/sports/others
Navigation
Indrik Trahan

De la détermination et du cran

De la détermination et du cran
Photo le journal de Montréal Indrik Trahan, un athlète qui a beaucoup de cran.

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il vient tout juste d’avoir 18 ans, Indrik Trahan traîne avec lui un immense bagage d’expériences. Il en a vécu des choses ! Et quel cran il a ! Reculer n’est vraiment pas son genre. Pour ce surfeur des neiges, un seul mot d’ordre : en avant toute !

Deuxième candidat de l’édition 2011-2012 du concours Bourses d’études jeunes athlètes du Journal de Montréal/Journal de Québec/RBC, Indrik n’a qu’un souhait : participer à des Jeux olympiques en planche à neige. Il a ça en tête depuis qu’il a 12 ans et bien malin celui qui lui enlèverait ça de la tête. Pour cet as du surf des neiges, Sotchi 2014 n’est pas un objectif; Sotchi est SA prochaine expérience.

« J’ai pris goût à la planche à neige quand j’avais six ans, dit-il. C’est mon parrain, Pierre Milot, qui m’y a initié. Je m’en souviens encore très bien. C’était tellement difficile. Je tombais tout le temps. Mes cousines et cousins réussissaient, mais pas moi. J’étais frustré. Découragé, je rentrais au chalet en pleurant avec les bras et les jambes pleines de bleus. Mais j’y retournais quelques heures après. Il m’a fallu deux semaines uniquement pour être capable de rester debout », raconte l’athlète originaire de Trois-Rivières qui, une fois cette étape franchie, a rapidement troqué ses skis pour la planche. « Dès que j’ai su me servir de mes talons et de mes orteils », précise-t-il.

Glisser sans tomber, surtout dans les virages, c’était donc un jeune garçon heureux. Il était maintenant capable de surfer avec les amis et avec cousins cousines. Et c’est tout ce qui comptait. Du moins, jusqu’à ce qu’il goûte, pour une toute première fois, à l’incomparable sensation que procure une vraie compétition. Il avait 12 ans, c’était une compétition provinciale organisée au mont Avila, dans les Laurentides. À son jeu d’orteils-talons, à sa technique dans les virages, Indrik devait maintenant ajouter la vitesse.

ÉTUDIER AU VERMONT

De course en course, il améliore sa technique, prend de plus en plus de vitesse et accumule les podiums. C’est vraiment le pied, surtout quand il bat son frère Geosh, lui aussi un grand amateur de planche et lui aussi un fier compétiteur.

« C’était amusant de s’affronter, se souvient Indrik. Après les compétitions, le retour à la maison était toujours très long pour le perdant, car le vainqueur ne manquait jamais l’occasion de le narguer. »

L’année suivante, en compétition en Ontario, il fait la connaissance d’un entraîneur du Vermont, qui lui parle de l’école secondaire Stratton Mountain School, « une référence », dit-il, en sport de glisse. Quelques mois plus tard, en compagnie de son père, il visite cette petite école du Vermont qui ne compte que 170 étudiants. Ils tombent sous le charme et à l’automne 2006, le courageux garçon de 13 ans, y fait son entrée.

« Je ne parlais pas un mot d’anglais; yes and no, c’est tout ce que je savais dire, indique Trahan. Quand j’essayais de prononcer quelques mots, les gens riaient de moi. J’étais terriblement gêné. Mais j’ai continué et avec l’aide d’une merveilleuse enseignante, j’ai passé par-dessus cet obstacle. »

C’est cette même enseignante qui lui parlera un jour d’une école en Autriche, l’école secondaire Stams Schi Gymnasium d’Insbruck, une sommité en surf des neiges. Curieux, Indrick qui ne savait même pas où était l’Autriche, convaincra son père de l’inscrire aux tests d’évaluation annuels.

« Les responsables Autrichiens n’ont probablement jamais cru au sérieux de notre démarche, car vous auriez dû voir leur face quand j’ai dit présent le matin des tests. Jamais un Américain n’avait fait ça avant moi », ajoute Indrik, qui réussira avec brio les tests de condition physique et les tests sur planche. Malgré tout, les dirigeants ont des hésitations. Tout est en allemand, une langue totalement étrangère pour cet étonnant p’tit gars du Canada.

SEUL EN AUTRICHE

Mais Indrik, qui n’en est pas à son premier obstacle, réussit à les convaincre et on l’admet en lui demandant de repren­dre le même niveau qu’il venait de terminer.

« Ce fut plus difficile qu’au Vermont, confesse Trahan. Je me suis énormément ennuyé de ma famille et des amis. Autour de moi, en classe, en pause, au

dîner, on ne parlait qu’allemand. Je ne comprenais rien. Je savais quand même qu’il y en avait qui se moquaient de moi. J’étais seul et je trouvais ça difficile. Par exemple, quand il y avait un congé, l’école fermait et les élèves retournaient dans leur famille; moi je louais une chambre à l’hôtel pour la durée du congé. J’ai combattu l’ennui en apprenant l’allemand, mais surtout en apprenant une technique de snowboard propre aux Euro­péens; une technique axée davantage sur la précision, alors que chez nous, c’est surtout la puissance, la vitesse. »

Malgré toutes ses difficultés, Indrik Trahan tiendra bon et reviendra chez lui au bout d’une année avec, dans ses bagages, la maîtrise d’une troisième langue et la maîtrise d’une nouvelle technique. « Cette technique m’aide énormément, affirme le jeune homme. En compétition, je combine les deux techniques, Européenne et Américaine, et ça donne des résultats », ajoute le surfeur.

Et comment que ça donne des résultats ! Indrik Trahan est classé troisième au monde dans sa catégorie d’âge et cinquième au Canada tous âges confondus. Et il n’a que 18 ans.

Glückwunsch, junger Mann !

(Félicitations, jeune homme !)

Cinq performances remarquables
Date
Compétition
Niveau
Résultat
Mars 2011
Championnats mondiaux Italie
International Junior
13e (1er Canadien)
Février 2011
Jeux du Canada
National
2e slalom géant
Février 2011
Jeux du Canada
National
3e snowboard cross
Février 2011
Coupe NorAm
National
2e slalom
Avril 2011
Championnats canadiens
National
2e slalom

Indrik Trahan
Âge : 18 ans
Sport : surf des neiges (snowboard alpin et snowboard cross)
Établissement scolaire : école secondaire Augustin-Norbert-Morin
Programme : secondaire V
Moyenne académique : 90 %
Objectif professionnel : médecine
Objectif sportif : Jeux olympiques de Sotchi en 2014
Commentaires