/opinion
Navigation
La chronique de Éric Duhaime

Noël, mon beau rêve... vert !

Coup d'oeil sur cet article

Avec un budget annuel de cinq millions versé par le fédéral, les bureaucrates de la Biosphère de Montréal utilisent présentement la période festive pour vous prêcher leur évangile vert sur leur site Web, juste avant le shopping des Fêtes.

PRÉDICATEURS PUBLICS

D’abord, nos fonctionnaires nous rappellent que « les déplacements en voiture pour effectuer les nombreux achats étant une source importante d’émissions de CO2, il est important de planifier les séances de magasinage de façon à réduire les déplacements ». Tant qu’à y être, vous pouvez aussi utiliser le métro ou l’autobus, qui sont très pratiques, comme tous le savent, pour transporter son sapin de Noël ou ses 16 sacs d’emplettes.

Laissez aussi le gouvernement vous convertir à son alternative écologique au sapin de Noël qui consiste à « décorer une plante » intérieure. Ça explique peut-être pourquoi le sapin a été mis à l’index, cette année, à Ottawa.

Le p’tit Jésus vert vous prévient également contre l’utilisation de la neige artificielle en « spray ». Substituez ça par du « sucre en poudre pour créer l’effet de neige ».

Pour vos sacs de plastique, assurez-vous d’avoir ceux « faits à base d’amidon de maïs ou de pomme de terre ».

BRIC-À-BRAC

L’endroit conseillé pour tout trouver n’est évidemment pas le centre d’achat. « Friperies, bouquineries ou ventes de garages sont autant d’endroits pour dénicher des cadeaux originaux ».

Même si vous trouvez le cadeau « usagé » pour vos enfants, fait de vidanges recyclées, votre bonne action écolo ne se termine pas là.

Après, les « journaux ou circulaires se prêtent aussi très bien au jeu de l’emballage ». Pourquoi pas mon visage et le présent article en lieu et place du père Noël et de son traîneau ?

SIMPLICITÉ INVOLONTAIRE

Le porte-parole de la Biosphère, Éric Vachon, rappelait d’ailleurs récemment à l’animateur Dominic Maurais, de CHOI Radio X, que Noël ne doit pas être une période de surconsommation.

Avec de tels sermons, plus besoin d’aller à la messe de minuit. On a un curé vert, fourni par le gouvernement, pour nous dire quoi faire et, surtout, ne pas faire.

D’autres serviteurs de l’État s’inquiètent aussi de notre évolution et questionnent : « Le traditionnel échange de cadeaux, vécu dans la simplicité, ferait-il désormais partie du bon vieux temps ? »

De nos jours, notre prétendue « frénésie de consommation s’accompagne de stress et d’endettement ».

Je ne sais pas pour vous, mais moi mon niveau de stress et d’endettement monte, quand le gouvernement dilapide les fonds publics pour me dicter comment magasiner ou emballer mes cadeaux.

Je ne suis pas religieux, mais tout de même nostalgique du Noël blanc de mon enfance, quand l’argent de nos taxes ne servait pas à propager la bonne nouvelle des enverdeurs.

RELIGION VERTE

La gauche accuse souvent les conservateurs d’être de droite religieuse. Eh bien, quand ils tolèrent qu’un ministère gaspille ainsi notre argent, ils ne sont ni de droite, ni religieux.

J’espère sincèrement que vous verrez, cette année, le pôle Nord à travers les yeux d’enfants émerveillés plutôt qu’à travers les lunettes teintées vertes d’Ottawa.

Bonne saison du magasinage ! de Noël quand même !

Commentaires