/entertainment/music
Navigation
Musique classique

Concerts tous azimuts

Concerts tous azimuts

Coup d'oeil sur cet article

Si l’Orchestre symphonique de Montréal affiche complet pour les trois soirs du Requiem de Mozart, la multitude de concerts en cours nous permettra d’autres belles découvertes. De l’ensemble Arion à Pentaèdre et de Constantinople à Magnitude6, que de beaux horizons.

Avec Magnitude6, il faut s’attendre à bien des aventures musicales, dans le bon sens du terme. Prenez un quintette de cuivres formé de professionnels et un batteur qui s’intéresse au répertoire contemporain, puis vous obtiendrez Antiphonaire. Mardi 21 et mercredi 22 février au Gesù, l’ensemble présentera une fusion musique de renaissance et contemporaine dont la pierre d’achoppement sera Spen in allum (1570) de Thomas Tallis. En plus, nous entendrons des œuvres de Demers, Henry, Lapointe et Lavoie, tous jeunes compositeurs d’ici. 20 h.

Dans un autre registre, soit musique du monde avant l’heure, l’ensemble Constantinople sous la direction du percussionniste Ziya Tabassian recevra quatre grands virtuoses de la percussion. Au programme, un voyage avec des musiques en provenance d’Israël, Inde du Sud et Turquie. 20 février À la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau. 20 h.

Moussorgski et Mozart

Vendredi 24 février, à la salle Bourgie du Musée des Beaux-arts de Montréal, l’ensemble Pentaèdre et son brillant joueur de basson Matthieu Lussier revisiteront le classique de Moussorgski, Tableaux d’une exposition. En plus de cet incontournable qui se glisse très bien dans ce magnifique musée, nous entendrons des œuvres de Ravel, Sokolovic et Sching.

Toujours au même endroit, mais samedi 25 février à 20 h, l’orchestre de chambre Appassionata sous la direction de Daniel Myssyk nous invite à redécouvrir Mozart et Britten. 514 288-9955

 

en bref
 
Anne Gastinel ★★★★

Claire Désert,
Franck/Debussy/Poulenc, Naïve/Naxos

Que voilà un triplet consistant pour cette période hivernale. Violoncelliste dont le jeu est marqué par la finesse, la transparence et plus encore, une immense poésie, Anne Gastinel et sa complice, la pianiste Claire Désert,nous invite à découvrir cet hommage aux compositeurs français. Tout en nuance et densité, les différentes interprétations, y compris la transcription pour violoncelle de la Sonate pour violon et piano de Franck, font appel à l’intelligence, la sensibilité ainsi que les oppositions de couleurs. Une nouveauté qui s’apprivoise dans la quiétude du dimanche matin.
 
Ralph van Raat ★★★½

Charles Koechlin, Les heures persanes,
Naxos

Compositeur, pianiste et théoricien, Charles Koechlin (1867-1950) fut l’ami de Fauré, Duparc et Satie. Dans un esprit relativement moderne, du moins pour l’époque, le pianiste Ralph van Raat « retranscrit » avec une certaine justesse ces heures creuses aptes à la rêverie, pour ne pas dire mélancolique. Parent des univers d’Érik Satie, les seize plages qui ressemblent fortement à des études, jamais scolaires, une chance, se dégustent une par une. Pour une dizaine de dollars, il est difficile de résister à cette nouveauté.
 
Jan Wagner ★★★½

Orquestra Sinfonica de Venezuela Evencio Castellanos,
Naxos

Puisque nous sommes dans la nouveauté à petit prix, direction le Venezuela et son orchestre symphonique. Après deux écoutes serrées, la vision du compositeur Evencio Castellanos (1915-1984) s’inscrit irrémédiablement dans le travail à grand déploiement qui nous rappelle légèrement les compositions de Dmitri Tiomkin, orfèvre des westerns américains des années cinquante. Hispanisant aussi dans son essence, cuivres à l’appui, il est préférable d’écouter cette nouveauté avec un peu de puissance.
 
Concerts
19 février
Ensemble Allogène
Œuvres de Haydn, Boismortier et Kagel
Salle de concert du Conservatoire de musique de Montréal
15 h 30
514 790-1245
21 février
Matteo Mela, guitare
Lorenzo Micheli
Compositions
Salle de concert du Conservatoire de musique de Montréal
19 h 30
514 790-1245
Classe de Jutta Puchammer
Alto
Oeuvres de Brahms,
Bach et Walton
Salle Jean – Papineau
Couture
Université de Montréal
19 h 30
514 343-6427
Le dynamisme d’un orchestre
Tout comme l’Orchestre symphonique de Laval qui s’implique beaucoup dans la communauté avec des musiciens d’ici, celui de Trois-Rivières sous la direction de Jacques Lacombe et Gilles Bellemare en fait tout autant. Dimanche 19 février, à la salle J-Antonio-Thompson, le jeune violoniste Alexandre Da Costa revisitera un monument, le Concerto pour violon de Tchaïkovski sur un Stradivarius « Di Barbaro » de 1727 prêté par la compagnie Canimex. Toujours sous la direction du chef d’orchestre Gilles Bellemare, nous entendons aussi la 5e symphonie de Tchaikovski et Mirages de Jacques Hétu. Cette dernière œuvre qui a inspiré l’artiste François Fréchette sera présentée sous la forme de cinq vitraux. 14 h 30.
1 866 416-9797
Partir en tournée
À trente ans et des poussières, le jeune chef d’orchestre Jean-Philippe Tremblay connaît déjà une très belle carrière. De l’orchestre national de France à celui de Prague et du London Philarmonic Orchestra à celui de Rotterdam, lieu de résidence de son confrère Yannick Nézet-Séguin, l’art de la direction n’a plus de secret pour lui. Au cœur de ces multiples activités, il y a l’orchestre de la Francophonie et sa campagne de recrutement ouverte jusqu’au 1er mars. Pour tous les jeunes musiciens, musiciennes choisies, ce sera l’occasion de partir en tournée au Québec et en Ontario. Avant cela, il y aura une période de résidence intense dès le 15 juin à Ottawa et Montréal, plus une série de cours de maîtres. Parmi les nouveautés, deux semaines en résidence à la Société des Arts technologiques de Montréal (SAT), avec des concerts qui se télescoperont aux créations d’artistes visuels et DJ. Pour vous inscrire aux auditions : www.ofc-canada.com/fr/programme-admission.php. Vous y trouverez aussi les traits d’orchestre pour chaque instrument.
Commentaires