/news/health
Navigation
Maladies du sein

St-Sacrement à la fine pointe

Centre maladies sein
photo Stevens Leblanc Les centaines de patientes, comme Claire Rousseau, traitées au Centre des maladies du sein de l’hôpital du Saint-Sacrement, bénéficient désormais d’installations plus adéquates.

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre des maladies du sein (CMS) de l’hôpital du Saint-Sacrement a inauguré lundi de nouvelles installations de 5,8 millions de dollars, offrant un environnement mieux adapté et des soins à la fine pointe.

La nouvelle salle de chimiothérapie est spacieuse et lumineuse, ce qui contraste avec les anciens locaux exigus qui ne permettaient guère de confidentialité.

« On a plus que triplé la superficie de la salle et doublé le nombre de fauteuils de traitement, ce qui diminue les délais. On est très contentes pour nous, mais surtout pour les patientes », a exprimé un membre de l’équipe soignante, Martine Lachanche, qui a mis l’épaule à la roue ces trois dernières années afin que cet agrandissement se concrétise.

Une pharmacie satellite ultramoderne a de plus été aménagée dans des locaux adjacents.

Donner de l’espoir

Depuis octobre, Claire Rousseau reçoit chaque semaine des traitements de chimiothérapie pour un cancer du sein avec métastases.

« Je passe la demi-journée ici. On a beaucoup plus d’espace. La personne qui nous accompagne peut rester près de nous pour jaser, ce qui n’était pas possible dans les anciens locaux », a fait part cette patiente de 53 ans.

À vocation suprarégionale, le CMS diagnostique et traite plus de 920 nouveaux cas de cancer chaque année, soit 14 % de tous les cas au Québec.

« Toutes les patientes ont l’espoir de guérir ou d’améliorer leur vie. Certaines peuvent vivre des années avec des cancers métastatiques. Semblable salle permet de donner des traitements performants qui leur fournissent cet espoir », a déclaré la responsable du CMS, la Dre Louise Provencher, chirurgienne-oncologue.

Casques réfrigérants

Les patientes comme Mme Rousseau bénéficient de l’expertise du CMS de plusieurs façons. Le centre est ainsi l’un des rares à utiliser des casques réfrigérants, qui permettent de diminuer de près de moitié la chute des cheveux liée à la chimiothérapie.

La Fondation de l’hôpital du Saint-Sacrement a financé l’achat des 50 casques valant 1 000 $ chacun. La fondation a remis à ce jour plus de 2,6 millions de dollars au CMS.

Commentaires