/lifestyle/books
Navigation
bd

30 ans de loyaux services

Coup d'oeil sur cet article

l m’en faut un
Les aventures de Van l’inventeur
de Jacques Goldstyn
Les Débrouillards
Après la série Red Ketchup, au tour de l’auteur Jacques Goldstyn et du magazine jeunesse québécois Les Débrouillards à célébrer 30 années de dur labeur et de pur bonheur.
Géologue de métier, Jacques Goldstyn, qui noircissait alors de dessins ses carnets de notes sur les chantiers, était loin de se douter que sa passion pour l’illustration le mènerait à un étonnant et fructueux changement de carrière. Ce passionné de sciences et de bande dessinée se remémore cette période : « À l’époque, aucune école n’offrait de formation en bande dessinée. Comme j’étais doué en sciences, j’ai poursuivi mes études tout en gardant en tête l’idée de vivre un jour de ma plume. Quelques années plus tard, un ancien collègue géologue devenu journaliste me proposa d’illustrer un livre d’expériences scientifiques. Le succès fut tel que j’ai abandonné le métier pour vivre de ma passion. »

LES DÉBROUILLARDS

Il fut de l’aventure du magazine jeunesse dès sa création. En 30 ans de travail, l’homme a construit une œuvre considérable. Chaque mois, la grenouille Beppo, l’inventeur Van et le reste de la bande vivent d’étonnantes aventures. « Je crois que l’on peut aborder la vulgarisation scientifique avec humour et intérêt. Même si je m’adresse à un jeune lectorat, je ne pense pas nécessairement à eux en créant mes histoires », explique l’auteur. C’est là justement la grande force de son univers. Car à aucun moment il ne sombre dans l’infantilisation. Au contraire, l’artisan apporte au genre ses lettres de noblesse avec rigueur et talent.

Parents et enfants y trouvent leur compte.

Chaque mois, 50 000 exemplaires des Débrouillards circulent. C’est donc dire que le travail de l’auteur est largement lu et apprécié. Pourtant, ses albums circulent peu en librairie. « Le magazine est le principal véhicule de mes bandes dessinées. Peut-être est-ce dû au fait que le secteur jeunesse dans l’univers de l’édition n’est pas développé comme il devrait. Chaque année, au Salon du livre de Montréal, je me réjouis de rencontrer autant de jeunes qui connaissent et aiment mes personnages. En fin de compte, c’est ce qui importe. »

Bien qu’il soit spontanément associé à la bande dessinée jeunesse, l’auteur a pourtant sévi dans le défunt magazine Croc avec Toto le Bosniaque, une réjouissante série irrévérencieuse, encore à ce jour, jamais parue en album. Il œuvre également comme caricaturiste dans plusieurs journaux indépendants.

Son œuvre colossale fait présentement l’objet d’une exposition intitulée 30 ans de BD et de science au Musée régional de Rimouski. Le sympathique auteur sera également de la première édition du Festival BD de Montréal (FBDM) qui se tiendra, du 1er au 3 juin, à l’Espace La Fontaine du parc La Fontaine.

à lire aussi
LES GRANDS DÉBROUILLARDS T4
de Réal Godbout
Les Débrouillards

Dans un tout autre registre que Red Ketchup, le brillant illustrateur québécois Réal Godbout nous entraîne dans 11 courts récits historiques sur des personnalités ayant marqué le monde des sciences et des technologies, le tout accompagné de biographies et de fiches de lecture. Didactique et inspiré. Une série jeunesse résolument savoureuse.

BEAUTÉ T2
de Kerascoët et Hubert
Dupuis

Après nous avoir charmés avec le premier tome de ce conte de fées déjanté, qui faisait d’ailleurs partie de la sélection officielle du Festival d’Angoulême 2012, leur second opus, certes beaucoup plus sombre, nous cloue littéralement sur notre chaise tant cette lecture est passionnante. Splendide !

Cinérama
de Charles Berberian
L’illustre coauteur de Monsieur Jean nous propose un amusant album solo composé d’une présentation de sept des meilleurs plus mauvais films du monde. Du Japon à la Turquie en passant par la France, le cinéphile nous présente avec humour les œuvres marquantes de la série B à Z qu’il a vus.
Commentaires