/entertainment/movies
Navigation
Goon : Dur à cuire

Inspiré de Bob Probert

L’acteur américain Liev Schreiber dit s’être inspiré du légendaire Bob Probert pour jouer son personnage de vétéran dur à cuire dans la comédie Goon : Dur à cuire.

Coup d'oeil sur cet article

« Beaucoup de mon travail de recherche était basé sur sa carrière, explique Schreiber en entrevue téléphonique la semaine dernière.

« George Laracque m’a aussi donné quelques renseignements sur le travail des joueurs robustes. Ce qui m’a le plus frappé, c’est le code d’honneur et l’amitié qu’il y avait entre eux. Dans 99 % du temps, après la partie, ils allaient prendre une bière avec les gars avec qui ils s’étaient battus sur la glace. Il y avait entre eux une camaraderie et un grand respect. »

Fait amusant : l’acteur de Salt et Repo Men n’avait pratiquement jamais patiné avant de se joindre à l’équipe de Goon. Il a donc suivi un entraînement intensif de cinq semaines, à la demande du réalisateur Michael Dowse.

« Le métier d’acteur nous permet à l’occasion d’apprendre à faire des choses qu’on n’aurait jamais faites sinon, souligne-t-il. Je n’aurais sûrement jamais joué au hockey si je n’avais pas été dans ce film. Cela dit, une bonne partie de mon entraînement était centrée davantage sur les bagarres que sur le hockey en tant que tel ! »

Tristesse

Tout en gardant en tête que Goon était une « grosse comédie », Schreiber a tenté d’incarner à l’écran la tristesse et la désillusion qui se dégageaient de son personnage de bagarreur fatigué et en fin de carrière.

« Il y a de la tristesse chez tous les sportifs professionnels, observe l’acteur. Ils donnent beaucoup de leur vie et leur cœur à leur sport. Ils travaillent si fort pour un sport qu’ils ne pourront pratiquer seulement jusqu’à un certain âge. Et une fois qu’ils ne peuvent plus le faire, ils doivent trouver un autre sens à leur vie.

« Bon Probert est décédé peu de temps avant le début du tournage. En lui parlant, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de fatigue et de questionnements chez lui. Le travail de bagarreur au hockey est très ingrat. Je crois que le film donne une bonne idée de cet aspect du jeu. Mais attention, ce n’est pas le sujet du film. Ça reste une comédie pour s’amuser ! »

• Goon : Dur à cuire présentement à l’affiche.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.