/news/currentevents
Navigation
Bambin tué à Lévis

Fin atroce pour Nathan

Coup d'oeil sur cet article

Parce qu’il a voulu jouer au protecteur, Nicolas Lacroix, 36 ans, a été formellement accusé, hier, d’homicide involontaire et de négligence criminelle ayant causé la mort du jeune Nathan Lecours, un bambin de deux et demi.

 

Lacroix était une lointaine connaissance de la mère de la victime et n’avait jamais été vu près de la petite maison où s’est joué le drame au 15, rue Foisy à Lévis.  

Selon un témoin, il est arrivé jeudi à 17 h 30, soit un peu moins d’une heure avant que le coup de feu n’atteigne le petit Nathan à la tête, ne lui laissant aucune chance.

« Il a stationné sa voiture chez moi, comme les amis de Mélanie le faisaient parfois. J’ai vu qu’il avait dans les mains un sac en cuir noir, mais je croyais que l’étui contenait un genre de raquette... Je suis entré dans la maison et, par la suite, j’ai entendu crier », a raconté le voisin, qui préférait ne pas être identifié.  

Fusil chargé

Selon ce que le Journal a appris, l’accusé voulait remettre une arme de calibre .12 à la mère de famille, qui se disait victime de harcèlement de la part d’un autre individu.

Pour une raison inconnue, le coup serait parti alors que le fusil se trouvait toujours dans son étui, ce qui laisse présager qu’il était chargé et que le cran de sécurité n’était pas engagé. En raison de l’enquête en cours, la Sûreté du Québec a refusé de confirmer ces informations.

Panique

« Lorsqu’il est sorti de la maison, l’homme se tenait la tête à deux mains et il n’arrêtait pas de répéter que c’était sa faute et qu’il voulait se tuer.

Pendant ce temps, la mère de Nathan était prostrée, par terre, et elle criait à fendre l’âme », a raconté, Line Aubin, qui avait peine à croire qu’un drame aussi horrible se soit produit devant chez elle et qu’il touche des gens qu’elle connaissait bien.

« Le jeune homme était en crise, dehors, et je lui ai demandé si je pouvais entrer pour voir si je pouvais faire quelque chose et il m’a dit que le bébé n’avait plus de signes vitaux », a spécifié Nancy Bergeron, voisine du 15 de la rue Foisy. « Le voisin d’en face a aussi ouvert la porte de la maison pour voir le bébé, mais il l’a refermée immédiatement et lorsqu’il nous a regardés, il était blanc comme un drap », a aussi ajouté madame Aubin.   

Déroulement

Rappelons que la triste histoire a débuté jeudi matin au moment où la mère du petit Nathan a écrit sur son profil Facebook qu’elle « craignait pour sa sécurité et celle de son fils », se sentant harcelée depuis un certain temps par un individu.

En réponse à son appel à l’aide, Nicolas Lacroix, un peu plus d’une heure avant la terrible tragédie, a demandé si des gens « connaissaient le numéro de téléphone privé » de la jeune femme parce que « la farce n’était plus drôle ».

 

Commentaires