/entertainment/music
Navigation

Le jazz qui bat

Le jazz qui bat
PHOTO courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Dans cet univers toujours créatif qu’est le jazz, les belles occasions ne manquent pas. Sur le mode d’un esprit fraternel où l’aventure est le maître mot, trois grands compositeurs-interprètes offrent à la note bleue un écrin imaginatif. Quand le bonheur est à notre portée !

Même si la recette n’est pas simple, voici les premiers ingrédients de base. Prenez un trompettiste italien au son feutré et imaginatif : Paolo Fresu, un pianiste cubain rompu à la musique du monde : Omar Sosa, puis un violoncelliste brésilien : Jaques Morelenbaum, véritable touche-à-tout et vous obtenez une sublime nouveauté, au parfum de Nouveau Monde.

Un métissage réussi

À cent lieues d’un jazz traditionnel (entendez que les standards classiques sont compléments absents), Alma s’invite comme un véritable puits de création où dans une formule un peu « étrange » avec trompette, piano, violoncelle, les trois interprètes évoquent la vie qui bat comme le jazz.

En douze plages, dont onze compositions personnelles et une reprise de Under America Skies de Paul Simon, le dialogue feutré s’invite dans votre salon, et comme un martini bien tassé, tout cela se déguste lentement sans jamais s’affoler.

Après trois écoutes, pour saisir le bien-fondé de ce dialogue tout à fait original, nous avons retenu : No Trance (Sosa/ Fresu), Alma (Sosa), évidemment, le très langoureux Moon On The Sky (Sosa) et le télescopage brésilien Ninos ( Sosa), Nenia (Fresu).

Une véritable œuvre d’art qui s’inscrit dans la grande histoire du jazz et ses satellites.

 

en bref
 
Toots Thielemans ★★★★★

Yesterday & Today, T2 Out of The Blue/Naxos 2 DC

Plus qu’un coffre aux trésors, voici une véritable bible qui trouvera une place de choix dans votre discothèque. À quatre-vingt-onze ans, l’harmoniciste Jean-Baptiste Thielemans dit « Toots » est certainement le dernier représentant de l’âge d’or du jazz et celui qui a servi de « maître étalon » pour tous ceux et celles qui jouent de cet instrument, un peu comme le fut le regretté trompettiste Maurice André pour la période baroque. Au fil des décennies, bien des enregistrements de l’ami Toots se sont perdus dans les limbes, ou n’ont jamais traversé l’Atlantique, comme en fait foi ce doublé qui relève presque du miracle. Des trente-neuf plages qui s’offrent à nous, la plupart provenant de Suède, Paris, New York et des Pays-Bas, nous redécouvrons le Toots guitariste dans Red Devil Boogie, Jazz Band Ball, Love Is Just Around The Corner, l’harmoniciste imparable dans Cool And Esay, Caravan, Early Autumn et en grade formation (Quincy Jones) dans Chump Change, Big Bossa, Love The from The Getaway. Immense sur toute la ligne.
 
Brad Mehldau Trio ★★★★½

Ode, Nonesuch /Warner

Comme ses prédécesseurs, le pianiste Brad Mehldau cultive avec beaucoup de précision l’art du trio. Délaissant les standards, il oriente sa conception harmonique du jazz vers des sommets très personnels où l’improvisation se mêle à de puissantes lignes mélodiques, souvent graves et intériorisées. Pour ce nouvel opus consistant et hautement volatil, nous sommes dans le moule d’un pianiste qui livre des œuvres charpentées avec Ode, Dream Sketch, Bee Blues, Stan the Man avec force, caractère et intelligence. À consommer rapidement.

 
Andrée Boudreau ★★★★½

Aulofée,Espace 21/Select

La pianiste et professeure Andrée Boudreau conçoit ses disques comme un orfèvre. Autour d’un thème qui pourrait être le voyage : Samba d’août, À la volette, Ces chemins qui ne mènent nulle part ou Sicilienne, elle offre un univers tout en nuances, soutenu par une inspiration constante, savamment entretenue par une section rythmique particulièrement solide. De l’improvisation et des lignes harmoniques fouillées comme précises, jamais convenues, qui évoquent aussi l’influence du grand Ahmad Jamal. Un cadeau qui se déguste lentement et en espérant qu’elle soit l’hôte d’un festival, sous peu.
 

Concerts
7 avril
Helena Allen, voix Et son quartette
Au Upstairs
1254, rue Mackay
20 h 30
22 h 30
Minuit
514 931- 6805
9 avril
Soirée cubaine avec Yoel Diaz, piano Kiko Osorio, congas Alex Bellegarde, contrebasse
Au Dièse Onze
4115 A St-Denis
514 223-3543
Jam-session Avec les frères Jim et Chet Doxas
Au Upstairs
1254, rue Mackay
19 h 30
514 931-6805
En magasin ou en ligne cette semaine
Benoit Delbecq
Crescendo in Duke
Gerry Mulligan Sextet
Live in Stuttgart (1977)
Céu
Caravana Sereia Bloom
Commentaires