/entertainment/movies
Navigation
De bon matin

Chronique d’une chute

Chronique d’une chute
photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

De bon matin  •  3,5/5

Film de Jean-Marc Moutout

Avec Jean-Pierre Darroussin, Xavier Beauvois et Valérie Dréville.

 

Impossible de rester insensible devant ce drame saisissant qui nous prend à la gorge dès sa troublante scène d’ouverture.

Troisième long-métrage du réalisateur français Jean-Marc Moutout (La fabrique des sentiments, Violence des échanges en milieu tempéré), De bon matin s’inspire très librement d’un fait divers survenu en Suisse en 2004.

En arrivant au boulot, un homme avait sorti un revolver de son sac et avait tiré sur deux de ses jeunes supérieurs avant de s’enfermer seul dans son bureau.

Dans De bon matin, cet homme, c’est Paul Wertret (Jean-Pierre Darroussin), un père de famille tout ce qu’il y a de plus ordinaire, qui travaille depuis plusieurs années comme chargé d’affaires dans une banque. Rien dans la vie de Paul Wertret ne pouvait laisser présager qu’il puisse commettre l’irréparable, à 8 h, un lundi matin.

Moutout a choisi d’ouvrir son film par cet acte violent, ce qui happe le spectateur dès le départ. Le reste, construit à partir de retours en arrière, s’affaire à reconstituer la chronologie des événements qui ont poussé ce simple banquier à aller jusqu’à commettre un tel geste.

Portant le film sur ses épaules, Jean-Pierre Darroussin livre une performance bouleversante et d’une grande justesse. Certaines scènes avec son jeune patron (le très convaincant Xavier Beauvois) donnent froid dans le dos.

Climat de travail difficile, dépression, problèmes à la maison, tentatives de rapprochement ratées avec son fils... Le film de Moutout analyse la chute de cet homme avec finesse et soulève des questions cruciales sur la société actuelle et sur notre rapport au travail.

Commentaires