/opinion/blogs/columnists
Navigation

Cours de fiscalité

Coup d'oeil sur cet article

VOICI UN TEXTE QUI CIRCULE SUR INTERNET...

 

Supposons que tous les jours, 10 hommes se retrouvent pour boire une bière et que l'addition se monte à 50$ (normalement 5$ chacun). S'ils payaient la note de façon que l'on paie les impôts, selon les revenus de chacun, on aurait l'exemple suivant:

Les quatre premiers, les plus pauvres, ne paieraient rien, zéro cent.

Le cinquième paierait 50 cents.

Le sixième paierait 1,50$

Le septième paierait 3,50$

Le huitième paierait 9$

Le dernier, le plus riche, devrait payer 29,50$ à lui tout seul.

On arrive donc bien à 50$.

Ils décidèrent de procéder comme décrit.

Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour pour boire leur bière et semblèrent assez contents de leur arrangement, jusqu'au jour où le tenancier du bar les plaça devant un dilemme:

"Comme vous êtes de bon clients, dit-il, j'ai décidé de vous faire une remise de 10$. Vous ne paierez donc vos dix bières que 40$".

Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon. Les quatre premières continuèrent à boire gratuitement.

Mais, comment les six autres, les clients payants, allaient-ils diviser les 10$ de remise de façon équitable?

Ils réalisèrent que 10$ divisés par 6 faisaient 1,66$. Mais s'ils soustrayaient cette somme de leur partage, alors le cinquième et le sixième homme allaient être payés pour boire leur bière (1,16$ et 16 cents).

Le tenancier suggéra qu'il serait plus judicieux de réduire l'addition de chacun selon le même barème et fit donc les calculs.

Alors:

Le cinquième homme, comme les quatre premiers, ne paya plus rien. Un pauvre de plus.

Le sixième paya 1$ au lieu de 1,50$ (33% de réduction)

Le septième paya 2,50$ au lieu de 3,50$ (28% de réduction)

Le huitième paya 4,50 $ au lieu de 6$ (25% de réduction)

Le neuvième paya 7,50$ au lieu de 9$ (17% de réduction)

Le dixième paya 24,50$ au lieu de 29,50$ (16% de réduction)

On arrive bien à un total de 40$.

Chacun des six clients payants paya moins qu'avant, et les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement.

Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie.

"J'ai seulement eu 50 cents sur les 10$ de remise", dit le sixième et il ajouta montrant du doigt le dixième: "Lui, il a eu 5$"

"C'est vrai", s'exclama le septième. "Pourquoi il aurait eu 5$ de rabais alors que moi je n'ai eu que 1$? Le plus riche a eu la plus grosse réduction !"

"Attendez une minute, cria le premier homme. Nous quatre n'avons rien eu du tout. Le système exploite les pauvres"

Les neuf hommes cernèrent le dixième et l'insultèrent.

Le jour suivant, le dixième homme ne vint pas. Les neufs autres s'assirent et burent leur bière sans lui.

Mais quand vint le moment de payer, ils découvrirent quelque chose d'important: ils n'avaient pas assez d'argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l'addition.

Et cela est le reflet de notre système d'imposition. Les gens qui paient le plus d'impôts tirent le plus de bénéfice d'une réduction de taxe et, c'est vrai, ils resteront plus riches.

Mais si vous les taxez encore plus fort et les condamnez à cause de leur richesse, ils risquent de ne plus se montrer.

Pour ceux qui ont compris, aucune explication n'est nécessaire.

Pour ceux qui n'ont pas compris, aucune explication n'est possible.

 

 

72 commentaire(s)

martin lampron dit :
7 mars 2012 à 18 h 41 min

un vieu classique qui vulgarise des truc simple

Amastane dit :
7 mars 2012 à 18 h 49 min

Moi aussi je vais vous en raconter une bonne .

un homme entre dans un hôtel d'un village et demande une chambre ,l'hotellier demande 100 dollars pour la nuit , il les prends et ausitot cour payer le boulanger a qui il devait 100$ ,le boulanger aussitôt cour payer le boucher a qui il devait aussi 100$ qui lui même cour payer la petite juliette la prostitué a qui il devait aussi 100$ et celle-ci cour a l'hotel payer sa dette de chamvbre de 100$ aussi ,mais le client de l'hotel vient voir celui-ci et demande a être rembousé car il y a des coquerelles dans sa chambre , l'hotellier lui rend son 100$ , résultat tout le monde a été payé pourtant l'argent est retourné a son propriétaire initial. étonnant non?

Gilles Pelleteir dit :
7 mars 2012 à 18 h 58 min

Vous venez de me donner un hos**e de mal de tête en me proposant ce texte. On voit bien qu'avec certaines formules savantes, la fiscalité devient une grosse farce. Dans votre exemple, la structure de prix fait en sorte que des buveurs ne paient pas leur part. Pourquoi donc tout le monde ne paierait-il pas sa juste part? Raffinons les formules pour que les pauvres paient leurs écots selon leur capacité jusqu'au plus riche selon aussi sa capacité. Alors le riche ne pourra pas se rebeller et avec raison que les pauvres ne payent rien et les pauvres pourront toujours faire voir leur orgueuil à l'effet qu'ils payent leur part eux aussi. Chacun payent à sa juste mesure selon une formule mathématique plus ou moins savante mais tout de même efficace. Avec toutes les facultés de commerce que nous avons dans nos Universités, allons-nous trouver un jour la FORMULE intelligence et pas compliqué pour rendre justice à tout le monde et payer nos dettes et tous les petits extras à nos entrepreneurs et nos politiciens? Gilles Pelletier, Québec

JP Bouchard dit :
7 mars 2012 à 19 h 08 min

Oui mais,

Ces diffuseurs d'énigmes mathématiques, ils proposent quoi comme système d'imposition?

S'ils sont si intelligents, pourquoi ne sont-ils pas en politique en train de proposer des stratégies d'imposition intelligentes et équitables pour tous?

Ba bla bla futile et inutile...

Moi, j'ai compris, mais j'ai quand même besoin d'explications :

Personne ne veut payer mais tout l'monde veut collecter...

Mon explication: la cupidité et l'egoïsme.

Xenon dit :
7 mars 2012 à 19 h 09 min

Amusant (et ô combien véridique).

marc dit :
7 mars 2012 à 19 h 23 min

Bien sûr que ça peut être frustrant. Mais le plus frustrant, ce n'est pas quand les "subventionnés" trouvent le moyen de critiquer les riches. Non, ça, ça peut passer. On peut comprendre que le monde voit surtout son propre reflet dans le miroir et se met peu souvent dans la peau de l'autre.

Non, ce qui est le plus frustrant, c'est quand ceux qui manquent de respect envers les pourvoyeurs se permettent en plus de travailler au noir ou de frauder le système avec l'excuse : le gouvernement m'en prend trop... Allô, si tu gagne $30K et que tu payes $5K-$10K d'impôts par année, tu ne couvres même pas les garderies subventionnées de tes enfants alors oublies ça le système de santé, la sécurité publique et tout le reste dont tu profites. Tu fais partie des 7 premiers hommes dans l'histoire des chums de bière, pas des 3 autres...

C'est ça qui me met hors de moi parce que ces ... me forcent à payer encore plus d'impôts pour compenser leur malhonnêteté et ils viennent directement enlever l'argent que je vais pouvoir laisser à mes enfants en ne faisant pas la part qui est attendue d'eux, même cette part ne couvre même pas ce qu'ils retirent du système. Ça, ça me donne le goût de m'ouvrir un compte dans les Iles Vierges...

