/travel/destinations
Navigation
escapade

Des hôtels à visiter et à noter

Coup d'oeil sur cet article

 

Port Morgan : l’hôtel le plus séduisant d’Haïti

ILE A VACHE – HAÏTI. Ce n’est pas un hasard si cet endroit se retrouve au premier rang de la quarantaine d’hôtels d’Haïti dans Tripadvisor.fr. Ce lieu enchanteur situé au cœur de la mer des Caraïbes, au sud du pays, l’Ile à Vache surprend par son manque de... vaches ! Héritage du temps des Espagnols alors qu’elle était une réserve d’animaux, cette île magnifique, toute en verdure, offre une grande variété de paysages exotiques ou les collines verdoyantes, les vallées et les mornes tranchent sur une mer turquoise. Posé au milieu de ce cadre exceptionnel, au sommet d’une baie autrefois fréquentée par des pirates et des flibustiers, est posé le complexe touristique écologique de Port Morgan « dernier paradis insulaire des Caraïbes » selon le propriétaire, Didier Boulard. Après avoir loué le terrain à l’État et multiplié les allers-retours pendant cinq ans il a finalement pu recevoir ses premiers clients dans ses 23 chambres dont l’architecture s’inspire du style « Ginger Bread » des anciennes maisons historiques des Caraïbes. Simples et confortables, les chambres offrent vue sur la mer turquoise, sur le rocher Roquette ou sur la crique. Une petite plage de sable et de galets borde une piscine naturelle. Et en toile de fond, une piscine à remous et des bateaux remplis de vacanciers à la découverte des plages enchanteresses partent en direction de L’Anse Dufour, l’Anse à l’eau, la Petite anse Dufour ou la "Hatte".

> La baie Ferret (Port Morgan) est un port naturel en eau profonde sur la pointe nord-ouest de l’Ile à Vache, à environ 10 km de la ville des Cayes, elle même à 180 km de Port au Prince. Il est possible d’accueillir des bateaux dont le tirant d’eau va jusqu’à 3 mètres, mouillage sur bouées ou sur ancre. Coût : De 89$ à 137$ par personne, incluant les trois repas. www.port-morgan.com

 

Aranwa Sacred Valley Hotel & Wellness : Sanctuaire au coeur des Cités d’Or

SACRED VALLEY – PÉROU. À peu de distance de Cusco, l’ancienne capitale des Incas, s’étend la Vallée sacrée le long de la rivière Vilcanota (aussi appelée Urubamba). En ce lieu chargé d’histoire se cache le Aranwa Sacred Valley Hotel & Wellness, un véritable sanctuaire voué à la détente et au bien-être au coeur des Cités d’or.

Après une journée à grimper les 250 marches d’Ollantaytambo, à admirer le laboratoire de culture de Moray, les mines de sel de Maras ou la piste du Chemin des Incas, nous suivons les indications pour cet hôtel qu’on nous promet d’être inoubliable.

Avec en toile de fond les montagnes dont le soleil modifie les contours, nous voilà au cœur d’un vaste et séduisant complexe. Construit sur et autour de la légendaire Hacienda Yaravilca, un monument colonial du 17e siècle, cet endroit n’est pas qu’un agréable lieu où s’installer pour rayonner dans les environs ; c’est aussi un lieu chargé d’histoire. Le Dr Jose Alvarez Blas, chirurgien cardiologue et directeur général du San Pablo Hospital Complex, le plus moderne et le plus efficace au Pérou, est le propriétaire de ce magnifique complexe. Alors que l’ancienne hacienda a conservé toute son authenticité, ses meubles d’époque, ses antiquités et même une vieille cuisine que l’on peut visiter comme un musée, mais dans laquelle il arrive encore qu’on prépare certains mets, la partie moderne est tout à fait à l’opposé et correspond aux critères de luxe des palaces des grandes capitales.

En plus des 115 chambres et 14 suites, on retrouve des boutiques, cinq restaurants, une galerie d’art, un musée, une pyramide d’orchidées, un cinéma avec écran géant, une chapelle traditionnelle pouvant accueillir 120 personnes, un cellier comptant 3 000 bouteilles avec 200 références venant surtout de l’Argentine, du Chili, du Pérou et de l’Espagne, sans oublier le plus grand spa de l’Amérique du Sud.

La décoration minimaliste rehaussée de photographies signées par le Dr Jose Alvarez Blas qui est également un photographe de renom montre les beautés du pays.

www.aranwahotels.com/

https://bit.ly/LqX4BH

 

Station Blü reprend ses opérations

SAINT-TITE-DES-CAPS. Après une fermeture obligée pour cause d’incendie, Station Blü, l’un des plus grands spas nordiques en Amérique du Nord, reprend du service.

Situé à moins de 60 kilomètres de Québec, à mi-chemin entre le mont Sainte-Anne et le Massif de Charlevoix, à Saint-Tite-des-Caps, cet immense spa bénéficie d’une mise en scène dramatique signée Dame nature. Niché dans le coude de la sinueuse rivière Lombrette, il est encerclé par cette dernière sur trois côtés, le quatrième donnant sur une falaise de 12 mètres sur laquelle des arbres font office de protecteurs et créent un microclimat.

Misant sur ce milieu naturel d’une grande beauté, l’architecte Alexandre Blouin a imaginé trois pavillons contemporains inspirés des vieilles granges d'agriculteurs de la région de Charlevoix. Aux planches inégales et aux poutres noircies s’ajoutent de grandes baies vitrées qui invitent à la contemplation de cette nature grandiose.

