/lifestyle/books
Navigation
bd

Pas mal pour une sabbatique

Coup d'oeil sur cet article

Glorieux Printemps
de Sophie Bédard
Aux Éditions Pow Pow
La jeune auteure Sophie Bédard a fait une entrée remarquée dans le neuvième art québécois, il y a quelques mois à peine, avec une étonnante première publication chez Colosse intitulée Comme les grands. Elle lançait la semaine dernière,Glorieux printemps, son nouvel opus adapté de son blogue du même nom.

À peine âgée de 20 ans, cette détentrice d’un diplôme d’études collégiales (DEC) en graphisme a publié pas moins de trois albums, en quelques mois seulement, dont le tout nouveau tout chaud Glorieux printemps aux éditions Pow Pow. Une belle entrée en matière dirons-nous.

Durant son passage au cégep du Vieux-Montréal, elle a notamment participé aux ateliers de bandes dessinées animés par les auteurs Jimmy Beaulieu et David Turgeon. Grande lectrice, elle avoue lire depuis presque exclusivement de la bande dessinée.

Plan B

Une fois son DEC en main, Sophie Bédard postula en design graphique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), où elle fut refusée.

« Sur le coup, j’étais sous le choc, car ça ne correspondait pas au plan de vie que je m’étais donnée. Je devais faire quelque chose de cette sabbatique imposée, explique la chaleureuse artiste. Je me suis donc lancé le défi de faire de la bande dessinée. » Un défi relevé haut la main.

trois fois plutôt qu’une

Parallèlement à la publication de Comme des grands, pour lequel elle fut en nomination pour le Bédélys Indépendant lors de la 13e édition au début avril et Fatigue chez Colosse, Sophie Bédard débuta l’an dernier un blogue pour y publier son feuilleton Glorieux printemps, à raison d’un chapitre par mois. Pas mal pour une sabbatique. « Ce projet a d’abord été pensé pour le Web, question de me faire la main, de rendre mon travail accessible et de récolter des commentaires, expose-t-elle. Lorsque l’éditeur de Pow Pow, Luc Bossé, m’a abordée pour publier le blogue alors que j’avais seulement deux chapitres en ligne, j’ai d’abord refusé. Je préférais lui proposer autre chose. Puis, en y réfléchissant bien, je me suis dit que ce serait une belle finalité que d’en faire un livre, que ce serait plus agréable à lire que sur un écran d’ordinateur. Surtout pour les nouveaux lecteurs. » 

Elle s’est donc affairée, avec l’aide de son éditeur, à adapter ce récit d’adolescence qu’elle porte en elle depuis plusieurs années déjà. Prévu en trois tomes, vous pouvez prendre de l’avance en suivant les péripéties d’Émilie, Antoine, Mathieu et Michelle en ligne, ou alors attendre les albums. À vous de voir...

https://glorieuxprintemps.wordpress.com

à lire aussi
Post Mortem
de Pierre Maurel
Ed. Gallimard/Bayou

Après l’excellent Blackbird chez l’employé du Moi, Pierre Maurel récidive avec un poignant récit d’anticipation aux accents politiques, où le gouvernement a mis en place un programme permettant de ramener à la vie les morts afin afin de se constituer une main-d'œuvre peu coûteuse. L’auteur nous livre, avec le talent qu’on lui connaît, une vibrante réflexion sur la tolérance, où les monstres ne sont pas ceux que l’on croit...

Les 1001 BD qu’il faut avoir lues dans sa vie
de Shawn Sirois et Jean-François Vachon
Ed. Trécarré

Cet imposant ouvrage de référence propose pas moins de 1 001 bandes dessinées à lire, tant européennes, asiatiques que nord-américaines (parmi lesquelles figure d’ailleurs un certain Michel Rabagliati), de 1837 à aujourd’hui. Ce livre abondamment documenté et illustré mettra assurément à dure épreuve vos pulsions dépensières.

L’ascension du haut mal - l’intégrale
de David B
Ed. L’Association

Ce bouleversant récit autobiographique raconte comment la famille de l’auteur a vécu l’épilepsie - haut mal en vieux français - de son frère aîné. Question de fuir la difficile dynamique familiale, l’auteur, alors jeune enfant, se réfugie dans la littérature, établissant ainsi les bases de l’univers qu’il développera plus tard comme auteur. Puissamment illustrée et racontée, l’intégrale, originalement publiée en six tomes, est incontestablement le chef-d'œuvre de David B.

Commentaires