Mais je ne le ferai pas. Ben non. Parce que je sais qu'il y a aussi des honnêtes gens qui n'ont pas été aussi privilégiés que moi et qui dépendent de mes surplus de paiements. Alors je paye et je laisse les malhonnêtes penser qu'ils sont plus brillants que les autres alors qu'en réalité, ils sont juste plus cheap.

marc dit :
7 mars 2012 à 19 h 26 min

@ Amastane :

L'hôtellier est -100$. Comme disait mon ancien boss, "there is no free lunch"... Mais ce n'est pas tout le monde qui comprend ça dans notre société.

Serge de Laval dit :
7 mars 2012 à 19 h 41 min

Les mathématiques les mathématiques ça été inventé par l'homme mais ça ne règle pas tous les problèmes. En plus c'est une science pas vraiment exacte. Voici un exemple : 3 Américains arrivent à Montréal et louent une chambre minable pour $30.00 la nuit. Chacun paye $10.00 Le tenancier de cette maison de chambres s'aperçoit par la suite qu'il s'est trompé et qu'il leur a chargé $ 5.00 de trop. Comme il réalise que $5.00 se divise très mal par 3, iL décide de remettre 1 dollar à chacun d'entre-eux et garde les 2 dollars qui reste. Donc, si je compte bien, chaque Américain aura payé en fin de compte $ 9.00 . Mais 3 fois $9.00 donnent $27.00 plus le $2.00 que le tenancier a gardé pour lui fait un total de $ 29.00...............Mais où est donc passé le dollar qui manque....??

Marc Lafleur dit :
7 mars 2012 à 19 h 59 min

@ Marc, l'hôtellier est vraiment à 0$. Il pait une dette de 100 et se refait payer 100 par la prostitué.

Pour l'article de M. Martineau, combien de personne se sont rendu compte qu'elles avaient moins d'argent dans leur poches à cause d'une augmentation de salaire qui les firent changer de braquet d'impot? Au québec, on pénalise les gens d'avoir de l'argent, c'est pas compliqué. Comme personne ne devrait être avantagé, on va tout niveler vers le bas, comme ça, aucune jalousie!

Pierre dit :
7 mars 2012 à 20 h 18 min

**rires** Ça fait longtemps que j'ai compris ça. Je faisais vivre 11 employés, salaire au dessus de la moyenne et bons avantages sociaux. Mais ça n'était pas assez, un nouvelle employés a voulu un syndicat et a convaincu les autres. J'ai fermé et il y a eu 11 chomeurs. J'ai déménagé et emporté les avoir de la cie. Aujourd'hui, je suis ailleurs au Canada et ai 27 employés + une liste d'attente de gens qui veulent travailler pour moi. La-bas, il y encore 8 chomeurs...........

Yves Mercier dit :
7 mars 2012 à 20 h 22 min

C'est bien beau cet histoire de bière mais ce serait plus réaliste de dire que les pauvre boivent que le fond des bouteilles et que finalement c'est le riche qui sort du bar saoul

Carole C. dit :
7 mars 2012 à 20 h 24 min

Amastane

L'hôtelier n'a pas été payé par le gars... alors tout le monde n'a pas été payé, le gars a eu une nuit gratuite à l'hôtel...

Gilles Pelleteir dit :
7 mars 2012 à 20 h 26 min

@Pierre Bravo, vous avez eu le culot de la faire et c'est exactement ce qu'il fallait faire. Finalement, les Syndicats c'est une sorte de mafia, ils sont un mal nécessaire parfois, mais tout de même un mal. Plus jeune j'ai cru en ces organisations, mais à la longue j'ai vite déchanté et me suis rendu compte que lorsque tu es syndiqué, tu n'a plus le droit à l'initiative et surtout à la créativité. Gilles Pelletier, Québec

marc dit :
7 mars 2012 à 20 h 30 min

@ Marc Lafleur

Ben oui, j'avais lu trop vite. Le 100$ du client a fait tout débouler pour effacer les dettes mais chacun avait une dette de 100$ envers quelqu'un et avait prêté 100$ à une autre personne. Donc, ils étaient déjà tous à 0 sur papier. Dans la vraie vie, cet exemple ne fonctionne pas parce que les mouvements financiers passent habituellement par les banques qui prêtent à des taux plus élevés que ce qu'elles versent pour les dépôts... et on en revient alors au "no free lunch"...

Francis dit :
7 mars 2012 à 21 h 08 min

Je suis peut-être dans le champ, mais je ne compte que neuf hommes dans ce calcul.

Alain L dit :
7 mars 2012 à 21 h 21 min

La peur de faire peur au riches revient fréquemment. Rappelez vous l'exode en 1977..et on est encore là. Selon cette pensée, nous devrions donc abolir carrément les taxes sur les riches (100 000$ + ). Un moment donné, il faut tracer la limite à savoir: pas de baisse d'import pour les riches mais les ramener comem nous , de 16% à 34% d'impot, point!

elvince dit :
7 mars 2012 à 21 h 37 min

Mr Martineau Ce que votre situation a oublié d'écrire, c'est que la bière du dixième homme est plus grosse que toutes celles des 9 autres réunies. Elle est aussi meilleure, et servie par une serveuse qui ressemble à Cindy Crawford. Et les quatre premiers, ceux qui ne paient rien, ne boivent pas vraiment de la bière, c'est plutôt un jus de pomme ranci dans un verre sal, servi par un barman qui a une babounne.

Là ça ressemble plus à la réalité.

renald gravel dit :
7 mars 2012 à 21 h 37 min

AHHH ca on appelle ca une entourloupette en realite la chambre coute 25..00 +le 2.00 que le tenencier garde pour lui +les 3.00 remis aux chambreurs donnent bien 30.00 dollars BINGO

Remi Maloney dit :
7 mars 2012 à 21 h 39 min

@Serge de Savard

Probleme stupide qui presente de maniere errone les faits du probleme.

Initialement, les 3 personnes on paye 30$, et l'hotel a recu 30$

-30 $ -- +30$ = 0

Il y a 5$ de remise qui est remi au garcons:

-30$ -- +5$ +25$ = 0

Le garcon remet 3$ aux trois clients, et garde 2$ pour lui

-27$ -- +2 $ +25$ = 0

C pas sorcier.

R. Belok dit :
7 mars 2012 à 21 h 44 min

De JP Bouchard.

"Personne ne veut payer mais tout l’monde veut collecter...

Mon explication: la cupidité et l’egoïsme."

@JP Bouchard,

Comme vous je pense qu'en effet, la cupidité et l'égoïsme ont leur rôle dans tout cela.

Kyle Craig dit :
7 mars 2012 à 21 h 55 min

Moi, je comprends deux choses.

1. Il y en a un dans la gang qui n'a jamais payé son six piastres, mais qui empoche une ristourne de 25% quand même. Deuh! 2. Pour trouver que c'est un bon exemple de fiscalité, faut pas comprendre grand chose à la fiscalité.

Quant à l'"énigme" de Serge de Laval, vous rigoliez j'imagine. (Sinon: 3X9 = 27, moins le 2$ non remis = 25 = coût de la chambre).

