/opinion
Navigation

Le monde est stone

Coup d'oeil sur cet article

Incroyable, inimaginable et déso­lant ! Je viens de découvrir les résultats de mon dernier sondage et je n’en reviens tout simplement pas. Près des deux tiers des Québécois sont sur les pilules. Oui, oui, vous avez bien lu, les deux tiers des gens consomment actuellement des médicaments prescrits par leur médecin.

On ne parle pas ici de la consommation au courant d’une année entière, mais bien dans une seule journée. Il y a en ce moment au Québec 62 % des gens qui prennent des médicaments prescrits pour l’une ou l’autre des maladies. Et ce chiffre n’inclut même pas ceux qui en prennent en vente libre.

Pire, les Québécois prennent, en moyenne, 3,6 médicaments par jour. Faites un calcul rapide et vous retrouverez plus de 3,7 millions de Québécois malades qui prennent environ 13 400 000 de pilules par jour.

Le monde est malade

Les chiffres font peur. Plus d’un Québécois sur 8 souffre de brûlures d’estomac, d’arthrite ou rhumatisme ou encore a de la difficulté à dormir. Plus d’un Québécois sur 15 souffre de ­diabète ou de problèmes cardiaques. Plus d’un Québécois sur 30 souffre ­d’affections pulmonaires, de rétention d’eau ou de mal au cœur.

Le malade imaginaire

Je n’arrive pas à y croire. Bombardés de toutes sortes d’informations sur les effets des 12 000 maladies répertoriées, il semble que les Québécois aient décidé de prévenir plutôt que de guérir. Rappelez-vous de la grande campagne de vaccination contre le virus du H1N1. C’est vrai qu’il est devenu tellement plus facile de se procurer une pilule magique que de modifier son alimentation ou d’améliorer sa condition de vie. Un peu comme la publi­cité qui montre quelqu’un mangeant des ailes de poulet épicées et qui prétend que ce n’est pas grave, car il peut se procurer un excellent médicament contre la douleur.

Et ces chiffres n’incluent pas non plus les maladies mentales de toutes les sortes. Ce sont des chiffres à nous rendre malade.

Un peuple sur les pilules

Peut-on imaginer les effets réels de ces médicaments sur la santé future des gens? Je n’ose pas penser aux effets secondaires ou à l’habitude que certains médicaments créent. Mais les gens s’en foutent. Seulement 5 % pensent qu’ils sont accros à ces médicaments.

Le Québec est un peuple sur les pilules. Peut-être que cela explique certains de leur choix ?

D’ailleurs, le sondage démontre aussi que 6 % des gens avouent prendre des ­médicaments contre la dépression. Cela ne me surprend pas.

Yvon Deschamps avait encore raison. Peut-on rêver d’un peuple riche et en santé au lieu du Québec actuel, pauvre et malade ?

Commentaires