/entertainment/celebrities
Navigation
Frais de scolarité

« Lâchez pas ! »

- Le cri du cœur de Claude Legault aux étudiants

« Lâchez pas ! »
photo d’archives Dans leur lutte contre la hausse des droits de scolarité, les étudiants peuvent compter sur l’appui de plusieurs artistes, dont Guy A. Lepage, Claude Legault, Les Cowboys Fringants et Michel Rivard.

Coup d'oeil sur cet article

Les artistes se rangent du côté des étudiants dans le conflit qui les oppose au gouvernement de Jean Charest.

De Michel Rivard aux Cowboys Fringants, en passant par Claude Legault, Guy A. Lepage et Valérie Blais, plusieurs grosses pointures du milieu culturel appuient les quelque 123 000 jeunes en grève générale illimitée qui protestent contre la hausse des droits de scolarité annoncée dans le dernier budget provincial.

Rivard a affiché son soutien aux grévistes devant plus de 2 000 000 de téléspectateurs dimanche soir à Star Académie. Assis au banc des juges de l’émission, le chanteur portait fièrement le macaron rouge, symbole officiel d’appui au mouvement étudiant.

Par l’entremise de l’attachée de presse des Productions J, Véronica Sylvestre, l’auteur-compositeur a indiqué au Journal de Montréal qu’il arborait le fameux objet en signe de solidarité pour ses deux filles, Adèle et Joséphine.

« Michel Rivard se réjouit de voir que les jeunes prennent la rue, a dit Mme Sylvestre. Ça lui rappelle les rassemblements des années 1970 et 1980. »

Sans surprise, Les Cowboys Fringants se rangent eux aussi dans le camp des étudiants.

Les membres de la formation ont profité de leur concert de jeudi dernier pour encourager ceux-ci dans leur démarche.

Dans un cabaret La Tulipe plein à craquer, Karl Tremblay a lancé un appel à tous les contestataires avant d’entamer La manifestation, un des hymnes les plus populaires du quatuor.

Pas besoin de dire que le cri du cœur du chanteur a été accueilli par une salve d’applaudissements du public, lequel était en grande partie composé de mélomanes dans la jeune vingtaine.

« Ça fait peur »

En pleine tournée de promotion pour L’empire Bo$$é, une comédie sur la corruption dans le monde des affaires, Claude Legault ne mâche pas ses mots pour décrier les politiques du premier ministre québécois.

« Les étudiants ont raison de reven­diquer. Jean Charest est en train de jeter aux poubelles le plan de société qu’on s’est donné il y a plusieurs années. On commence à se coller sur le modèle américain. Ça fait peur », dit-il en entrevue au Journal.

Le célèbre acteur rejette l’argument voulant que les étudiants d’ici sortent gagnants quand on compare les frais de scolarité en vigueur au Québec à ceux des autres provinces. « On s’en câlisse des autres provinces ! On n’est pas obligé de leur ressembler ! lance-t-il. Pourquoi on n’aurait pas le droit d’être différent. Pourquoi il faudrait tous être pareils ? »

Legault donne carte blanche aux universitaires qui ont décidé de boycotter leurs cours. « Les étudiants ont le droit d’aller jusqu’au bout s’ils ne veulent pas payer plus, déclare-t-il. S’ils sont fâchés pis qu’ils ont envie de décâlisser des bagnoles à l’envers parce qu’on ne les écoute pas, eh bien qu’ils le fassent. Il faut arrêter d’être passif. Je leur dis :  ‘Lâchez pas.’ Ça ne fera peut-être pas bouger Charest, mais ça va peut-être le faire tomber. »

Même son de cloche du côté de Guy A. Lepage.

L’animateur de Tout le monde en parle croit qu’il est du devoir de la société d’éduquer les jeunes.

« Ils sont déjà tous énormément endettés, note-t-il. Avec les dettes qu’on a accumulées, ils doivent tous l’équivalent d’une maison à l’État. Pis on voudrait leur câlisser un 35 000 $ de plus ? Je suis contre le fait que les étudiants écopent de nos mauvaises décisions. »

 

Ce qu’ils ont dit
«
Je suis contre l’augmentation des frais de scolarité. Nos enfants sont tous déjà énormément endettés. Et en prenant pour acquis que ceux qui vont à l’université vont avoir une job mieux rémunérée, ils vont rembourser ça en impôts anyway. »
– Guy A. Lepage
«
L’éducation, c’est l’enfant pauvre de notre gouvernement. Quand on met ça de côté, on tue à la racine. Il faut démocratiser l’éducation. Il faut en faire une priorité de société. »
– Valérie Blais
«
C’est l’fun de voir que les jeunes prennent la rue. Ça montre
qu’ils sont conscientisés. Ça me rappelle les grands mouvements des années 1970 et 1980. »
– Michel Rivard
«
Les étudiants ont le droit d’aller jusqu’au bout s’ils ne veulent pas payer plus. S’ils sont fâchés pis qu’ils ont envie de décâlisser des bagnoles à l’envers parce qu’on ne les écoute pas, eh bien qu’ils le fassent. Il faut arrêter d’être passif. »
– Claude Legault



Commentaires