/world/opinion/columnists
Navigation

Jeunes Noirs dans la mire

Coup d'oeil sur cet article

La mort de Trayvon Martin, tué par un surveillant de quartier à Sanford en Floride, est tout sauf un incident isolé. Cette menace constante qui pèserait sur les jeunes Noirs américains est à la fois une conviction profonde dans la communauté afro-américaine et une réalité confirmée par les statistiques.

Les jeunes Noirs, âgés de 15 à 24 ans, courent trois fois plus de risque de mourir d’un homicide que les jeunes latinos du même âge et 17 fois plus de risque que les jeunes Blancs. Des cas loin d’être comparables toutefois à celui de Trayvon Martin : 90 % des meurtres de Noirs ont été commis par d’autres Noirs.

La communauté, en fait, peine à s’arracher à un cycle de violence et de misère. Les jeunes Noirs mettent fin à leurs études avant tous les autres groupes de la population. Du coup, le chômage les affecte davantage. On apprenait vendredi que le taux de sans-emploi chez les Blancs s’élevait à 7,3 % en mars dernier, alors qu’il atteignait le double parmi les travailleurs noirs.

C’est, d’autre part, devenu un cliché de rapporter le déséquilibre ethnique dans les prisons américaines. Un Noir sur 15 se trouve derrière les barreaux contre un latino sur 36 et un blanc sur 106. Un jeune Noir américain sur trois risque d’être incarcéré à un moment ou un autre au cours de sa vie. Un professeur de droit de l’Université de l’Ohio a d’ailleurs calculé qu’il y avait présentement aux États-Unis plus de Noirs emprisonnés, en probation ou en liberté conditionnelle qu’il y en avait soumis à l’esclavage en 1850.

Des Blancs soutiennent que ces chiffres justifient la peur qu’ils ressentent face aux bandes de jeunes Noirs, tandis que la communauté noire se sent systématiquement visée, ciblée à cause de la couleur de sa peau. La mort du jeune Trayvon n’a malheureusement rien fait jusqu’à maintenant pour rapprocher ces deux solitudes à l’américaine.

RACISME OU LÉGITIME DÉFENSE ?

Trayvon Martin, 17 ans, est mort le 26 février, tué par George Zimmerman, un vigile de quartier, qui affirme avoir été attaqué et avoir agi en légitime défense. Ce qui s’avère doublement tragique dans la mort du jeune Trayvon, c’est que la fameuse loi floridienne « Stand your ground » (Tenez bon !) protège Zimmerman de toutes poursuites.

Commentaires