/news
Navigation

Les locaux de l’UQÀM libres d’accès

Coup d'oeil sur cet article

Six des sept associations de l’UQÀM ont accepté de ne plus bloquer l’accès aux locaux de l’université. Une entente est survenue hier, juste avant qu’un juge ne se penche sur le dossier.

L’université avait déposé hier une requête en injonction provisoire, demandant à la justice de mettre fin au blocage de ses locaux par ses étudiants en réponse à la hausse des droits de scolarité.

À l’exception de la faculté de gestion, elles sont toutes en grève pour protester contre la hausse des droits de scolarité.

L’entente aura finalement été prise hors cour et la juge n’a eu qu’à l’entériner.

En cas de non-respect de l’injonction, valide jusqu’au 19 avril, les manifestants risquent 50 000 $ d’amende et un an de prison, indique le document.

La grève continue

« Les levées de cours vont continuer et nous allons toujours encourager les étudiants à (boycotter) les classes », a déclaré le président de l’Association des étudiant(e)s de la faculté des sciences de l’éducation à l’UQÀM.

Le vice-président de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Yanick Grégoire, invite maintenant le gouvernement Charest à négocier avec les étudiants pour mettre fin aux levées de cours.

« Le nœud du problème, c’est l’accessibilité aux études, a-t-il déclaré. Personne ne fait la grève de gaîté de cœur. »

Commentaires