/news/politics
Navigation
Ecole de conduite

­­Pratiques dénoncées

Des sanctions sont réclamées contre les écoles fautives

Coup d'oeil sur cet article

« Inacceptable », « effrayant », « triste ». Les experts en sécurité routière dénoncent en chœur les pratiques douteuses relevées par l’enquête du Journal.

Trois des six écoles de conduite visées par le reportage du Journal faisaient déjà l’objet de « mesures de redressement » par l’organisme chargé du contrôle, a fait savoir hier l’Association québécoise du transport et des routes (AQTR).

« Il devrait y avoir des sanctions contre ces écoles, réclame Marie-Claude Morin, de l’organisme Mère contre l’alcool au volant (MADD). C’est un bris de confiance épouvantable. C’est de la fraude. Ça prend une enquête et des sanctions. »

Réprimandes

Les cours ainsi escamotés traitent pourtant de notions importantes, dont le comportement sécuritaire que doivent adopter les conducteurs, dit Yvon

Lapointe, directeur du service de l’éducation routière au CAA-Québec.

Il est notamment question d’alcool, de drogue, de vitesse et de textos au volant.

« Si des jeunes réussissent à se faufiler, il va y avoir sur la route des conducteurs dangereux », craint pour sa part Jean-Marie De Koninck, président de la Table québécoise de sécurité routière.

Critères à resserrer

« C’est vraiment dommage qu’il y ait des écoles qui se soient abaissées à faire ça, dit-il. C’est triste. »

Le problème était connu, à l’Association des écoles de conduite du Québec. Certaines des écoles fautives aussi. Mais peu d’écoles avaient été prises à défaut de preuves, déplore le directeur général, Marc Thompson.

« Enfin, il y en a qui vont se faire prendre », dit-il.

« Vous avez découvert un manquement, mais il y en a probablement d’autres », craint M. Lapointe.

« Ça démontre toute l’importance pour la SAAQ d’établir des critères d’accréditation très serrés », ajoute M. De Koninck.

L’AQTR assure pour sa part mener des vérifications sur les écoles de conduite, une fois aux deux ans, en plus de visites surprises, dit la directrice exécutive, Lise Tourigny.

L’AQTR compte d’ailleurs être « plus sévère » et sanctionner les écoles fautives.

« Ça va leur coûter cher », assure Mme Tourigny.

Ce qu'ils ont dit

« C’est une faute grave et c’est inacceptable. Cette année, on va être plus sévère et plus
présent. »
Lise Tourigny
Association québécoise
du transport et des routes
«Dans tout système, il y a toujours des pommes pourries. C’est celles-là qu’il faut éliminer. »
Jean-Marie De Koninck
Table de concertation
en sécurité routière
«C’est inacceptable, c’est de la fraude, c’est criminel. Pour ces écoles, c’est une business, ils se fichent des élèves. »
Marc Thompson
Association des écoles
de conduite du Québec
«Ces écoles devraient être sévèrement réprimandées, voire sorties du marché. »
Yvon Lapointe
CAA-Québec

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.