/news/currentevents
Navigation
Outremont

Une conseillère prise à partie

Coup d'oeil sur cet article

 

«J’en tremble encore» dit Céline Forget, conseillère indépendante de l’arrondissement. Jeudi dernier, vers 15h00, au coin de St-Viateur et Durocher, une quarantaine de Juifs hassidiques se sont attroupés autour de l’élue en lui criant de sortir de leur communauté. « Get out of my community » scandaient-ils. « Get out of here ».

Les juifs hassidiques, eux-mêmes, ont publié une quinzaine de vidéos de l’incident sur Youtube hier soir. « C’est encore plus éprouvant de le voir sur internet, je suis traumatisée, explique Céline Forget, ce qui me frappe, c’est que dans leur esprit nous sommes chez eux, c’est leur ghetto »

Affolée par la colère de la foule hargneuse, une amie de la conseillère présente sur les lieux, a alerté les forces policières qui, au bout d’une vingtaine de minutes, ont embarqué madame Forget pour sa propre sécurité et l’ont amené au poste 24. L’intervention a impliqué trois équipes du SPVM ainsi que la sécurité publique d’Outremont. Là, les policiers auraient donné une leçon de chose à la politicienne. « Le sergent détective Monic Cadieux m’a expliqué que j’outrepassais mon rôle de conseillère ! »

L’origine du conflit

Mercredi et jeudi dernier, les Juifs d’Outremont célébraient la fête de Pourim qui ressemble à certains égards à l’Halloween puisque les parents se promènent de maison en maison avec leurs enfants déguisés. L’aspect problématique réside ailleurs : dans l’arrivée massive dans les rues d’Outremont de minibus qui gêneraient la circulation locale.

«Par dizaines ces autobus circulent de porte-à-porte, entraînant des adolescents et des hommes souvent ivres, bruyants et traînants de gros amplificateurs. Déjà, le soir du 7 mars, j’ai constaté que des autobus circulaient à la douzaine dans les rues. J’ai vu des rues bloquées par les autobus arrêtés en double file, des voitures et d’autres autobus stationnés sur les trottoirs, des chauffeurs excités et peut-être même ivres roulant à toute allure sans faire leur stop aux intersections. Certains circulaient même à contresens des sens uniques. On a même vu la sortie de la caserne de pompiers bloquée sur l’avenue Outremont » relate Céline Forget. Selon le porte-parole de l’arrondissement Sylvain Leclerc, les écarts des hassidiques leurs ont valu une dizaine de constats d’infraction.

Quoi qu’il en soit, le lendemain, jeudi 8 mars, la conseillère décide d’aller patrouiller pour vérifier si le règlement municipal sur la circulation est respecté par les Hassidiques. À l’intersection de St-Viateur et Durocher, elle remarque que plusieurs autobus sont stationnés illégalement. Elle contacte la sécurité publique et prend une photo. C’est à partir de là que les choses dérapent. Un homme sort de sa voiture et lui intime l’ordre de partir, il est bientôt rejoint par une petite foule.

Une vielle rancune

Ce n’est pas la première fois que Céline Forget a maille à partir avec la communauté hassidique d’Outremont. En 1997, elle fait une requête pour faire fermer une synagogue illégale en bas de chez elle sur la rue Durocher et a eu gain de cause. Les hassidiques lui en veulent aussi, entre autre, pour avoir milité de façon répétée pour qu’Outremont cesse d’accorder d’annuler les contraventions d’hassidiques pour motif d ‘accommodement raisonnable. En effet, au milieu des années 2000, Outremont autorisait les Juifs à se stationner illégalement lors des jours de fêtes. Un accommodement jugé déraisonnable par la citoyenne.

«On sent toute la haine et le ressentiment qu’éprouve notre communauté à l’égard de Madame Forget dans ces images. Sa présence dans notre fête a agit telle une allumette sur de l’essence. La tension était inflammable » explique Alex Wertzberger qui dirige le COHO (Coalition des organismes hassidiques d’Outremont). «Nous avons une entente tascite avec les autorités pour cette fête. Une journée par année, nous faisons du bruit et une trentaine de minibus arpentent les rues, c’est vrai. Madame Forget ne peut-elle pas tolérer cela ? »

Céline Forget ne portera pas plainte. « Je trouve dommage que le comportement d’une poignée d’Hassidiques entache la réputation de la communauté. Le véritable problème, c’est que l’administration en place ne fait pas respecter les lois quand il s’agit des hassidiques »

La mairesse d’Outremont a refusé de commenter la situation.

Par ailleurs, Alex Wertzberger estime que Céline Forget devrait démissionner et ne peut garantir que les hassidiques ne s’en prendront plus à la conseillère indépendante. « On la laissera tranquille, si elle fait pareil »

 

 

Commentaires