/news/currentevents
Navigation
Alimentation

De la viande halal pour tous

Un CPE sert ce type de plat aux enfants même s’ils ne sont pas musulmans

De la viande halal pour tous
Photo le journal de Montréal, héloïse archambault La directrice du CPE Bouton éclair Gladys Andrée (droite), et la cuisinière Isabelle Théorêt, ne servent que de la viande halal aux enfants. Le porc n’est par ailleurs servi que lors d’occasions spéciales.

Coup d'oeil sur cet article

Tous les enfants d’un CPE de Montréal sont nourris avec de la viande halal et ce, même si seulement une minorité d’entre eux ont des parents musulmans.

« Ce n’est pas religieux, se défend Gladys Andrée, directrice du centre de la petite enfance (CPE) Bouton éclair, à Anjou. Nous mangeons ce qu’il y a de meilleur pour les enfants. C’est tout. »

Dans le cadre de l’enquête sur la qualité des repas servis en CPE et en centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), publiée hier, le Journal a découvert que cette garderie subventionnée de Montréal ne sert que de la viande halal aux enfants. Et cela, depuis l’ouverture du service de garde, en 1988.

Or, seulement 16 des 53 enfants qui fréquentent ce CPE ont des parents de confession musulmane.

Pas de porc non plus

La philosophie reliée à la viande halal veut que l’animal soit tué d’une certaine façon, et comprend aussi la récitation d’une prière.

Par ailleurs, les enfants de ce CPE ne mangent pas de porc non plus, une viande interdite dans la religion musulmane. La direction fait toutefois quelques exceptions durant l’année, comme à Pâques ou à Noël.

Malgré tout, Gladys Andrée refuse d’y voir un lien avec la religion islamique.

« Ce n’est pas religieux, répète la femme. Il y avait certains parents plus réticents, mais nous leur avons expliqué qu’on choisit cette viande parce qu’elle est bonne. Par exemple, le poulet halal est meilleur que le poulet de grain, et il coûte moins cher. »

Cette dernière assure aussi que cette décision n’est pas liée à une demande des parents musulmans.

« On ferait ce choix même s’il n’y avait pas de musulmans, dit-elle. On est satisfaits et on accommode tout le monde. »

Promotion du halal

Propriétaire du marché Michelet, le fournisseur du CPE Bouton éclair, Mohammed Jabrane aimerait avoir plus de contrats avec des garderies.

« Nous avons fait de la publicité, mais ça n’a pas fonctionné jusqu’ici, raconte-t-il. Rien n’empêche les Québécois qui ne sont pas musulmans de manger halal, c’est de la viande du Québec. »

Nourriture cachère au CHSLD

Par ailleurs, le CHSLD juif de Montréal, une institution publique, ne sert que de la nourriture cachère à ses résidents.

La directrice de l’établissement, Lucie Tremblay, indique que ce choix a été fait dans le but de respecter la clientèle, qui est juive à 95 %.

« Les gens viennent habiter ici pour plusieurs années, alors on doit s’adapter à leurs habitudes et leur donner un confort culturel, souligne-t-elle. Si les employés veulent se commander une pizza, il n’y a pas de problème. Mais dans la cuisine, c’est de la nourriture cachère. »

D’ailleurs, toute la nourriture servie à ce centre est cuisinée sur place. En lien avec le principe cacher, les produits laitiers ne sont jamais mélangés avec la viande.

Subvention et religion

Questionné à ce sujet, le Mouvement laïque québécois s’oppose au fait qu’un CPE serve de la nourriture halal.

« On n’est pas du tout d’accord, indique la présidente Lucie Jobin. Si c’est subventionné, ça ne doit pas être en lien avec une religion. »

Ce qu’ils ont dit
«
Chaque fois que j’ai mangé dans un CHSLD, j’ai très bien mangé. Tout n’est pas parfait, il y a des choses à améliorer. Mais de ce que j’ai vu, c’était bien, varié et chaud. »
– Dominique Vien, ministre déléguée aux services sociaux

«
Au lieu de parler de mourir dans la dignité, on devrait nourrir les personnes âgées dans la dignité. »
– Louis Plamondon, président de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées

«
J’ai goûté à des repas de CHSLD et à certains endroits, c’était bon. À d’autres, je n’ai pas aimé. Mais des améliorations ont été faites au cours des dernières années, et on peut continuer de s’améliorer. »
– Marguerite Blais, ministre responsable des aînés

«
C’est décourageant. On manque de respect à l’égard des personnes âgées en les traitant comme ça et c’est inadmissible. Elles ont bâti le Québec et c’est la réponse qu’on leur donne. »
– Carole Poirier, porte-parole du Parti québécois en matière d’aînés

Sur le même sujet
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.