/news/currentevents
Navigation
hydro-québec

Des compteurs rejetés

Hydro-Québec accepte pour l’instant que des citoyens refusent un compteur « intelligent »

Des compteurs rejetés
Photo le journal de montréal, héloïse archambault Plusieurs compteurs de nouvelle génération ont été installés dans le quartier Villeray, cette semaine. Inquiète des risques sur la santé, Marie-Michelle Poisson refuse qu’Hydro-Québec lui en installe un.

Coup d'oeil sur cet article

 

L’opposition contre les compteurs « intelligents » se confirme, alors que des abonnés refusent de faire partie du projet-pilote d’Hydro-Québec.

« Je veux d’abord être rassurée. Présentement, je ne le suis pas du tout », affirme Marie-Michelle Poisson, résidante du quartier Villeray.

Le 17 novembre dernier, cette abonnée a reçu une lettre d’Hydro-Québec qui l’informait que son compteur mécanique serait bientôt remplacé. Sa résidence a été choisie pour le projet-pilote sur les compteurs « intelligents », qui veut tester la technologie de lecture à distance dans trois régions du Québec (voir encadré).

« Ce qui m’inquiète le plus, ce sont les risques sur la santé, explique-t-elle. Plus je fais des recherches, et plus je me pose des questions. Il n’y a rien de rassurant. »

Impacts sur la santé ?

Les opposants aux compteurs de nouvelle génération prétendent entre autres que la transmission des données par des ondes peut avoir un impact sur la santé des individus, au même titre que les ondes de téléphonie cellulaire.

« Il y a huit compteurs autour de ma maison, raconte Mme Poisson. Ça commence à faire beaucoup d’ondes. »

En Californie, aux États-Unis, la grogne des abonnés contre les compteurs intelligents a récemment forcé la compagnie d’électricité PG&E à accepter que ceux-ci puissent conserver leur compteur mécanique.

De son côté, Hydro-Québec assure que les nouveaux compteurs « ne présentent aucun risque » et sont conformes aux normes de Santé Canada et d'Industrie Canada.

La Régie de l’énergie tranchera

Déjà, une dizaine d’abonnés ont refusé de faire partie du projet-pilote. Pour le moment, la société d’État accepte leur refus jusqu’à ce que la Régie de l’énergie tranche le débat. Des audiences publiques seront tenues à ce sujet, au cours des prochains mois.

Selon Mme Poisson, davantage d’abonnés refuseraient le compteur s’ils étaient mieux renseignés.

« Les gens ne s’opposent pas encore parce qu’ils ne sont pas au courant de ce qui se passe, croit-elle. Hydro-Québec ne nous a même pas informés sur le but du projet. »

Cette dernière a d’ailleurs commencé à distribuer des tracts dans son quartier.

« J’ai reçu l’information, et j’ai l’intention de refuser le compteur si Hydro-Québec vient chez moi », dit l’abonnée Sylvie Imbeault.

« L’opposition ne fait que commencer, je sais que je ne suis pas la seule à me poser des questions, croit Mme Poisson. J’espère qu’il y aura un effet boule de neige. »


Projet-pilote sur les compteurs intelligents
Trois secteurs visés
Villeray (Montréal)
Boucherville
MRC de Memphrémagog
Déploiement
19 000 des 25 000 compteurs ont été installés, jusqu’ici. Le projet-pilote se déroule, de juin 2011 à mai 2012.
Au total, Hydro-Québec prévoit installer 3,7 millions de compteurs « intelligents » partout dans la province, d’ici 2017.
Technologie
Les nouveaux compteurs sont des appareils électroniques capables d'enregistrer et de transmettre à distance les données de consommation.
Opposition
Une pétition déposée à l’Assemblée nationale demandant un moratoire sur l’installation des compteurs intelligents a, jusqu’ici, récolté près de 3850 signatures.
Commentaires