/news/health
Navigation
Hôpitaux

Le ministre étonné

Yves Bolduc demande aux hôpitaux de resserrer la surveillance des dossiers

Le ministre étonné
Photo d’archives Les dossiers de patients photographiés dans le corridor de L’Hôtel-Dieu de Montréal. À la suite du reportage du Journal démontrant la facilité de consulter des dossiers confidentiels, le ministre Bolduc a demandé aux hôpitaux de revoir la surveillance.

Coup d'oeil sur cet article

Les établissements de santé doivent mieux protéger les dossiers de leurs patients, urge le ministre de la Santé, Yves Bolduc, étonné que des données sensibles soient parfois facilement accessibles.

« La responsabilité des établissements, c’est de s’assurer que les dossiers sont sous surveillance ou dans des endroits qui ne sont pas accessibles à la population, et même aux professionnels en général », a signalé le ministre hier, après la parution d’un reportage troublant du Journal.

Sur 14 hôpitaux visités, des problèmes de confidentialité ont été notés dans dix d’entre eux que ce soit dans des documents confidentiels laissés dans le corridor ou des conversations à voix haute à l’urgence.

M. Bolduc ne pouvait s’expliquer qu’à l’Hôtel-Dieu du CHUM notamment, le journaliste a pu consulter aisément des dossiers médicaux placés sans surveillance dans un corridor.

« Habituellement, les archives sont dans un endroit où seuls les archivistes ont accès aux dossiers médicaux », a précisé le ministre, selon qui la confidentialité, « c’est ultra-important ».

« Je suis estomaquée »

Il estime que le reportage incitera les établissements « à prendre leurs responsabilités ». La critique du Parti québécois en matière de santé, Agnès Maltais, estime elle aussi qu’on doit faire de la confidentialité une priorité.

« Ça me dérange beaucoup. Ce sont des détails intimes livrés au premier venu. Je suis estomaquée. »

Elle estime qu’on est face à une « médecine de guerre », surtout dans les urgences. Elle estime qu’en cette période de l’année, on pourrait ouvrir des cliniques de grippe. Elle prône aussi un réinvestissement massif dans les soins à domicile.

Informatisation

Yves Bolduc a de son côté précisé que l’informatisation du réseau de la santé facilitera à l’avenir la préservation de la confidentialité des données.

« Le dossier électronique est plus sécuritaire que le dossier papier. C’est un argument de plus en faveur de l’informatisation », a plaidé le ministre.

Il signale que déjà, des hôpitaux à Lévis, à Longueuil et à Trois-Rivières ont numérisé les dossiers médicaux antérieurs.


Le CHUM a promis hier d’étudier les mécanismes pour sécuriser les dossiers tout en conservant l’accessibilité pour les professionnels qui doivent les consulter.

Commentaires