/news
Navigation
Manifestation

« Ce n’est plus le Moyen Âge »

chevaux
Photo Maxime Coursol / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

HUBERDEAU – Environ 50 personnes ont passé leur samedi après-midi à Huberdeau, dans les Laurentides, pour dénoncer l’inaction de la SPCA dans le dossier de chevaux maltraités. Des gens venus d’aussi loin que Montréal se sont joints à la manifestation, à cheval ou à pieds.

« Il faut dénoncer ces cas de cruauté envers les chevaux et que Québec réforme sa loi. Faut qu’il y ait des choses qui changent », a déclaré Hélène Marie. Cette Montréalaise n’était pas venue à Huberdeau seulement pour manifester contre les mauvais traitements que les chevaux du Centre écotouristique Retour aux sources ont subis. Elle était là surtout pour demander une réforme de la loi provinciale sur la cruauté envers les animaux. Et elle n’était pas la seule.

Une autre Montréalaise, l’instructrice western Samuelle Ducrocq-Henry, a souligné qu’en ce qui concerne les mauvais traitements que subissent les chevaux, la loi n’a pas été modifiée depuis les années 1880. « Cette loi n’est plus du tout adaptée à notre réalité. Il est urgent de la modifier: ce n’est plus le Moyen Âge », a-t-elle lancé du haut de son cheval. Elle désire maintenant voir les chevaux être inclus dans la nouvelle loi 51, qui a pour but d’améliorer le bien-être animal. Celle-ci entre en vigueur le 17 mai.

Une manifestation pacifique

Même si les manifestants demandaient en général le renforcement des droits des animaux, la principale cause qui les réunissait à Huberdeau était l’inaction de la SPCA dans le dossier du Retour aux sources. Comme le propriétaire du centre écotouristique, Gaétan Beauchamp, a fait preuve de bonne foi et a appliqué ses recommandations, l’organisme de protection des animaux a décidé de ne pas retirer les chevaux de là. Une vraie blague aux yeux de plusieurs. « Il y a déjà eu une jument euthanasiée, et six autres chevaux sont si mal en point qu’ils devront subir le même sort, dit Mme Marie. Quant à moi, ça fait sept morts: comment la SPCA peut laisser ces bêtes sous la garde de cet homme? »

Même si le ton à l’endroit de la SPCA et de M. Beauchamp était dur, les protestataires sont restés très pacifiques. Durant toute la durée de la manifestation, au cours de laquelle ils ont fait le tour du village d’Huberdeau avec banderoles et pancartes, aucun incident déplorable n’a eu lieu. Pour Sylvie Lalonde, une manifestante venue de Labelle pour l’occasion, il était primordial de ne pas se montrer agressif envers le propriétaire. « M. Beauchamp a de toute évidence des problèmes et nous ne voulons pas empirer son cas. Nous voulons juste qu’il réalise qu’il n’est peut-être pas capable de s’occuper correctement de ses bêtes », a-t-elle déploré.

Plusieurs manifestants étaient sur le dos de leur cheval ou de leur poney pour la durée de l’événement, qui a eu lieu de midi à 19 h. La Sûreté du Québec était présente pour encadrer la manifestation, mais s’est montrée plutôt discrète.

 

 

Commentaires