/lifestyle/books
Navigation
Livres d’ici

Une nouvelle enquête d’Armand Gamache

Coup d'oeil sur cet article

Défense de tuer,
Louise Penny
Édition Flammarion - 421 pages

L’auteur Louise Penny a su se distinguer parmi les auteurs canadiens les plus récompensés. L’auteur qui est originaire de Toronto a choisi le Québec pour s’y installer. C’est à Sutton précisément qu’elle demeure et c’est là qu’elle situe les enquêtes de son personnage principal, l’inspecteur québécois Armand Gamache de la « Sûreté du Québec ».

Il faut dire que ces romans d’enquêtes sont devenus une série qui lui valut le Agatha Award à quatre reprises soit de 2007 à 2010.

Son premier roman de la série En plein coeur a remporté des prix dans plusieurs pays, dont le Creasy Dagger en Grande-Bretagne, l’Arthur-Ellis au Canada et les prix Anthony et Barry aux États-Unis, tous destinés à récompenser un premier roman policier.

Ainsi reconnue internationalement, publiée dans une vingtaine de pays, la série « Armand Gamache enquête » est l’objet d’une adaptation télévisuelle.

Ce qui a commencé en lion a de fortes chances de se poursuivre de la même façon avec sa toute nouvelle enquête d’Armand Gamache, Défense de tuer.

Meurtre à l’hôtel

En plein coeur de l’été, un hôtel luxueux des Cantons-de-l’Est, le Manoir Bellechasse, reçoit les membres d’une riche famille canadienne-anglaise venus rendre un hommage à leur défunt patriarche. Le ciel devenu sombre, l’atmosphère s’alourdit et une tempête s’abat, laissant derrière elle un cadavre aux allures théâtrales.

Or, l’inspecteur-chef Armand Gamache célèbre dans cet hôtel, chaque année, son anniversaire de mariage. Mais qui aurait eu l’idée et même l’audace, de tuer sous les yeux de l’inspecteur ?

Derrière les convenances et les sourires polis, la haine et le passé refont surface, persuadant Gamache que le meurtre est comme l’orage : une libération.

L’arbre au poison
d’Erin Kelly
Au cours de l’été étouffant de 1997, Karen, une étudiante brillante et studieuse, fait la rencontre de Biba, une orpheline originale qui mène une vie de bohème dans un hôtel particulier délabré de Highgate, en compagnie de son frère énigmatique, Rex. Aussitôt, Karen se laisse entraîner dans leur univers fascinant et se retrouve au plein coeur d’une histoire familiale mystérieuse et compliquée. Mais, Karen est loin de se douter des événements terribles qui se préparent... dont l’issue va se révéler fatale. L’idylle tourne au cauchemar et à la fin de cet été, il y aura deux morts !
L’arbre au poison, Erin Kelly, Traduit de l’anglais par Catherine Ludet, Édition JC Lattes - 379 pages
La pratique du roman
Collectif
Voici un livre de réflexion sur ce qu’on peut appeler l’art du roman. Les romanciers parlent volontiers de l’art précis qu’ils pratiquent. Les auteurs qui ont participé à cet ouvrage, Nadine Bismuth, Trevor Ferguson, Dominique Fortier, Louis Hamelin, Suzanne Jacob, Robert Lalonde, Gilles Archambault et Monique LaRue, se livrent volontiers aux grandes questions sur la spécificité, le rôle et les limites de cette pratique. Ils répondent également aux questions qui sont propres au contexte littéraire québécois comme aux conditions dans lesquelles s’exerce ici l’imaginaire romanesque.
La Pratique du roman, sous la direction de François Ricard et Isabelle Daunais, Édition du Boréal - 144 pages
Les liens du sang
de Sam Hayes
Une fillette, laissée seule dans son landau, est enlevée. On ne l’a jamais retrouvée. Quinze ans plus tard, Robert s’interroge sur sa nouvelle épouse. Elle se comporte étrangement avec leur fille, lui refusant de changer d’école ou de faire un voyage avec des amis... Pour Robert, ce sera une découverte troublante, car cette femme qui devient de plus en plus distante n’a jamais cessé de lui mentir.

Mais, ce à quoi il ne s’attend pas, c’est que sa recherche de vérité peut détruire toute sa famille et le mettre en danger. Les apparences sont parfois tellement trompeuses...

Les liens du sang, Sam Hayes, Éditions City - 320 pages. Dès 12 ans.
Commentaires