/news/politics
Navigation
Archipel Saint-François

Des citoyens de Laval attendent toujours

Laval
Courtoisie Hugues Labelle Totalisant près de 200 hectares de terrain, les trois grandes îles, situées sur la rivière des Mille Îles entre Terrebonne et Laval, appartiennent à des propriétaires privés.

Coup d'oeil sur cet article

LAVAL – Les citoyens lavallois qui plaident depuis vingt ans en faveur de la protection des îles de l’archipel Saint-François, situé dans la rivière des Mille Îles, s’impatientent. Malgré l’engagement ferme, depuis 2008, des députés libéraux de faire de ce dossier une priorité, les îles Saint-Joseph, aux Vaches et Saint-Pierre continuent d’être menacées.

«On se bat depuis 1992 pour protéger ces îles qui ont une grande valeur pour la conservation de la faune et de la flore et qui possèdent un fort potentiel écotouristique», a expliqué Huguette Larochelle, présidente de l’organisme «Sauvons nos trois grandes îles».

Totalisant près de 200 hectares de terrain, les trois grandes îles, situées sur la rivière des Mille Îles entre Terrebonne et Laval, appartiennent à des propriétaires privés. Zonées résidentielles, elles sont constamment menacées par de nouveaux projets de développement, selon l’organisme soutenu par plus de 41 000 citoyens.

Promesse

Lors de la campagne électorale de 2008, les députés libéraux de la région, la ministre Michelle Courchesne en tête, avaient promis aux citoyens de faire de la protection de ces îles la priorité de leur mandat actuel.

Or, les citoyens attendent toujours, alors que des rumeurs d’élections commencent à circuler dans la province.

«Si le dossier n’est pas réglé avant le déclenchement des élections, tout le processus tombera au point mort. Il faut absolument qu’il se passe quelque chose avant qu’on ait au moins une réponse officielle des élus qui nous ont promis leur engagement», a affirmé Mme Larochelle, précisant que le gouvernement a tout ce qu’il lui faut entre les mains pour s’activer.

En 2009, Québec a octroyé 34 000 $ à l’organisme pour la réalisation d’une étude écologique dirigée par Éco-Nature. Le rapport, publié en septembre dernier, est depuis entre les mains des Libéraux.

«L’étude s’est avérée très positive, a expliqué la présidente. Tout est en notre faveur. Les experts et les élus ont même confirmé le potentiel écologique de ces îles et l’importance de le conserver. Alors qu’est-ce qu’ils attendent?»

Huguette Larochelle a indiqué que les trois îles sont davantage menacées à l’heure actuelle qu’elles ne l’étaient en 2008.

Le projet de loi 47 sur l’aménagement durable du territoire et l'urbanisme, adopté au début de l’année, prévoit désormais empêcher les citoyens de se prononcer lors de la modification d'un règlement de zonage.

Issue probable

La ministre responsable de la région de Laval, Michelle Courchesne, a assuré quant à elle que le dossier de la protection de ces îles demeure toujours une priorité.

«La ministre est très optimiste et est déterminée à obtenir une issue positive pour la réalisation de ce projet qui lui tient à cœur, tout comme les préoccupations de la population, a affirmé son attachée de presse, Isabelle Mercille. Mais il s’agit d’un dossier complexe qui implique plusieurs ministères et partenaires. Elle demande encore la patience des citoyens tout en leur réitérant son engagement.»

 

Commentaires