/news/currentevents
Navigation
Funérailles du bambin tué à Lévis

Vivre maintenant

La famille et les proches ont opté pour l’intimité

funérailles nathan lecours
Photo Karl Tremblay La cérémonie a laissé un message d’ouverture et d’espoir.

Coup d'oeil sur cet article

Un peu plus d’un millier de personnes a assisté, vendredi après-midi, aux funérailles de Nathan Lecours, tué par balle la semaine dernière à Lévis.

Les funérailles, qualifiées de chaleureuses par le maître de cérémonie, l’abbé Paul-Eugène Marotte, se sont déroulées à l’église Notre-Dame, sur la rue Guénette à Lévis.

« Il y avait même des gens debout parce qu’il n’y avait plus de place », a souligné le prêtre. Ce dernier a fait savoir que des chansons anglophones et des textes composés par des amis proches de la famille ont fait partie de la cérémonie. « Il y a même eu un conteur. Et sur l’autel, il y avait les petites bottines portées par l’enfant », a relaté l’abbé Marotte au Journal, qui n’a pu assister à la cérémonie.

Les parents ont émis un communiqué, jeudi, pour aviser les médias qu’ils souhaitaient vivre ce moment d’intimité entourés de leurs proches.

Vivre au présent

Vivre le moment présent est le message que les parents ont cherché à transmettre au cours de ces funérailles, a souligné M. Marotte. « C’est de se dire O.K., on part. On va prendre un moment pour guérir cette douleur; jamais on oubliera, mais on va aller de l’avant. On ne peut pas revenir en arrière a-t-il résumé. L’important, c’est de vivre aujourd’hui comme il faut. On ne sait jamais ce qui peut arriver. »

L’abbé Marotte s’est entretenu à quelques reprises avec les parents, cette semaine, pour préparer les funérailles. Le couple est séparé depuis peu.

« Du maudit bon monde »

La mère est très émotive, confie M. Marotte « Il faut comprendre que la maman était là quand c’est arrivé. Elle a entendu le coup de feu et elle a vu son fils mourir. »

Le père démontre plutôt un désir de repartir en neuf, indique le prêtre. « Tous les deux, ce sont des gens très ouverts. C’est du maudit bon monde. J’ai aimé cette expérience », admet le maître de cérémonie.

Celui-ci a fait savoir que les portes de l’église ont été ouvertes gratuitement pour cette cérémonie. Le prêtre a même eu droit à une chaude main d’applaudissement, à la fin, en annonçant que la moitié des revenus de la quête serait remise à la famille.

Nathan Lecours, deux ans et demi, a été tué par balle, le 3 mai, dans l’appartement de sa mère du 15, rue Foisy. Un ami de cette dernière, Nicolas Lacroix, a été accusé de négligence criminelle et d’homicide involontaire à la suite de cet accident.

Lacroix est débarqué chez Mélanie Bissonnette avec un fusil calibre 12. Il voulait la protéger après avoir lu sur Facebook que celle-ci craignait pour sa sécurité et celle de son fils. Elle disait être victime de harcèlement téléphonique. En montrant à la mère comment l’utiliser, le coup de feu est parti et a atteint le petit Nathan, qui s’amusait à faire des coucous.

Commentaires