/news/currentevents
Navigation
serge grenier | décès

Une enquête interne en cours

Une enquête interne en cours
Photo le journal de montréal, héloïse archambault Selon le rapport des paramédics, Serge Grenier a fait une chute de trois étages (10 mètres), et a atterri sur le béton, à la résidence les Jardins d’Amour, à Saint-Lambert.

Coup d'oeil sur cet article

Une enquête a été ouverte au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Champlain afin de déterminer comment Serge Grenier a pu s’évader de la résidence où il demeurait, un endroit « reconnu » où les fenêtres sont en principe verrouillées.

« L’analyse est en cours et est pratiquement terminée, confirme Nathalie Schoos, directrice de la qualité des services au CSSS Champlain-Charles-Lemoyne. Étant donné les facteurs de risque, on ne peut pas prendre des semaines. »

Hier, le Journal rapportait que Serge Grenier, un ancien membre du groupe humoristique Les Cyniques, est décédé après avoir chuté de trois étages.

Diagnostiqué d’une démence frontale en février dernier, l’homme de 73 ans avait été transféré à la résidence les Jardins d’Amour, à Saint-Lambert, le 29 mars dernier.

Chute de trois étages

Moins de 24 heures après son arrivée, Serge Grenier a tenté de s’évader par une

fenêtre de la résidence, à l’aide d’un drap. Or, il avait mal évalué la hauteur de la bâtisse et a fait une chute de trois étages.

Selon le rapport de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie, l’homme a atterri au sol sur ses deux pieds.

Il a subi de multiples fractures, mais il était tout de même conscient durant son transport vers l’hôpital Charles-Lemoyne.

Le 6 avril dernier, soit une semaine plus tard, il y est finalement décédé des suites d’une pneumonie.

Questionnée au sujet de cette résidence, la direction du CSSS Champlain assure que les Jardins d’Amour respecte les normes.

« Les fenêtres sont verrouillées »

« C’est une résidence reconnue et spécialisée pour accueillir des gens qui ont notamment des problèmes de démence, d’Alzheimer et des troubles de comportements », explique Murielle Savignac, directrice du soutien à domicile, de l’hébergement et de la réadaptation gériatrique au CSSS.

Quant à l’aspect sécuritaire, elle souligne qu’un système de sécurité empêche les résidents de sortir de la bâtisse ou de changer d’étage par eux-mêmes. Elle assure de plus que « les fenêtres sont verrouillées. »

L’enquête en cours vise donc entre autres à élucider comment Serge Grenier a réussi à sortir par une fenêtre.

Selon le CSSS, c’est la première fois que la résidence les Jardins d’Amour fait l’objet d’une enquête interne.

Par ailleurs, le coroner Jacques Robinson a aussi été chargé de mener une enquête pour déterminer les circonstances entourant ce décès.

 

Le fil des événements
décembre 2011
Les proches de Serge Grenier constatent qu’il a un comportement étrange.
janvier 2011
L’homme est hospitalisé à l’hôpital Charles-Lemoyne, à Longueuil, et y subit des examens psychiatriques.
février 2011
Serge Grenier reçoit un diagnostic de démence frontale.
29 mars 2012
L’homme est placé à la résidence privée les Jardins d’Amour, à Saint-Lambert.
30 mars 2012
À 12 h 15, Serge Grenier fait une chute de trois étages en tentant de s’évader par une fenêtre. Il est hospitalisé à l’hôpital Charles-Lemoyne.
6 avril 2012
L’ancien membre des Cyniques décède à l’hôpital, à l’âge de 73 ans.
12 avril 2012
Le bureau du Coroner annonce que le coroner Jacques Robinson fera enquête sur ce décès.
Source : Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie
Commentaires