/weekend
Navigation
Musée des beaux-arts

Plusieurs nouveautés inaugurées

Plusieurs nouveautés inaugurées
photo courtoisie Gérald Tremblay, Helen Fotopulos, Nathalie Bondil et le designer Claude Cormier au Jardin des sculptures.

Coup d'oeil sur cet article

Le Musée des beaux-arts inaugurait cette semaine plusieurs nouveautés, dont son Jardin des sculptures, son pavillon des arts décoratifs et du design, en plus de lancer une nouvelle exposition, celle de l’américain Tom Wesselmann.

Alors qu’une manifestation monstre se déroulait dans les rues de la ville, le maire de Montréal Gérald Tremblay et Helen Fotopulos, assistait, mardi, à la clôture de Montréal Ville Unesco de Design, au Musée des beaux-arts de Montréal.

Pour l’occasion, la directrice du Musée, Nathalie Bondil présentait le pavillon Liliane et David M. Stewart, désormais entièrement dédié aux arts décoratifs et au design -près d’un millier d’objets ; mobilier, verre, argenterie, textiles, céramique et design industriel, provenant de nombreux pays- et inaugurait son Jardin de sculptures agrandi, dans une rue devenue piétonne pour l’été, où l’on trouve notamment une installation de l’artiste Claude Cormier.

Cet événement figure dans le cadre du redéploiement intégral des collections du musée, dans le but d’ouvrir le MBAM à un plus large public.

Wesselmann à l’honneur

D’autre part, le MBAM lançait il y a quelques jours une nouvelle exposition Tom Wesselmann : au-delà du Pop Art, en présence de Nathalie Bondil et de la femme du regretté peintre américain, Claire Wesselmann. Il s’agit de la première rétrospective nord-américaine de ce grand artiste du Pop Art qui a inventé une nouvelle esthétique Pop aux côtés des Roy Lichtenstein et d’Andy Warhol.

Célèbre pour ses séries Great American Nudes et Still Lifes, Wesselmann est pour plusieurs le plus sous-estimé de la génération du Pop Art qui a révolutionné le milieu de l’art américain dans les années 1960, y compris Wesselmann lui-même qui avait signé d’un nom fictif, une autobiographie masquée en 1980, attestant cette déclaration douce-amère.

L’exposition rassemble 180 œuvres majeures dont certaines n’ont jamais été montrées et la plupart représentant les séries plus significatives de l’artiste, dont ses Smokers (fumeuses) ses Drop-Outs (Contre-formes) et ses Bedroom Paintings (Tableaux de chambre à coucher). Une trentaine de documents d’archives sont aussi de l’exposition qui sera présentée du 19 mai au 7 octobre avant d’être présentée à Richmond, Denver et Cincinnati.

Commentaires