/news/currentevents
Navigation
ESTrie | tragédie Routière

L’inexpérience en cause ?

L’inexpérience en cause ?
Photo courtoisie Émilie McCulloch-Roy

Coup d'oeil sur cet article

La route 112 était mouillée, mardi soir, à Stukely-Sud. Une surface qu’un conducteur expérimenté aurait peut-être pu maîtriser, mais, traître pour un jeune homme de 17 ans dont le permis provisoire avait été émis quelques heures plus tôt.

S’il a survécu à la violente sortie de route, sa passagère de 16 ans, Émilie McCullogh-Roy, n’a pas eu cette chance.

Son décès a été constaté au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke.

La Sûreté du Québec n’excluait pas que la vitesse puisse avoir été un facteur dans l’accident. Une enquête est en cours.

Cauchemar

Pour le père de la victime, Rick Roy, l’inexpérience du conducteur est à blâmer. « Il venait d’avoir son permis dans l’après-midi, ça faisait quelques heures seulement », affirme-t-il en entrevue au Journal.

Il dit ne pas connaître le garçon au volant, indemne, mais gravement blessé, et qu’il s’agissait d’une con­naissance de sa fille.

Le duo revenait de Waterloo, vers 21 h, après une visite chez des amis. « Je l’attendais avant de me coucher, mais je me suis assoupi, raconte M. Roy. Ce sont les voisins qui sont venus me voir, vers 22 h 30, pour me dire qu’il y avait eu un gros accident. »

L’embardée a eu lieu à environ deux kilomètres de la maison familiale.

« Je suis descendu là-bas en vitesse. Le chemin était barré alors j’ai traversé et je suis parti à courir. La police m’a arrêté avant d’arriver au char. C’est là que j’ai su que c’était plus grave que je pensais. »

Un témoin sur place lui a raconté la sortie de route en détail. Un crissement de pneus, d’abord, puis le véhicule qui pique du nez dans le fossé et est catapulté contre un poteau de téléphone avant de s’écraser sur le capot.

Rick Roy ignore comment se sentir par rapport au conducteur. Pas de ressentiment, pas de pardon, qu’une absence d’émotions. « Je suis dans une bulle, la tête dans l’espace, j’attends de me réveiller d’un cauchemar... », lâche-t-il.

Le drame trouve un écho sinistre chez lui. Son frère est décédé un 20 mai, il y a une trentaine d’années, dans un accident de voiture à Stukely-Sud. La mort d’Émilie frappe de plein fouet son frère et ses deux sœurs. L’une d’elles fête ses 18 ans, aujourd’hui. La date qu’elle attendait avec impatience s’est soudainement assombrie. « Je suis juste content qu’elle dorme, finalement, souffle M. Roy. Je ne veux même pas la réveiller pendant un mois, je veux juste qu’elle dorme. »

 

Commentaires