/sports/hockey
Navigation
LNH | Repêchage

Yakupov se voit au sommet

« Tout le monde se souvient du premier choix au total, mais pas du deuxième » - Yakupov

Yakupov
© Agence QMI Nail Yakupov

Coup d'oeil sur cet article

Nail Yakupov a un objectif simple et précis en tête. L’ailier du Sting de Sarnia a l’intention de devenir le premier de classe lors du prochain repêchage de la LNH, le 22 juin au CONSOL Energy de Pittsburgh.

À un peu plus d’un mois du grand jour, Yakupov a exprimé clairement ses intentions lors d’une entrevue téléphonique au Journal de Montréal. De son domicile de Nizhnekamsk, une ville située à un peu plus de 1000 km à l’est de Moscou, l’ailier de 18 ans a fait abstraction des réponses clichées.

« Tout le monde se souvient du premier choix au total, mais pas du deuxième, a dit clairement le Russe. Premier, c’est premier. Il n’y a rien de mieux. C’est le sommet. Il s’agirait d’un grand honneur d’être le tout premier choix au repêchage de la LNH, la meilleure ligue au monde. »

Le nom de Yakupov se retrouve au sommet des deux plus importantes listes de recrutement, celle de la centrale de dépistage de la LNH pour les meilleurs espoirs en Amérique du Nord et la centrale internationale de recrutement (ISS).

Son propre nom

Déterminé et confiant, frôlant même l’arrogance dans ses réponses, Yakupov a balayé du revers de la main les comparaisons avec Pavel Bure.

« J’ai le nom de Yakupov dans mon dos, pas celui de Bure, a-t-il répondu rapidement. Nous sommes des joueurs différents. J’ai un grand respect pour Bure, il était un marqueur redoutable dans la LNH et un patineur extraordinaire. Je veux toutefois faire mon propre chemin. »

Questionné à savoir qu’elle était sa plus grande qualité sur la glace, il a offert une autre réponse digne d’un joueur débordant d’assurance.

« Je suis bon dans tout », a-t-il lancé.

Après un petit rire, il a précisé sa pensée un peu plus. « Je me considère comme un bon marqueur, j’ai un bon coup de patin et je veux surtout gagner. Je ne suis pas un joueur individualiste. »

Un investissement

Il y a deux ans, alors qu’il n’avait pas encore 17 ans, Yakupov a fait un sacrifice important en quittant sa ville natale en Russie pour s’établir à Sarnia, en Ontario. Même s’il s’ennuyait souvent de sa famille et de ses proches, il a refusé de parler d’un sacrifice. Pour lui, il s’agissait d’un investissement.

« Je voulais démontrer mon intérêt pour la LNH, a expliqué Yakupov. La LNH est la meilleure ligue au monde, c’est pour cette raison que j’ai décidé de venir jouer mon junior à Sarnia. Je rêve de la LNH, je ne rêve pas de la KHL. »

À son arrivée avec le Sting, il ne maîtrisait pas encore la langue de Shakespeare.

« Je pouvais seulement dire quelques mots en anglais, se souvient le doué attaquant. J’ai travaillé très fort pour m’améliorer. À ma première saison, je vivais avec Alex Galchenyuk (un des plus beaux espoirs pour le repêchage) et je parlais trop souvent en Russe. J’ai vraiment fait un bond de géant cette saison puisqu’Alex n’était pas dans l’entourage de l’équipe en raison de sa blessure. J’avais des chambreurs canadiens ou américains à l’hôtel et si je voulais parler un peu, je n’avais pas le choix de le faire en anglais ! »

Yakupov n’a pas simplement un talent fou, il a aussi une belle personnalité. Bref, il a tous les ingrédients pour être le premier à enfiler un chandail et une casquette sur le podium.

Reste à savoir si les Oilers d’Edmonton garderont leur tout premier choix ou s’ils décideront de glisser de quelques rangs au classement.


• À sa deuxième saison à Sarnia, Yakupov a récolté 69 points (31 buts, 38 aides) en 42 matchs. Sonné par une mise en échec à la tête de Michael Halmo, de l’Attack de l’Owen Soud, il a passé les quatre derniers matchs de la saison à l’infirmerie. Plus de deux mois après cet incident, il a répété qu’il ne s’agissait pas d’une commotion cérébrale, mais simplement d’une blessure au visage.

• Yakupov avait amassé 101 points (49 buts, 52 aides) en 65 rencontres à sa première saison avec le Sting de Sarnia.

 

Commentaires