/sports/huntfish
Navigation
Braconnage

Les Rambos de nos forêts

Coup d'oeil sur cet article

La majorité des 475 000 chasseurs québécois pratiquent leur activité favorite de façon respectueuse. Malheureusement, il y a toujours des « Rambos de la forêt », qui n’hésitent pas à enfreindre la loi et à puiser à outrance dans le capital faunique.

Bon an mal an, plus de 8 000 cas de braconnage sont signalés aux agents de protection sur le territoire du Québec.

Les braconniers qui se font prendre auront souvent capturé une couple de truites en trop ou abattu un chevreuil hors saison, par exemple.

Mais d’autres, sans scrupule, auront fait preuve d’actes barbares au point de vous en faire dresser les poils sur les bras...

Cruauté extrême

C’est le cas de cet hurluberlu qui, lors d’une excursion dans le Grand Nord, a tiré sur un caribou de belle taille sans pour autant l’atteindre mortellement.

Sur une bande-vidéo saisie par les agents de protection, on voit l’animal qui s’effondre, partiellement paralysé, puis qui se relève sur ses pattes avant et qui tente de s’enfuir en se traînant lamentablement.

Au lieu d’achever le caribou comme le voudrait le gros bon sens, le braconnier lui assène des coups de pied dans l’espoir qu’il se dirige vers le bas de la montagne, où il sera plus facile à « portager ».

Après avoir parcouru plus d’une cinquantaine de mètres, le caribou est à bout de forces et ne peut plus bouger.

Son tortionnaire embarque alors dessus en le chevauchant, directement sur sa blessure.

Puis il saisit son couteau et l’enfonce à quelques reprises dans la tête du pauvre caribou.

La bête finit par sursauter de douleur avant de mourir.

Les actes sauvages et cruels de ce braconnier lui ont valu une amende dont il se souviendra longtemps.

2,2 millions $

Annuellement, c’est la rondelette somme de 2,2 millions $ que les braconniers doivent verser dans les coffres de l’État.

Un montant qui pourrait toutefois augmenter de beaucoup si tous les actes illégaux commis en forêt ou sur les cours d’eau étaient signalés aux agents de protection et si ceux-ci étaient plus nombreux pour s’en occuper...

Commentaires