/news/politics
Navigation
Jean Charest

«Tout le monde en sort en gagnant»

Charest
Photo: Philippe-Olivier Contant / Agence QMI Jean Charest lors de son passage à l'émission «Larocque-Lapierre» en 2010.

Coup d'oeil sur cet article

VICTORIAVILLE – Le premier ministre Jean Charest ne pavoise pas après avoir obtenu une entente qui lui permettra peut-être de sortir de l'une des plus importantes crises de l'histoire du Québec.

«Tout le monde en sort en gagnant. On va soumettre tout le monde à un exercice de rigueur. Les gens vont y contribuer, les universités, puis les recteurs vont ouvrir leurs livres, et puis, si on arrive à un bon résultat, on va appliquer le gain au bon endroit», a dit M. Charest en entrevue à l'émission «Larocque-Lapierre».

Jean Charest a expliqué pourquoi il a permis le retour de la CLASSE après les avoir expulsés il y a 10 jours.

«Le représentant de la CLASSE a dénoncé la violence très clairement surtout le vendredi soir», a-t-il dit.

Le premier ministre a choisi de convier des représentants des établissements, les étudiants, mais surtout, les syndicats, afin d’éviter un autre dérapage lors des discussions. «Pour qu'on puisse avoir une discussion différente de celle qu'on avait eue, juste en se parlant face à face, avec certains interlocuteurs avec qui on avait des difficultés», a-t-il dit.

M. Charest croit que certaines personnes ont voulu profiter de ce débat pour essayer de créer du chaos et s'attaquer au gouvernement.

Il s'est dit particulièrement troublé après avoir appris que deux manifestants avaient été gravement blessés vendredi. « Ça nous fait beaucoup de peine quand ça arrive, parce que c'est la dernière chose qu'on veut», a-t-il ajouté.

Pas d’élections, affirme Charest

Il est toujours aussi enragé lorsqu’on suggère que cette crise était calculée pour conduire à une élection. «Ça m’a offusqué, parce que c'est comme s’il y avait un calcul là-dedans de la part du premier ministre du Québec, que ça soit inscrit dans une stratégie électorale!» a-t-il précisé.

Donc, déclenchera-t-il des élections? Jean Charest affirme que non. «Au parti libéral du Québec on n'a pas réservé d'autobus», a-t-il souligné.
L’entrevue complète de Jean Charest sera présentée à l'émission Larocque-Lapierre diffusée dimanche à 12 h 30 sur les ondes de TVA et à 13 h 30 sur les ondes de LCN.


 

Commentaires