R. Belok dit :
7 mars 2012 à 21 h 58 min

@Pierre,

Ce que vous dites est la réalité de la vie actuelle. Et si ce que vous dites est vrai, en ce qui vous concerne, je vous dis bravos.

PS. C'est quoi que vous produisez? Moi je suis près à me déplacer pour offrir mes services et participer au développement et rendement de votre entreprise.

Dominic Biron dit :
7 mars 2012 à 22 h 07 min

Soit Contribution1i le prix que l'homme i paie initialement. On a somme de {i=1} à 10 {Contribution1i} == 50 On a donc les %Contribution1i == Contribution1i / 50 . Soit Contribution2i le prix que l'homme i paie après la remise de 10$. On a somme de {i=1} à 10 {Contribution2i} == 40 On a donc les %Contribution2i == Contribution2i / 40 .

On veut que %Contribution1i == %Contribution2i pour tout homme i .

Soit %Economie_i == (Contribution1i - Contribution2i) / Contribution1i pour tout homme i dont %Contribution1i != 0 donc Contribution1i != 0 .

On a alors que %Economie_i == (50 * %Contribution1i - 40 * %Contribution2i) / (50 * %Contribution1i) == (50 * %Contribution1i - 40 * %Contribution1i) / (50 * %Contribution1i) == %Contribution1i * (50 - 40) / (%Contribution1i * 50) == (50 - 40) / 50 == 20% pour tout homme i dont %Contribution1 != 0 .

=> En gardant le pourcentage de contribution fixe, la diminution du prix total est distribué proportionnellement (20%) à tous les hommes qui ne paient pas zéro.

Je crois que le problème dans votre exemple est que la condition %Contribution1i == %Contribution2i pour tout homme i n'est pas satisfaite.

Eric Le dit :
7 mars 2012 à 22 h 18 min

Exemple stupide... Et encore une fois qui montre un problème criant au Québec (et ailleurs dans le monde finalement, c’est ça la majorité des guerres). Pour reprendre: "Pour ceux qui ont compris, aucune explication n’est nécessaire. Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication n’est possible."

Bref, si tu ne penses pas comme moi tu es épais. Bien savez-vous, je dois être le gars le plus épais au Québec :-) Je me méfie comme de la peste de la droite et je trouve que la gauche nous entraine dans un abysse profond. Donc je ne pense pas comme aucun des deux.

Pourquoi l’exemple tiens pas la route. Voilà le problème. Ce que le tenancier ne nous dit pas c’est qu’en réalité la bière lui coûte 70$. Donc après plusieurs semaines il s’aperçoit qu’il perd de l’argent et qu’il ne peut plus financer son bar. Donc il commence à charger les pinottes, il met un péage aux toilettes et commence à charger des droits d’entrer. Et ce même les plus pauvres doivent le payer. Évidemment il est hors de question d’augmenter la bière car il a promis de geler le prix de cette dernière. Autre problème que le tenancier à, c’est que le 6e(je crois que c’est moi), 7e, 8e et 9e paient bien leurs part. Mais le 10e en réalité il dit qu’il n’a plus de liquides sur lui que sa femme lui coûte cher (bref échappatoire fiscaux) et il ne paie en réalité que 10$.

Bref si vous comprenez ce que je viens d’écrire... Non, je n’entre pas là-dedans. Vous avez droits à vos interprétations.

Pierre Alexes dit :
7 mars 2012 à 22 h 29 min

Richard, quand je suis arrivé au mot « impôts » au premier paragraphe, je me suis arrêté car c’est un des mots les moins sympathique et le plus frustrant dans le lexique de la langue française.

J’ai coupé et collé ce calcul pour l’analyser plus tard, après avoir finit cet horrible exercice qui se fait chaque année avant la fin avril.

Rejean Asselin dit :
7 mars 2012 à 22 h 30 min

Bof ! Une histoire de libertarien pour endormir les enfants le soir ou un peuple au complet selon le cas !

Une histoire concocté par le Réseau Libaâââârté Québec et l'Institut Économique de Montréal !

Monsieur Martineau ! Les mieux nantis ont les moyens de se payer de bons comptables et avec la bénédiction du Ministère du Revenu ils trouvent des moyens pour ne pas payer leur juste part d' impôts !

Les plus pauvres ne payent pas d' impôts , les riches ne payent pas souvent la totalité des sommes qu' ils devraient payés par toutes sortes d' enterloupettes légales et illégales , la classe moyenne supérieur utilsent parfois les mêmes trucs que les riches alors qu'il ne reste que a classe moyenne inférieur pour se faire vider les poches systématiquement !

Voila un tableau un peu plus réel !

domi00 dit :
7 mars 2012 à 22 h 56 min

oui tout le monde avait une dette et avait prêté 100$ Mais il fallait quelqu´un de l´extérieur ( le client de l´hotel) pour faire circuler un billet de 100 que personne n´avait

Denis Brisebois dit :
7 mars 2012 à 23 h 15 min

Monsieur Martineau...Votre cours est plutôt boiteux...(et les calculs de certains aussi) Premièrement il n'y a que 9 clients dans votre exemple...(et non 10) Ensuite il est tordu de regarder ce que ça coûte sans voir l'effet sur les revenus versus les dépenses globales... Pour le plus riche 24.50 ou 29.50 ne représente que .00000000000000001% de son budget..tandis que pour le type ayant un salaire moyen 24.50 ou 29.50 peut représenter 2 % de son budget... C'est là toute la différence... Le plus susceptible de ne plus se présenter après quelques bières seulement c'est le type moyen... De plus les gens riches font souvent des dons...pas pour aider toutes sortes d'organismes..mais bien pour payer moins d'impôt... Avec l'argent ainsi sauvé du fisc....ils peuvent bien faire rouler l'économie un peu plus en payant plus cher que les autres et en retournant l'argent dans le système...sans affecter leur budget et leur profit du tout...

Votre exemple donne du poids à ceux qui prétendent que de taxer moins les entreprises riches n'aide nullement l'économie...car cet argent sauvé par les entreprises ne retourne jamais dans le système... Le riche préfère s'en aller avec son argent...(syndicat ou non)

En réalité ...Dans votre exemple si le riche ne paie pas plus que les autres il y aura crise économique car les autres n'ont tout simplement pas les moyens de payer plus cher...Et ils ne se présenteront pas... alors c'est le vendeur de bière qui fera faillite...Et les gens qui travaille pour ce vendeur perdront leur emplois... On augmentera alors les taxes et impôts et ce sont les gens de classe moyenne qui devront resserrés encore plus leur budget...donc encore moins d'argent qui fera rouler l'économie... Les gens, par ignorance, vont blâmer les Baby-boomers et les syndicats...pour la crise économique et les hausses de taxes et impôts...

andré michaud dit :
7 mars 2012 à 23 h 47 min

Il est bien évident que la panacée du slogan communiste "faisons payer les riches" comme programme de développement de l'économie et pour financer les services publiques est ridicule...c'est croire à la pensée magique, aucun effort à faire sauf vider les poches des plus riches ??

Victor dit :
8 mars 2012 à 0 h 32 min

Ce texte, bien que connu depuis longtemps, a déjà été publié intégralement par Claude Picher dans La Presse le 4 novembre 2007...

BreitbartGhost dit :
8 mars 2012 à 1 h 19 min

@JP Bouchard qui se demande "Ces diffuseurs d’énigmes mathématiques, ils proposent quoi comme système d’imposition?"

