/news/politics
Navigation
Grève dans les CPE

Montréal et Laval: 5000 familles devront se débrouiller

Bloc politique provinciale

Coup d'oeil sur cet article

Des milliers de familles devront se débrouiller lundi matin puisque les éducatrices de 119 CPE de Montréal, Laval, la Montérégie et la Mauricie-Centre-du-Québec ont prévu une journée de grève.

Les conventions collectives des éducatrices de CPE sont échues depuis près de deux ans. Elles ont déposé leurs demandes il y a plus de 10 mois et elles estiment que les négociations trainent en longueur.

« Ce qui nous choque, c’est que nous avons des journées de négociation de prévues et l’employeur les annule ou ne nous accorde qu’une demi-journée », a déclaré Arianne Lavoie, la vice-présidente par intérim à la négociation pour le Syndicat des travailleuses et travailleurs des centres de la petite enfance de Montréal (STCPEML-CSN). De plus, Mme Lavoie affirme que la position de l’employeur constitue un recul des conditions de travail.

Une journée de grève régionale est donc prévue lundi dans les CPE affiliés à la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN. Ces grèves devraient toucher des milliers de familles.

Un service de garde alternatif n’est pas prévu pour les CPE touchés, du moins à Montréal et Laval, puisque chaque installation compte de 60 à 80 enfants et n’emploie qu’un ou deux cadres. À l’Association patronale des CPE de Montréal et Laval, qui regroupe une cinquantaine d’installations, on dit plutôt « favoriser l’autogardiennage entre les parents ».

L’Association patronale et la ministre de la Famille, Yolande James, ont dénoncé ce débrayage.

« Cette décision m'apparaît inappropriée parce que je sais que les négociations progressent et qu'il n'y a pas de blocage réel aux tables de négociations. Nous venons tout juste de terminer des négociations intensives qui ont déjà permis, dans six régions, d'en arriver à des ententes de principe », a affirmé la ministre par communiqué, dimanche.

Ce mouvement de grève régional pourrait prendre plus d’ampleur alors que les éducatrices de CPE de toute la province seront appelées à se prononcer mardi sur la tenue d’une journée de grève à l’échelle du Québec le 10 février. Ce serait alors 360 CPE qui seraient touchés. L’issue de ce vote dépend de l’évolution des négociations à l’échelle provinciale qui concernent les salaires. Au niveau régional, les négociations portent plutôt sur les conditions de travail des éducatrices.

Dans le cadre de la grève régionale de lundi, le STCPEML-CSN a invité ses membres via sa boite vocale à participer à une manifestation prévue à 10 h, au carré Saint-Louis.

 

Commentaires