/entertainment
Navigation
En direct de New York

Avoir New York comme terrain de jeu et Youtube comme théâtre

Avoir New York comme terrain de jeu et Youtube comme théâtre
Photo agence qmi, marie-joëlle parent Le cinéaste Casey Neistat produit des vidéos Youtube sur les travers de la vie quotidienne à New York. Sa vidéo sur les pistes cyclables de New York a été vue par cinq millions de personnes.

Coup d'oeil sur cet article

J’ai découvert le cinéaste Casey Neistat en 2007 grâce à Youtube. En un clic, je suis devenue accro à ses vidéos, des petits bijoux qui racontent les travers de la vie quotidienne à New York.

Ses vidéos, tournées avec des caméras de moins de 200 $, sont devenues des objets de culte populaire sur Internet. Le New York Times fait maintenant appel à ses services, HBO lui a confié une émission et il est devenu sans le vouloir le héros des cyclistes de New York.

C’est Casey qui a produit la fameuse vidéo sur les dangers du vélo à New York cet été. Après avoir reçu une contravention pour avoir roulé dans la rue plutôt que sur la piste cyclable, il s’est mis à foncer volontairement dans les obstacles qui bloquent les pistes, prenant le sermon du policier à la lettre. Vous avez probablement ri, tout comme cinq millions de personnes. Pour l’anecdote, il revoit souvent le policier et ils sont devenus amis.

Des cassettes jusqu’au plafond

J’ai eu envie de rencontrer ce personnage qui, comme la troupe Improv Everywhere, fait tant jaser médias et blogueurs. Il m’a donné rendez-vous dans son studio de TriBeCa. Comment décrire l’endroit ? Il y a des cassettes jusqu’au plafond, assez d’équipement pour ouvrir un « pop-up shop techno », des caméras de surveillance qui filment Broadway et un mur couvert de Polaroids de ses amis datant de l’ère pré Facebook (sa version avant le temps du « mur »). Tout est classé et en ordre. Casey étiquette chaque objet avec un crayon Liquid Paper. Bref, on dirait la caverne 2.0 d’inspecteur Gadget.

Né au Connecticut, Casey l’autodidacte n’a pas terminé son secondaire. Il a déménagé à New York en 2001 avec son grand frère Van. Ils ont vidé leur compte de banque pour se procurer le premier iMac et on découvert les joies d’iMovie. Ils n’ont pas arrêté de faire des films depuis.

« Je n’ai jamais pensé que je pourrais vivre de mes films », dit Casey, 30 ans, assis devant son écran pendant que son assistant s’occupe de ses factures. « Depuis que je suis enfant, je suis obsédé par New York, depuis le film BIG avec Tom Hanks ! », dit Casey qui vit dans East Village, mais a aussi une maison au Connecticut où son fils de 13 ans va à l’école. Il est devenu père à l’âge de 16 ans. « New York est mon terrain de jeu. Chaque fois que je quitte la ville, je compte les minutes avant mon retour ».

Une nouvelle télésérie

Les vidéos de Casey parlent de sa famille, de sa copine, il nous amène en voyage, il nous émeut, il nous explique avec humour et ingéniosité Chatroulette, Facebook et Siri. Il démontre à quel point il est facile de voler des vélos à New York. Il nous amène au coeur des arrestations durant la période chaude d’Occupy Wall Street. Il prouve que « texter » et marcher dans les rues de New York ne font pas bon ménage.

En 2010, HBO a diffusé sa série The Neistat Brothers qui n’a malheureusement duré qu’une saison. « Je travaille sur une nouvelle télésérie, un film pour adolescents et un documentaire sur l’Afghanistan que je peine à finir par manque de temps », admet Casey, qui dort à peine quatre heures par nuit. Il se lève à 5 h 55, court une heure trente et passe 18 heures au studio. Il a 14 marathons dans le corps.

Casey a commencé à attirer l’attention en 2003 grâce à la vidéo iPod’s Dirty Secret, dans laquelle il exposait le problème de pile non remplaçable du iPod. Quelques jours plus tard, Apple a revu sa politique. Il a depuis fait la « paix » avec Apple. Le jour après la mort de Steve Jobs, il a collé le « post-it » suivant dans la vitrine de la succursale de SoHo : « Merci Steve d’avoir construit les outils qui ont fait ma carrière ».

 

Commentaires