Le moins pire taux d'imposition serait un taux fixe de 10% pour tout le monde a partir de $21000.00 par année!

Pour toute personne un tant soit peu logique, une baisse d’impôts ne peut être une dépense, puisqu’une baisse d’impôts c’est quand un gouvernement décide de ne plus s’approprier l’argent qui ne lui appartient pas. C’est comme si un voleur, en prenant la décision de ne pas dévaliser une banque, considérait sa décision comme une dépense. Ridicule n’est-ce pas !

Pour bien comprendre l’absurdité d’un pareil raisonnement, analysons une situation concrète. Paul gagne 50 000$ et l’impôt lui prend 20 000$, il reste donc 30 000$ dans les poches de Paul. Donc, selon la mathématique gauchiste, cette décision implique que le gouvernement a fait une dépense brute de 30 000$ !

Parce que si l’on considère qu’une baisse d’impôt est une dépense, on affirme nécessairement que chaque dollar gagné par une personne appartient d’abord et avant tout au gouvernement. C’est uniquement si l’on accepte cette condition que l’on peut conclure qu’une baisse d’impôt représente une dépense, puisque le gouvernement renoncerait à prendre ce qui devrait lui revenir d’office i.e. le gouvernement donnerait quelque chose qui lui appartient.

Si ce spin de la gauche résistait à l’épreuve des faits, cela voudrait dire que le gouvernement pourrait réduire ses dépenses en augmentant nos impôts. Ridicule n’est-ce pas !

June dit :
8 mars 2012 à 3 h 32 min

Marc. Si ça te fait si mal au coeur de payer plus d'impôt que les petits salarié .. Tu à juste à descendre ton salaire à 20000 $ par année.

De cette façon tu ne payeras aucun impôt !!! QUELLE BONHEUR !! Certe . Tu vas vivre dans un deux et demi plein de bestiole et geler comme une crotte l'hiver. Tu vas manger des nouilles durant toutes la semaine et tes vêtements propres auront tous des trous .. MAIS TU NE PAYERAS PLUS D'IMPOT.. QUELLE JOIE!!

La vérité c'est ce que les pauvres ne payent pas en impôt le payent autrement.. En esclavage. Les riches en profitent bien plus de ce système.

Jacques Levesque dit :
8 mars 2012 à 6 h 54 min

Bof.... Sans commandite...

Le Contribuable dit :
8 mars 2012 à 6 h 59 min

La petite histoire que vous comptez, M. Martineau n'est pas nouvelle. C'est une métaphore qui a le mérite d'être très exacte quand à la situation réelle de la société. TOUTE la population québécoise a accès aux mêmes services (la bière pour tout le monde), et c'est bien vrai que 40% ne paient pas pour ce qu'ils reçoivent. Et tout aussi vrai que la proportion payée par le plus riche en regard de son salaire est aussi plus élevée. Et notez bien qu'il a, toujours selon la métaphore, une revenu environ 60 fois plus élevé que le cinquième qui paie 0,50$. Et il y a aussi environ 5 personnes /10 qui sont dans la classe moyenne.

Je pense que les gens devraient faire leur rapport d'impôts eux-mêmes; ils comprendraient davantage la nature réelle des avantages fiscaux accordés par le gouvernement et comment se répartit réellement pour le gouvernement l'assiette fiscale des revenus. La création d'entreprises et d'activités économiques est fiscalement favorisée par le gouvernement parce que ça enrichit la société (et ceux qui savent comment faire du cash), mais on préfère avoir une tite job steady, payer des impôts sans trop savoir pourquoi et brailler contre l'inégalité.

Gabriel dit :
8 mars 2012 à 7 h 12 min

Faudrait peut-être dire à M. Martineau que c'est du plagiat copier/coller d'un article de Claude Piché paru il y a environ 5 ans!!! Il devrait au moins citer sa source...!

Nekorai dit :
8 mars 2012 à 8 h 15 min

Je suis un jeune entrepreneur qui a un grand projet pour l'industrie dans laquelle je suis. J'oeuvre dans la création de jeux vidéo et de site web. Nous voulons créer un lieu de travail dans lequel les gens sont récompenser pour leur talent et non pour les heures effectués, notre objectif est d'amélioré collectivement le talent général de nos membres travailleurs. Et oui, nous avons choisi de nous basé sur un modèle COOP pour fondé notre entreprise. Quand vous allez acheter un jeu dans notre système ce n'est pas les dirigeants qui vont s’enrichir mais toutes l'équipes qui as porté le jeu sur ces épaules durant tous le développement. Et je pense que si la plupart des entrepreneurs pensaient plus au bien-être collectif de sa société et de ses travailleurs, ce n'est pas une ou deux personnes qui serait plus riche mais tout le Québec. Pourquoi et bien tout simplement parce que si mon entreprise rend plus riche plusieurs personnes et bien ces mêmes personnes vont pouvoir acheter plus de choses et de meilleur qualité.

À partir de ce point ce n'est plus l'homme d'affaire que je suis qui parle, mais l'homme de tous les jours.

Autre aspect de mon raisonnement tant qu'à payer plus d'impôt et ne pas savoir où vas mon argent. Je préfère payer plus les personnes qui me sont importantes car elles m'aident dans mes projets. Donc au finale je paie moins d’impôt, mais j'enrichie plus de monde. Je pense que c'est un bon compromis, et j’encourage donc quiconque qui croient en ma vision et en mon projet de venir participé et enrichir le Québec tout entier!

Amastane dit :
8 mars 2012 à 8 h 39 min

Marc. Alors je prolonge mon histoire en disant qu'un deuxième client vient et paie ce fameux cent dollars , alors voyez vous il a gagné 100$ et ne doit plus rien ,c'est dans ce sens qu'il faut comprendre l'histoire .

Amastane dit :
8 mars 2012 à 8 h 52 min

Surtaxer les biens de luxe ,surtout les bijoux , ce sera toujours ça d'engrangé pour payer nos dirigeants et leurs familles et amis , sortons les commission secoue l'air et fermons certains bureaux qui ne servent a rien sinon a placer les copains et amis ,exemple les centres « services Québec » qui louent des énormes locaux pour pas grand monde et pas grand chose apart enrichir les locateurs .

Amastane dit :
8 mars 2012 à 9 h 00 min

Carole , Vous n'avez pas bien lu, l'hôtelier n'avait rien au départ ( 0$)sauf une dette de 100$ ce 100$ lui a été remis ( provisoirement) par un client et cet argent a fait le tour en effaçant chaque dette au passage et est retourné au point de départ le client , qui contrairement n'a pas eu de chambre gratuite puisqu'il a quitté séance tenante , donc tous en fin de compte ont effacé leur dette ,ce qui veut dire que si un autre client loue une chambre l'hôtellier fait bénéfice net.

Kevin dit :
8 mars 2012 à 9 h 32 min

@ Nekorai

Si toute l'équipe assume le bénéfice des profits, ça veux dire qu'elle assume aussi les conséquences de pertes. Vous avez donc divisé l'investissement entre chacun des membres pour ensuite leur donner une propriété partagée. Vous êtes tout à fait libre de choisir ce modèle mais vous êtes aussi chanceux d'avoir trouvé une équipe prête à ce genre de compromis et qui peut avoir des milliers de dollars à investir.

