/entertainment/music
Navigation
muzik pop rock

Le centre du monde du HIP HOP est ici

Coup d'oeil sur cet article

La musique hip hop du Québec a désormais son festival. C’est une bonne nouvelle.

« Le hip hop est la musique la plus écoutée, mais malgré cela, les radios ne nous accordent qu’un minimum de diffusion, et ce, à des heures mortes. On a réalisé qu’il ne tenait qu’à nous de faire le nécessaire pour faire connaître et apprécier notre hip hop, qui mérite mieux que ça. » Voilà la situation brossée par Steve Jolin, alias Anodajay, qui est l’un des cinq fondateurs du Festival hip hop de Montréal (MTLHHF pour les acronymes), et l’une des têtes d’affiche de sa première édition, qui débute vendredi prochain. Le rappeur abitibien, qui pourtant est l’un de ceux qui ont le plus tourné sur les ondes – grâce surtout à ses récents hits Mon neighborwood et Jamais su qui échantillonne Diane Tell -, reconnait que la force du hip hop réside dans son nombre et choisit de jouer la carte solidaire.

Il a raison sur toute la ligne : le hip hop de la Belle Province est excellent, mais souffre de sous-exposition chronique. Qui ici a entendu Samian, Manu Militari, CEA, pour ne nommer que ceux-là ? Ils méritent que vous prêtiez l’oreille, et le MTLHHF vous en donne une excellente occasion.

 

Hip Hop cette semaine et plus

Le premier événement du festival est à prendre comme une déclaration d’intention : c’est la soirée RapKeb, qui aligne sur les planches du Club Soda les artistes sus-mentionnés, ainsi que Treizième étage, Webster, L’MC Rar, et Imposs (qui lance son disque Peacetolet mardi) et quelques autres. Puis, un peu plus tard le même soir, à l’Olympia, on accueille le hustler américain Young Jeezy.

Au total, cinq soirées sont programmées dans le festival, qui se termine le 13 avril, mais le MTLHHF ne s’arrête pas là : « on veut continuer à programmer du hip hop toute l’année, car on veut assurer la qualité de ce qui est présenté ici, explique Steve. C’est une affaire non seulement d’exposition et d’expertise, mais aussi de crédibilité aux yeux des fans comme des artistes. On veut devenir une référence dans le milieu. » Partis comme ils le sont, ça regarde bien.

mtlhhf.com

agenda
Ce soir
Band Of Skulls joue au Corona. bandofskulls.com  
La jeune Grenadine joue au Studio-Théâtre de la Place des Arts
myspace.com/
grenadinegrenadine
 
Ce soir, le groupe indie pop new-yorkais The Magnetic Fields est au National. houseoftomorrow.com  
Ce soir, le band anglais The Joy Formidable passe au Cabaret du Mile End jouer son excellent album The Big Roar. thejoyformidable.com  
dimanche
Thomas Dolby, qui a pondu quelques hits inoubliables il y a 30 ans, mais est encore productif, joue à l'Astral. thomasdolby.com  
Lundi
Our Lady Peace foule les planches du Corona avec l’album Curve. ourladypeace.com
Félicia, nouvelle venue parrainée par Daran, lance son album au Lion d’or. facebook.com/pages/Félicia
Mercredi
Oberhofer, band indie de Tacoma, joue à la Casa Del Popolo.
myspace.com/oberhofermusic  
Jeudi
Great Lake Swimmers joue à L'Astral.
greatlakeswimmers.com  
Nada Surf ressuscite au Corona.
nadasurf.com  
La jeune Salomé Leclerc fait sa rentrée montréalaise au National.
salomeleclerc.com
 
Le bon moment

La jeune Vancouvéroise - mais résidente de Montréal ! - Claire Boucher qui est derrière le pseudo Grimes a fait dresser l’oreille de bien du monde depuis la parution de son album Visions sur l’étiquette 4AD en janvier dernier. Ce troisième album, une affaire très aérienne et pas très structurée qui flirte autant avec le goth que la piste de danse, a ravi les critiques de tous les médias qui comptent (sauf Rolling Stone), et l’artiste, qui l’an dernier a fait la première partie de Lykke Li, s’apprête à prendre la route seule pour un tour du monde en mai. Mais auparavant, elle donne un spectacle « chez elle », ce soir au Cabaret du Mile End. Tous les hipsters de la ville y seront, c’est une certitude.

grimesmusic.com

La montée de Metronomy

Lors de son dernier passage en ville, en octobre dernier à la S.A.T., le quatuor anglais dirigé par Joseph Mount n’était encore qu’un « groupe à surveiller parce que jouissant d’un excellent buzz », surtout dû à son excellent troisième disque, The English Riviera, maintenant vieux d’un an exactement. Déjà en octobre, il était évident que le groupe devait revenir en ville, et depuis, encore plus de gens ont écouté la musique et vu les très beaux clips The Bay, The Look, She Wants et Everything Goes My way. À l’écoute, on comprend la nomination de l’album aux prix Polaris l’an dernier (Let England Shake de P.J. Harvey a gagné, c’est justice). Metronomy surfe sur une vague en ce moment : le son est parfait, la direction aussi. Ça promet demain au Métropolis.

metronomy.co.uk

Commentaires