Pourtant, malgré son environnement exceptionnel, ce spa d’une superficie de 3 250 000 pieds carrés qui peut accueillir jusqu'à 140 invités à la fois dans ses stations de massothérapie, de thermothérapie, ses bains de vapeur, son sauna chauffé au feu de bois, son bain vapeur (hammam) avec fontaine de fraîcheur et son gigantesque bain-tourbillon sur deux niveaux, ose trahir la maxime voulant que le silence soit d’or.

Avec autant d’atouts en main, faut-il s’étonner que bien que n’ayant opéré que quelques mois en 2011, Station Blü ait été sélectionné parmi les meilleurs spas au Canada par le prestigieux Condé Nast Traveller (mars 2012) que plusieurs considèrent comme la bible des voyageurs.

> Station Blü, 593, route 138, Saint-Tite-des-Caps, tel : 1 855 261-0508 ou www.stationblu.ca


Wentworth by the Sea, élégante du XIXe siècle !

NEW CASTLE - NEW HAMPSHIRE. Situé sur la petite île de New Castle, à seulement une heure de Boston et à quelques kilomètres de Hampton Beach, se détachent les tours victoriennes et le toit rouge du tout blanc Wentworth by the Sea ! Facile de comprendre pourquoi il était le choix des élégantes d’autrefois qui fuyaient la ville pour l’air frais des montagnes. Construit par la famille Campbell en 1874, le Wentworth by the Sea a vu passer bien des célébrités en ses murs. Les présidents Roosevelt et Nixon y ont séjourné et c’est également à cet endroit qu’a été signé le fameux traité de Portsmouth, marquant la fin de la guerre russo-japonaise, le 5 septembre 1905.

Par la suite, le bel hôtel a accueilli d’autres célébrités comme Annie Oakley, Gloria Swanson, Harry Truman et le Prince Charles puis, dans les années 1980, l’hôtel est tombé dans l’oubli et a fermé ses portes en 1982. Abandonné, le bel établissement en bois est vite tombé dans un tel état de ruine qu’il a même été choisi pour le film d’horreur In Dreams mettant en vedette Robert Downey, Jr., Aiden Quinn et Annette Benning. En 2003, après des rénovations majeures de 6 ans et 30 millions $, le Wentworth by the Sea & Spa ouvre ses portes sous la bannière Marriott. On y trouve désormais 161 chambres et suites affichant une élégance historique, mais pouvant répondre aux besoins de la clientèle du XXIe siècle, un spa avec piscine et jacuzzi, une vaste salle à manger avec plafond peint à la main, des espaces modulables pour les réunions ou les conférences, un golf, une piscine extérieure, sans oublier une plage privée.

NOTE : Vous pouvez ne faire qu’un arrêt dans l’un des trois restaurants, prendre un verre sur la véranda, le brunch du dimanche dans la salle de bal ou vous offrir un soin au spa ce qui permet d’utiliser la piscine intérieure. Si l’hôtel n’est pas trop occupé, le concierge pourrait même vous arranger une petite visite historique !

www.wentworth.com

 

The Farm at Cape Kidnapper : Refuge au bout du monde

HAWKES BAY-NOUVELLE-ZÉLANDE. Posé au cœur d’un paysage dramatique de l’Île du Nord, sur des falaises abruptes qui s’enfoncent dans l’Océan Pacifique, The Farm at Cape Kidnapper est l’endroit rêvé pour disparaître de la civilisation, pendant quelques jours. Ce site de 6000 acres qui offre une vue imprenable sur la très sauvage Hawkes Bay appartient au magnat de la finance new-yorkais, Julian Robertson.

Point central de la propriété : le pavillon principal qui ressemble, de l’extérieur, à un ensemble de bâtiments agricoles. Il suffit cependant de pousser la porte pour se retrouver dans un univers raffiné et élégant où le rustique se marie au contemporain sans ostentation. La décoration minimaliste s’inspire du thème rural et mélange avec bonheur les matériaux naturels et nobles tels pierre de rivière et bois patiné, les hauts plafonds, les tissus laineux, les cuirs, les tapis de peaux de mouton et les tableaux champêtres montrant brebis et agneaux rappelant aux visiteurs que cet hôtel de luxe demeure toujours une ferme d’élevage du mouton. Les 22 suites et chalets, la villa privée et le spa, sont empreintes de raffinement et de confort. Membre de Relais & Châteaux, le domaine dispense également le service attentionné qui caractérise cette prestigieuse chaine. L’endroit a longtemps été connu surtout par des ornithologues qui le fréquentaient pour son importante colonie de fous de Bassan (20 000), la plus grande et la plus accessible au monde. Aujourd’hui, ce sont les golfeurs du monde entier qui viennent jouer le parcours de golf commandé au légendaire architecte de terrain Tom Doak. Il en coûte environ 500 $ par personne par nuit en basse saison et un peu plus de 1 000$ la nuit en haute saison. Info : www.capekidnappers.com/

 

Amusant à savoir

> Le chef de Farm at Cape Kidnapper, Tim Pickering, a travaillé comme chef à l’Opus au Canda jusqu’en 2010.

> The Farm at Cape Kidnappers souscrit à la certification de la National Audubon Society, dont la mission est de « conserver et restaurer les écosystèmes naturels en focalisant sur les oiseaux, les animaux et leurs habitats pour le bien-être de l’humanité et la diversité biologique de la planète ».

> Au spa, pendant leur traitement, les clients ont une vue privilégiée sur les sommets enneigés du mont Ruapehu.

> Les fous de Bassan peuvent être vus à partir de septembre jusqu'au début de mai, quand ils quittent la Nouvelle-Zélande pour l'Australie. En septembre, ils reviennent et construisent leurs nids. L’éclosion des poussins a lieu en décembre et janvier

> On dénombre quelque 3 500 brebis à la ferme. Durant les mois de juillet à décembre, avec les agneaux, ce chiffre grimpe à 7000 moutons.

https://bit.ly/dVqNwC

Commentaires