Parce que vous comprendrez que si vous ne divisez pas le coût d'investissements avec les membre, ça veut dire que l'investisseur aura mis son argent mais que les risque associé seront assumé par lui et les bénéfices profité par d'autre. Ça serait un peu injuste... ou alors c'est que l'investisseur serait particulièrement bonace.

Je n'ai pas envie que mon salaire soit lié au rendement de l'entreprise de mon boss. Je n'ai pas les moyen financier de vivre dans l'incertitude.

Georges Roy dit :
8 mars 2012 à 10 h 02 min

Les quatre premiers, les plus pauvres, ne paieraient rien, zéro cent.

Le cinquième paierait 50 cents.

Le sixième paierait 1,50$

Le septième paierait 3,50$

Le huitième paierait 9$

Le dernier, le plus riche, devrait payer 29,50$ à lui tout seul.

On arrive donc bien à 50$.

Il est où le dixième? et combien paye-t-il?

29,50+9,00=38,50 38,50+3,50=42,00 42,00+1,50=43,50 43,50+,50=44,00 Allo 50,00$ 50-9-3,50-1,50=35,50

le riche paye 35,50, pas 29,50

Autrement dit Il est où le dixième? et combien paye-t-il?

Le gros problème avec votre exemple réside dans le fait que les pauvres restent pauvres alors que ce n'est pas une obligation, il y aurait une autre possibilité: au début tout se passe comme vous le décrivez sauf que... que se passe-t-il si les pauvres ne le sont plus, pas compliqué: 4 pauvres ne boivent plus gratuitement et, mettons les au minimum 50 cents, donc 5X,50=2,50+1,50+3,50+9,00=16,50 et, oh surprise!, le riche ne paye plus que 33.50 au lieu de 35,50 et si on augmente le revenu de ceux en dessous, sa part diminue d'autant.

C'est bien beau de chialer contre la fiscalité et ceux qui ne payent pas d'impôt mais bon sang donnez leurs les moyens (salaire) de payer des impôts et, pour un même budget, la ponction de chacun est diminuée en conséquence.

Autre exemple plus proche (pas nécessairement mon cas), je demeure avec ma blonde, je rapporte 60% du revenu familial, non prenons un exemple plus moderne, ma blonde rapporte 60% du revenu donc moi, 40%. On s'entend que chacun paye le % de dépenses selon son revenu (60% du loyer pour ma blonde, 40% pour moi etc.. Je change d'emploi et mon revenu deviens égal à celui de ma blonde alors je paye 50% des dépenses ainsi que ma blonde donc son "impôt familial" a été réduit.

Le contibuable: très bien on crée tous une entreprise ou une activité économique, on va les prendre où nos employés maintenant?

Nekorai dit :
8 mars 2012 à 10 h 43 min

@ Kevin

Personne n'as fournir de soutient financier lors que quelqu'un travaille pour nous. La seule chose qu'on demande c'est du temps et de la passion. D’ailleurs nous avons fondé l'entreprise sans aucune subvention, ni prêt, ni investissent financé d'aucun membre. Le risque pour ainsi dire au niveau du membre est nul. Le plus dure c'est le temps que ça prend pour monté un produit, c'est quand même un bon laps de temps. Donc avant d'avoir une rentré d'argent cela prend du temps.

Encore une fois à partir de ce point c'est l'homme de tous les jours qui parle.

Notre famille réussi à vivre dans 4½ avec 12 000$ par an depuis 8 ans, maintenant je finance même mon projet d'entreprise avec ce même 12 000 $ par an. NE ME PARLER pas de ne pas avoir les moyens financier de vivre dans l'incertitude.

De plus n'extrapolez jamais sur le non-dit d'un texte et ne vous fiez pas à votre jugement pour déduire une chose qui n'as pas été mentionné. Comme dans ce cas-ci vous en avez déduis une mauvaise conclusion.

yvanrochon dit :
8 mars 2012 à 10 h 52 min

Ce que je comprends du systeme d'aujourd'hui c'est que tout le monde réclame,personne ne veut payer,le citoyen se défend qu'il ne veut pas payer en disant il y a du gaspillage.Oui il y a du gaspillage et je ne crois pas que dans une machine gouvernementale on pourra résoudre ce probleme completement.Mais d'autre part on oublie de compter ce que coutent nos services.Quand on s'arrete un peu et ce sans dénigrer qui que ce soit:Garderie au moins 42$ par jour par enfant,personnes handicapées de différents handicaps mentaux ou physiques pres de 1000. par mois plus des couts de services quotidien de transport ou d'animation ,de médicaux ect.Regardez le déficit de l'assurance parentale,couts quotidiens des soins de santé,aide sociale.Une famille sur l'aide sociale gruge a elle seule l'impot total de deux bons salariés.Et voila lorsque l'on parle d'augmenter les frais de scolarité c'est la constestation.Imaginez si les payeurs de taxes,les vrais j'entend dire,descendaient dans la rue comme les étudiants et faisaient la greve de ne pas payer les impots,je pense qu'il y a une bonne partie de la population qui creverait de faim parce que maintenant cette partie de la population ne se rend pas compte qu'elle vit sur le bras d'une minorité.On a beau dénoncer le taux des redevances,le taux d'imposition des cies ect... il n'en demeure pas moins que tout ce que je viens d'énumérer précedemment est payé par cela.Il va peut etre falloir corriger le partage du pot mais pas nécessairement en plumant encore le bon salarié parce que si ca continue il va etre mieux assis chez lui.

yvanrochon dit :
8 mars 2012 à 11 h 30 min

Un autre point que j'aimerais rajouter,on n'est pas pret a payer,mais imaginez simplement ce que coute quotidiennement en frais policiers les manifestations quotidiennes des étudiants.Ce qui est encore plus choquant c'est de voir que les étudiants se plaignent de brutalité policiere,que les policiers sont blamés par les médias d'avoir perdu le controle quand dans la réalité les organisateurs des manifestations refusent systématiquement de donner le parcours a la police.Que les étudiants commencent par collaborer apres comme dirait M. Legault on verra qui blamer.Enfin que les étudiants agissent en citoyen responsable.Ce n'est pas en empechant des citoyens de se rendre a leur rendez-vous médical que l'on va etre sympathique a leur cause.Ils oublient que les frais qu'ils entrainent ce sont les payeurs de taxes qui vont les absorber.

Maurice dit :
8 mars 2012 à 11 h 50 min

@Georges Roy Dans notre belle société, le fait que les plus pauvres gagne soudainement plus, ça ne feras pas payer les plus riches moins d'impôts, ça vas juste faire développer des nouveaux besoins qui n'étaient pas présents avant...

Ainsi, le 4 plus pauvres paient maintenant 50 cents, et le tenancier du bar leurs dit "pour 52$, en plus de votre bière, je vous apporte une portion de peanut pour 6 que vous diviserez en gang." Mais tantdit que les 3 de la classe moyenne, allergiques aux peanuts n'en mangeaient pas, les plus pauvres se rebelèrent et dirent au riche "Toi tu as les moyens de te payer des peanuts à plein prix, laisse nous manger nos peanuts à rabais tout seul !" Ils demandèrent donc au tenancier d'apporter des peanuts à plein prix au riche et d'apporter le surplus de cette facture à celui-ci. Ainsi donc, ce dernier paya 1,50$ pour sa portion personnel de peanuts en plus de payer sa part des 52$ et prena sa bière avec les 9 autres pendant que ceux-ci mangeaint les peanuts qu'ils n'auraient pas eu l'intention de commander au départ.

