/entertainment/celebrities
Navigation
Cannes | Ouverture

Les chasseurs de stars sont prêts

Coup d'oeil sur cet article

Ils campent depuis lundi au milieu de la rue en face au Palais des Festivals. Chaque année, une étrange famille d’escabeaux s’organise à l’ombre des marches, suivant une hiérarchie établie par Jo, le maître des lieux. Bienvenue dans l’univers des chasseurs de stars du Festival de Cannes.

Ils sont environ une cinquantaine à s’entasser sur une mince bande de terre-plein juste devant le Palais des Festivals et ses célèbres 24 marches. Les voitures les frôlent dangereusement de quelques centimètres et c’est le nez à la hauteur des pots d’échappement qu’ils attendent patiemment les stars.

Armés de leur appareil photo et quelques crayons, ils veulent être aux « premières loges » du film d’ouverture de mercredi, Moonrise Kingdom. Pendant 12 jours, ce petit groupe vivra (par procuration) de glamour et d’eau fraîche.

Le parrain

Jo Morpelli, c’est le parrain des lieux. « Ici, on me nomme Jo chasseur de stars », me dit-il d’emblée. « C’est mon 33e festival. Les Américains sont en force cette année et on attend de grosses pointures comme Charlize Theron et Nicole Kidman, c’est pour ça que nous sommes plus nombreux que d’habitude », dit ce retraité de Saint-Raphaël, ville azuréenne non loin de Cannes.

JOE MORPELLI
Chasseur de stars

Les gendarmes semblent les tolérer, les Cannois un peu moins. « Ils ne nous aiment pas trop parce qu’on prend possession de leur territoire », dit Jo.

Pourquoi attendre toutes ces heures sous un soleil de plomb ? « C’est une espèce de folie qu’on a dans la tête à mon avis, conçoit Anne-Marie Stahl de Marseille. C’est un peu du rêve qu’on vient chercher ». Elle se déplace pour l’occasion chaque année depuis 18 ans. Avec le temps, des amitiés se sont créées avec ses voisins d’escabeau.

Aux premières loges

C’est le cas de Corinne Besnier de Rennes. La femme de 47 ans vient depuis 1987 se poser devant le Palais. « Ça permet d’enlever tous les soucis qu’on a dans l’année. On est complètement transcendés, on est différents, on crie », dit-elle à propos des soirs de première. « The Artist, on était là au commencement. On a vu le début », ajoute la cinéphile.

Isabelle Poulain de la Fontaine, 49 ans, prend congé pour l’occasion depuis 10 ans. Cette assistante de direction de Bordeaux a l’impression de retrouver une famille chaque année. « C’est surtout d’intégrer le groupe qui créé une magie en plus. Je suis très fan de Brad Pitt, Angelina et Belmondo », dit-elle.

« La montée des marches, c’est toujours magique, poursuit Corine Besnier. Les stars traversent la rue pour venir nous voir, surtout les Américains. Les Français commencent à s’y faire. Les Américains sont plus chaleureux, ils ont le sens du show », dit la fan d’Angelina Jolie qui a passé deux nuits dehors. Elle espère voir Nicole Kidman et Bruce Willis cette année.

Charlize et Nicole

Jo Morpelli lui espère voir « Charlize Theron la Sud-Africaine qui est superbe et Nicole Kidman qui est pas mal non plus ».

Il s’est ensuite lancé dans l’explication très scientifique de la hiérarchie des escabeaux. « J’en gère une vingtaine cette année. Il faut que tout le monde puisse voir. Les plus anciens ont priorité ». Durant le jour, le groupe se déplace sur le côté du Palais pour voir les séances de photos de presse. Là aussi, un mur d’escabeaux bien cadenassés les attend.

En 30 ans, Jo en a vu des stars. Cannes, c’est l’équivalent de son Superbowl. Ses préférées ? « Liz Taylor, Sharon Stone dans Basic Instinct et Monica Bellucci, une merveille. Nous passons 11 soirées merveilleuses, mythiques, c’est hors du temps, c’est le seul endroit au monde où l’on rencontre autant de stars concentrées au même endroit », a-t-il conclu.

Commentaires