de ce procès.

Avons-nous fait preuve de relativisme culturel, dans toute cette histoire ?


CES GENS-LÀ...

Le relativisme culturel, pour ceux qui l’ignorent, c’est l’art du deux poids, deux mesures.

« Un Québécois de souche interdit à sa femme de sortir le soir avec ses amies ? C’est inacceptable. »

« Un Québécois d’origine afghane interdit à sa femme de sortir le soir avec ses amies ? Bof, que voulez-vous, c’est comme ça que ça se passe dans leur culture, on ne peut pas les juger, après tout, nos codes sont différents des leurs... »

Bref, on module notre jugement selon l’appartenance ethnique, religieuse et culturelle des personnes.


LE « BON » VIOLEUR

Je pense par exemple à l’affaire Verreault.

En 1994, un homme d’origine algérienne a été accusé d’avoir agressé sexuellement sa belle-fille de neuf ans sur une période de deux ans et demie. L’accusé a nié les faits, mais un examen médical a corroboré la version de la victime.

Dans son jugement rendu le 13 janvier 1994, la juge Raymonde Verreault, de la Cour du Québec, a déclaré l’accusé coupable de quatre chefs d’accusation : attouchements sexuels sur une mineure, incitation d’une mineure aux rapports sexuels, sodomie et agression sexuelle.

La peine maximale infligée dans ce type de crime est de dix ans, mais à la surprise générale, la juge a décidé d’infliger une peine d’emprisonnement de 23 mois, assortie d’un an de probation.

Pourquoi ?

Parce que la juge trouvait qu’en sodomisant sa jeune victime, au lieu de la pénétrer dans le vagin, l’homme avait fait en sorte que celle-ci puisse préserver sa virginité, « ce qui semble être une valeur très importante dans leur religion respective. On peut donc dire que d’une certaine façon, l’accusé a ménagé sa victime... »


UNE RÉACTION PLUS RAPIDE ?

Les propos bizarres de la juge Verreault avaient mis en colère autant les féministes que les musulmans.

Et avec raison : c’est quoi, ce double standard ? La sodomie n’est pas une circonstance atténuante, et un viol est un viol, quelle que soit la religion de la victime ou de l’agresseur !

Si je vous raconte cette histoire, c’est que je me demande si l’origine ethnique des sœurs Shafia n’a pas pesé dans la balance quand est venu le temps d’intervenir auprès de leurs parents.

Aurions-nous été plus sensibles aux nombreux appels à l’aide que ces jeunes femmes ont lancés dans les mois précédant leur mort si elles avaient été des Québécoises de souche ?

Aurions-nous été plus vite sur le piton ?

Aurions-nous agi plus rapidement ?


TERRIBLE QUESTION

Se pourrait-il que les différents intervenants qui ont écouté les sœurs Shafia se sont dit : « Oui, le père et le frère de ces jeunes filles semblent effectivement très contrôlants, mais c’est comme ça, chez ces gens-là ? »

Je suis peut-être parano, mais je ne peux m’empêcher de poser cette terrible question.

Se pourrait-il que notre stupide relativisme culturel nous ait empêché de prévenir la mort tragique de quatre personnes ?