Vous aurez compris que les peanuts représentent les garderies à 7$, que certains ne profitent pas fautes de place mais paient tout de même, pendant que certains chialent que les mieux nantis puisse en profiter... même s'ils paient aussi pour le service...

Carl dit :
8 mars 2012 à 12 h 04 min

Le plus riche se prend un REER, ils baissent son revenu en dessous de 50k, et prend son retour d'impôt pour se payer une bonne biere. :-) Le moyen n'a pas assez pour se prendre un REER, alors il paye ses impôt, n'a pratiquement pas de retour d'impôt et paye sa biere de sa poche. Le moyen s'ecoeur et arrête de boire, le revenu du bar diminue, le gouvernement impose le moyen pour sauver le bar, alors le moyen ne boit plus mais ca lui coûte aussi cher qu'avant.

JeffB dit :
8 mars 2012 à 12 h 12 min

@Amastane,

Qu’est ce qu’il y a d’étonnant?

Enlevez le client et assumez que tout votre monde s’assoit ensemble et décide d’annuler leur dette contre celle de l’autre, le résultat est le même et vous n’avez même pas besoin du client initial.

Ca donne ceci : l’hotelier dit à la prostituée j’annule ta dette. Elle décide alors d’annuler la dette du boucher qui à son tour annule la dette du boulanger qui lui accepte d’annuler la dette du serrurier. Le serrurier complète la boucle en annulant la dette de l’hotellier. Etonnant non?

Paul doit 100$ à George et George doit 100$ à Paul. Paul rembourse George qui rembourse Paul. Votre histoire c’est la même chose avec plus de monde...

Serge B. dit :
8 mars 2012 à 12 h 58 min

Une version plus réaliste serait qu'un palier de gouvernement décide de baisser la taxe, mais l'autre décide de l'augmenter et donc le prix de la bière reste identique...

Georges Roy dit :
8 mars 2012 à 13 h 58 min

@Maurice vous changez les règles du jeu, remarquez bien que j'ai mentionné "pour un même budget". Vous ne parlez plus de la même chose. Si on veux les changer prenez celle-ci aussi proche de la réalité. Vous avez les mêmes individus (ou dividus comme vous voulez). Sauf que la le riche dit je vous ai emmené dans mon char alors je réduis le transport sur la facture (déduction fiscale) alors les pauvres, qu'on essaie de garder pauvre, ne paye toujours plus un sou mais la classe moyenne doit casquer pour la facture et se rebelle avec raison, là où j'ai un problème c'est avec ceux qui occultent les déductions fiscales tout azimut et qui veulent taper sur les pauvres (ou classe sous la moyenne) salaire minimum trop haut, à bas les syndicats, qu'ils payent de l'impôt! taxons la nourriture, réduisons les impôts des riches. C'est drôle comme on peut être créatif quand on veut cr00ss3r les autres ou le gouvernement (V Lacroix, E Jones B Madoff et cie, les garderies non conformes qui obtiennent un permis, les routes & le minsitère des transports etc) mais mais quand il s'agit de trouver des solutions soudain on a le quotient d'une amibe (toutes mes excuses aux amibes).

Dhmo dit :
8 mars 2012 à 14 h 20 min

@JP Bouchard

De quoi tu parles? C'est pas une énigme mathématique, c'est une explication avec un exemple très simple de comment fonctionne notre système d'imposition. Avec comme moral, "faites attention, les riches pourraient crisser leur camp si vous les écoeurer trop".

C'est fou comme les gens ne savent pas lire...

Dhmo dit :
8 mars 2012 à 14 h 35 min

@ Serge de Laval

1- Il n'y a pas de dollar qui manque, certains vous l'ont déjà expliqué.

2- Les mathématiques ne sont pas une science, mais sont exacte (lorsque pure).

3- Au final, à quoi servait votre intervention?

Maurice dit :
8 mars 2012 à 14 h 46 min

@Dhmo D'où la dernière phrase : "Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication n’est possible."

@ Georges Roy Parce qu'en plus de payer plus que sa part de bière, le riche devrais payer l'essence pour apporter les 9 autres ? Vous trouvez votre explication logique ?

Charles Deleon dit :
8 mars 2012 à 21 h 20 min

M.Marc le gars est pas cheap mais fraudeur. Comme vous dites pour le $100. l'aubergiste a juste payé sa dette de $100 avec un $100 qu'il a sorti de sa poche..pas de mystère. pour l'affaire du $5.. allo (3X9)= 27--2=$25 le prix de la chambre.

Nos politiciens peuvent bien nous en passer des ptits vites.

Charles Deleon dit :
8 mars 2012 à 21 h 25 min

L'impot est pris par tranche. une augmentation ne vous fait JAMAIS une baisse de revenu. Impossible.

L'exemple plus haut n'est pas une fidèle reproduction du système d'impot mais un exemple ou a un moment donné il y en a qui vont se tanner de payer pour les autres et c'est un peu ce qui se passe en Grèce. Ils veulent tous collecter le gouvernement mais personne ne veut payer sa part.

Charles Deleon dit :
8 mars 2012 à 21 h 43 min

Eric le manque a gagné je suppose que vous voulez dire...on emprunte pour boucler le budget.

M.Asselin vous avez pas tort. Ceux qui s'en sauve exagère. on peut redreser la situation mais il faut pas devenir fou comme en France ou on commence à parler de 70-80% et meme 90 % d'impot pour des revenus supérieur à $1 millions Le problème pour moi ce ne sont pas les salaires ce sont les cies qui se créeer des factures avec des cies off-shore pour transférer leurs profits ailleurs ou il n'y a pas d'impot. Un jour on va leur peter leur hos..de système et on va etre obligé de nationaliser des affaires internationales cà cause des voleurs qui se font appeller ...... spéculateurs. Ils lancent une fausse nouvelle et on monte les prix. le lendemain..démenti. meme pas excusez-moi et ils gardent les surplus dans leur poche.

marie dit :
8 mars 2012 à 21 h 49 min

Il ne faut pas s'arrêter au premier niveau de ce texte qui n'est qu'une image, mais bien à ce que cela représente.

J'ai vraiment hâte qu'on arrête de toujours taper sur la tête de ceux qui font de l'argent. La majorité de ces personnes, le font de façon tout à fait honorable, et oui, font vivre, par leurs impôts plus élevés, les plus démunis de la société. C'est correct comme ça.

Cependant, arrêtons de toujours penser qu'il faut absolument que les plus riches paient jusqu'à ne plus avoir d'argent, pour que tout le monde soit pareil, car la richesse également séparée, ça s'appelle le communisme.... et si on regarde les nations qui ont l'ont utilisé, on se rend compte que cela n'a pas été très fructueux à long terme.

Oui pour que les plus riches paient plus, mais il ne faut pas que les taux d'imposition demandés deviennent une punition d'avoir eu de l'ambition et/ou d'avoir voulu réussir dans la vie.

Georges Roy dit :
9 mars 2012 à 8 h 46 min

@maurice vous avez raison, très mauvais exemple de la déduction fiscale et réponse tapée trop vite. L'exemple aurait du se lire le riche déclare j'ai du prendre mon auto pour venir vous rejoindre alors je déduis un montant sur la facture.

yvanrochon dit :
9 mars 2012 à 9 h 38 min

A Marie:L'un des meilleurs commentaires.Pour ma part je ne suis pas dans la tranche des gros imposés mais j'approuve le fait qu'il y a des limites a imposer les hauts salaires.Quand je travaillais j'avais un bon salaire et quand j'ai pris ma retraite j'ai constaté que si j'avais continué a aller au travail j'aurais travaillé pour environ 8000 par année et etre obligé de m'habiller en conséquence de mon emploi,me voyager et assumer des frais de restaurant qui évidemment sont plus cher qu'a la maison.Conclusion j'aurais travaillé pour rien.

Alain Michaud dit :
9 mars 2012 à 10 h 16 min

@ Pierre

Je crois que je vais faire comme vous bientôt, si mon employeur veut bien finir par accepter de me transferer ailleurs au Canada. Faut croire que je suis essentiel au bien-être du Québec (sarcasme). Un de mes collègue qui fait exactement le même travail que moi au même salire est arriver d'Edmonton il y a à peine 1 an. À son retour au québec, il s'est acheté une maison identique à celle qu'il avait en Alberta. Il a gardé le même véhicule et le même train de vie. 6 mois plus tard, il fesait faillite, vendait sa maison et sa voiture puis déménageait en appartement. Pour le même salaire, exactement. Pas besoin de vous dire qu'il fait des pieds et des mains pour repartir au plus vite, en se jurant de ne plus jamais revenir travailler ici. Ah oui, et ne me sortez pas l'argument que c'est pas mieux ailleurs, qu'on ne peut pas se faire soigner et que tout coûte plus cher. J'ai vécu 3 ans dans le reste du Canada, et je n'ai jamais eu de problèmes. En fait, et ça m'attriste, c'est ici au Québec que tout m'a coûte les yeux de la tête.

Nous n'avons PAS les moyens de payer pour tout les services que nous avons. Tout le monde veut que tout le monde fasse des sacrifices, mais personne n'est prêt à en faire. Mais faut surtout pas parler du fait qu'il y aurait des modèles que l'où pourrait prendre en exemple, même dans le reste du Canada, ça nuirait tellement à l'image de notre Québec.

Richard Thériault dit :
9 mars 2012 à 16 h 25 min

Autre histoire Partie 1:

Il était une fois un Petit Coq Rouge qui grattait un peu partout et qui découvrit quelques grains de blé. Il appela ses voisins de basse-cour et leur dit: « Si nous travaillons ensemble à planter du blé, nous aurons du bon pain à manger. Qui va m'aider à planter le blé? » « Pas moi », dit la Vache. « Pas moi », dit le Canard. « Pas moi », dit l'Oie. « Alors je vais le faire », dit le Petit Coq Rouge, et il le fit.

Après que le blé eut commencé à pousser, le sol s'assécha alors qu'on ne prévoyait pas de pluie. « Qui va m'aider à arroser le blé? », dit le Petit Coq Rouge. « Pas moi », dit la Vache. « Je perdrai ma compensation des accidents du travail », dit le Cochon. « Droits égaux », dit l'Oie. « Alors je vais le faire », dit le Petit Coq Rouge, et il le fit.

Le blé poussa très haut et mûrit en grains dorés. « Qui va m'aider à récolter le blé? », demanda le Petit Coq Rouge. « J'attends un salaire annuel garanti », dit la Vache. « Pas moi », dit le Canard. « Ce n'est pas dans mes cordes », dit le Cochon. « Pas moi », dit l'Oie. « Alors c'est moi qui vais le faire », dit le Petit Coq Rouge, et il le fit.

Quand arriva le moment de moudre la farine, « Pas moi », dit la Vache. « Je perdrais mon assurance-emploi », dit le Canard.

Au moment de cuire le pain, « C'est du temps supplémentaire pour moi », dit la Vache. « J'ai quitté l'école tôt et je n'ai jamais appris à le faire », dit le Canard. « Je perdrais mes prestations du bien-être social », dit le Cochon. « Si je suis seule à aider, c'est de la discrimination », dit l'Oie. « Alors je vais le faire », dit le Petit Coq Rouge, et c'est lui qui le fit. Il fit cuire cinq belles miches de pain et les montra à ses voisins.

« J'en veux un peu », dit la Vache. « J'en veux un peu », dit le Canard. « J'en veux un peu », dit le Cochon. « J'exige ma part », dit l'Oie. « Non », dit le Petit Coq Rouge. « Je peux maintenant me reposer un peu et manger tout seul mes cinq pains. »

« Profits exorbitants! », cria la Vache. « Sangsue capitaliste! », s'écria le Canard. « Vendu à la compagnie! », grommela le Cochon. « Droits égaux! », hurla l'Oie. Et ils se dépêchèrent de préparer des pancartes et défilèrent autour du Petit Coq Rouge, en chantant « Nous vaincrons ». C'est ce qui se passa.

Richard Thériault dit :
9 mars 2012 à 16 h 25 min

Autre histoire Partie 2

Lorsque le Fermier vint voir ce qui provoquait une telle agitation, il dit: « Tu ne dois pas être trop avide, Petit Coq Rouge. Regarde la Vache opprimée. Regarde le Canard désavantagé. Regarde le Cochon défavorisé. Regarde l'Oie qui a eu moins de chance. Tu es coupable d'en faire des citoyens de seconde classe! » « Mais... mais... mais j'ai gagné ce pain par mon travail », protesta le Petit Coq Rouge. « Très juste », dit le sage cultivateur. C'est le merveilleux système de la libre entreprise ; tout le monde dans la basse-cour peut gagner autant d'argent qu'il le désire. Tu devrais être bien heureux de jouir d'une telle liberté. Dans d'autres basses-cours, il faudrait que tu donnes les cinq pains au Fermier, alors qu'ici tu donnes quatre pains à tes voisins qui souffrent. »

Et ils vécurent heureux. Y compris le Petit Coq Rouge, qui sourit et chanta : « Je suis reconnaissant, je suis reconnaissant. » Mais ses voisins ne comprirent jamais pourquoi il ne fit plus jamais de pain.

D.Laprade dit :
9 mars 2012 à 18 h 59 min

À @marie et @yvan rochon, je suis entièrement d'accord avec vos dires et j'ajouterais pour soutenir vos propos que de vouloir continuellement augmenter les taux d'imposition pour les plus riches pensant amasser plus d'impôts peut résulter en tout le contraire et je m'explique. Les gros salariés n'échapperont peut-être pas au haut taux d'impositon sur leur salaire mais leur grosses fortunes qui rapportent des intérêts,dividendes,etc. les placeront-elles au Québec ou au pays et payer ces hauts taux et bien je vais répondre pour vous ,NON. Nous privant ici de beaucoup d'impôt/argent pour soutenir tout le système et les 40% qui n'en paie aucune. Je crois qu'il y a un ceuil à ne pas franchir car le manque d'argent faudra le prendre ou? dans la classe moyenne encore une fois.

Kapitaine dit :
10 mars 2012 à 10 h 58 min

La morale de cette histoire ?

Quand tu es tenancier de bar et que tu fais de bonnes affaires avec des bons clients réguliers, tu fermes ta gueule et tu ne change rien.

If it ain't broken, don't fix it.

Kapitaine dit :
10 mars 2012 à 11 h 03 min

@Gilles Pelletier,

"Raffinons les formules pour que les pauvres paient leurs écots selon leur capacité jusqu’au plus riche selon aussi sa capacité."

Un tel système existe déjà et il s'appelle le marché. C'est la fiscalité, les taxes mais surtout les lois et les règlements, les permis etc. qui viennent détruire le marché et empêcher la création de la richesse.

Kapitaine dit :
10 mars 2012 à 11 h 14 min

Le paradoxe du capitalisme et de l'économie de marché c'est que, pour survivre, il faut marchander avec quelqu'un.

Plus personne ne peut aller dans le bois et chasser, pêcher, se construire un shack et vivre une petite vie tranquille.

Le paradoxe du capitalisme, qui prêche la liberté de choix et le droit à la propriété privée, c'est que plus personne ne se possède lui-même.

Si quelqu'un sonnait à votre porte et vous dirait que, pour continuer à être le propriétaire de votre maison, vous devez la lui louer 8 heures par jour et 5 jours par semaine sinon votre maison sera détruite. Vous conclueriez que c'est du chantage, que c'est une agression, que c'est empiéter sur votre droit de propriété.

Mais pourtant la même chose est faite avec les personnes. Si, pour continuer à posséder quelque chose, vous devez vendre ou louer cette chose c'est que vous ne la possédez pas vraiment.

Le droit à la propriété privée implique le contrôle et le pouvoir absolu sur la chose que vous possédez. Cela inclut de ne pas vendre ni de louer la chose que vous possédez.

Comment pouvez-vous réclamer que vous vous possédez vous-même si, pour continuer à vivre, vous devez vendre votre force de travail ?

Une véritable liberté économique impliquerait la liberté de ne pas se vendre, de ne pas être un employé.

Pour cela, il faut que certaines richesses et certaines terres n'appartiennent à personne afin que quiconque refuse d'être un employé soumis aux ordres d'un patron puisse aller dans le bois, chasser, pêcher, cultiver.

On ne peut pas honnêtement proclamer que le marché est libre si nous n'avons pas la liberté de s'y soustraire.

On est libre de faire une chose seulement quand on est aussi libre de ne pas faire cette chose. Comme toute terre, toute capacité de production et toute richesse naturelle appartiennent à quelqu'un de privé, il s'ensuit que ceux qui ne possèdent rien de tout cela se voient obligés de se prostituer à un patron ou employeur potentiel s'ils veulent survivre.

Donc, ces gens là, en plus de ne rien posséder, ils ne se possèdent même pas eux-mêmes. C'est la définition même de l'esclavage et le paradoxe du capitalisme.

Par souci de justice et d'équité, il est donc raisonnable que les riches paient plus d'impôts et de taxes.

J'accorderai aux riches le droit de conserver leurs pleins profits seulement le jour ou ils me permettront de gagner ma vie en conservant ma pleine dignité.

Il n'y a rien de plus dégradant que le processus de recherche d'emploi et l'emploi lui-même.

Kapitaine dit :
10 mars 2012 à 11 h 20 min

Si, pour que je puisse survivre, les riches taxent ma dignité et ma liberté, alors il est normal que les profits des riches soient taxés afin qu'ils puissent faire des affaires.

J'accorderai aux riches le droit de conserver leurs pleins profits s'ils trouvent comment employer les gens tout en les laissant conserver leur plein dignité et leur pleine liberté.

Pourquoi l'emploi ne serait pas comme la clientèle. Les clients n'ont pas besoin d'envoyer des CV ni se préqualifier ni subir des tests de personnalité et passer par un bureau des ressources humaines avant de commander leur hamburger au restaurant.

Les clients viennent et vont, et ont les respecte pour ce qu'ils sont. On accepte que les clients sont des humains avec des défauts et on fait quand même affaire avec eux.

Pourquoi l'emploi ne serait pas pareil ?

La prochaine fois qu'une compagnie voudra faire affaire avec moi et me vendre leurs cochonneries, je vais leur demander leur CV, des références, je veux faire une enquête de crédit, des tests de personnalité sinon je n'achète plus leurs camelotte.

Amastane dit :
11 mars 2012 à 10 h 08 min

Jeff. oui je sais que si je n'avais pas écrit cette histoire personne n'aurais a se creuser la tête ,a vous lire ,vous suggérer d'annuler la dette et c'est pareil , alors que moi je vous dit que tout le monde a été payé et qu'il n'y a plus de dette simplement par le mouvement de l'argent .

Denis Brisebois dit :
11 mars 2012 à 19 h 39 min

@Richard Martineau Je vous suggère d'aller lire votre texte intitulé...

Au-delà de l’argent

Alain dit :
13 mars 2012 à 15 h 40 min

Que je me bidonne en vous lisant avec les fesses sur une plage et un pina colada dans les mains. Il y a au moins ça que j'ai compris et c'est bebye le Québec. Je vais créer de la richesse ailleurs car de toute façon, la moitier de ce que je créais m'étais subtilisé pour être dilapidé par des fonctionnaires incompétants, détourné par des politiciens corrompus ou à faire vivre des lâches qui s'accrochent au gouvernemaman comme des sangsues à sucer tout ce qu'ils peuvent. Pour ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas quitter le canada, choisissez au moins une province qui exige moins d'impôts. Faites vos recherches sur internet sur le pourcentage d'impôt que les provinçes perçoivent. Il y a une raison pour lequel ont ne veux pas que vous parliez anglais. C'est plus facile de vous garder captif dans la province.

François Besnard dit :
26 septembre 2012 à 20 h 34 min

Le problème avec cette belle allégorie M. Martineau est que vous n'identifiez pas correctement la classe riche et vous n'identifiez pas le voleur! Pire! Vous faites comme bons nombre de québécois, vous faites comme s'il n'existait pas. D'abord, les grandes corporations, les banques et les multinationales sont très loin de payer la moitié de la facture sociale! Par ailleurs le tenancier du bar est un fieffé voleur! Il charge 50$ d'abord. Puis il nous offre une escompte de 10$ en nous faisant croire qu'il s'agit de pure gentillesse. Pourtant, il ne devrait en charger que 15$ et ainsi s'assurer déjà un large profit. Tout comme dans notre système lorsqu'il s'agit des coûts de construction des routes ou de l'achat de matériel médicale (la commission Charbonneau nous en dira sûrement plus, j'en suis sûr!)!

Les 10 clients devraient donc sortir leur pancartes et leur casseroles et crier au voleur à ce vilain filou comme l'ont suggéré nos deux premiers c lients pauvres! Mais voilà que le 10e client n'est pas présent à la manifestation. Il préfère ignorer le problème. Du coup, les autres clients hésitent. Ce qui fait que seulement 3 ou 4 des 10 clients mécontents sont dans la rue...

Imaginez ce qui se passe par la suite M. Martineau, vous ne le croirez pas!!!

Bonne nuit!

Paco

simon dit :
27 septembre 2012 à 16 h 10 min

Très bon exemple de notre société. Nos priorités sont aux bonnes places (éducation & santé accessible à toute classe sociale). Seulement, n'oublions pas que ce sont les entrepreneurs(es) et gens d'affaires qui nous permettent de générer notre richesse collective. Avec ce qu'il se passe actuellement, chassons-les et nous allons chasser ceux qui génère notre richesse. Nous allons devoir piger encore plus que 48% de la péréquation. Soyons une province plus BS que nous le sommes!

Francis Desjardins dit :
27 septembre 2012 à 19 h 17 min

Claude Piché de La Presse l'avait publié en 2007...